Halacha pour vendredi 14 Nissan 5782 15 avril 2022

Pour la guérison totale de:
Jean-Luc Chélomo Ben Zéhira (Azoulay)
Yossef Avraham ‘Haïm Ben Frédérique Léa (Arfi)
Charles Chalom ben Sultana (Nakache)
Noa’am Avraham Chimchon ben Dalia (Ouaknin)
Ariella Téhila Bat Aviva Myriam
Parmis tous les malades d’Israël  

Pour l’élévation de l’âme de:
Mordé’haï (Ma’ha) Ben Avraham (SELLAM) z’’l
Gilbert Sassi Ben Yéhouda (Hadjadj) z’’l

Commentaires sur la Hagada pour la table du Séder

Commentaires sur la Hagada pour la table du Séder
Extraits des commentaires de notre maître
le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, dans son livre
‘Hazon Ovadia – Hagada Shel Pessa’h

Le véritable héritage
Lorsqu’ Hashem contracte un pacte d’alliance avec Avraham Avinou, il lui dit:
« Sache que ta descendance sera étrangère, dans un pays qui ne leur appartiendra pas, on les asservira et on les fera souffrir durant 400 ans, et ensuite, ils sortiront avec une grande richesse. » (Bereshit 15 – 13)

Lorsqu’ Hashem est sur le point de délivrer Israël d’Egypte, il dit à Moshé Rabbenou:
« Parle s’il te plait aux Bné Israël, et dis-leur d’emprunter des égyptiens, des objets en or, des objets en argent, ainsi que des vêtements. » (Shemot 11 – 12)

Guémara Béra’hot (9b):
Hashem insiste sur les termes « s’il te plait », comme pour dire:
Dis leur: de grâce, empruntez des objets en or et en argent, afin que ce Tsaddik (Avraham) ne dise pas: Hashem a accompli sur eux la promesse de « on les asservira et on les fera souffrir », mais celle de « … et ensuite, ils sortiront avec une grande richesse », il ne l’a pas accompli sur eux.

Question:
Et si Avraham Avinou n’avait aucune « réclamation », Hashem n’aurait-il pas malgré tout accompli sa promesse ?!! Est-il concevable qu’Hashem puisse prononcer une parole sans la mettre en application ?!!

Image:
Un jeune homme loua ses services en tant que domestique dans la maison d’un particulier.
Au terme de son embauche, le patron signa un chèque correspondant au salaire du jeune homme, mais celui-ci refusa le chèque en précisant qu’il désirait des espèces.
Le patron convoqua le père du jeune homme, en lui montrant le chèque. Le patron dit au père:
« Observe ce chèque et dis-moi si tu lui trouves quelque chose de suspect ou d’illégal. »
Le père examina le chèque, et dit:
« Certes, ce chèque est parfaitement légal, et il ne fait aucun doute qu’il est encaissable immédiatement. Cependant, ceci ne peut s’adresser qu’à des gens qui connaissent la valeur d’un chèque, alors que les jeunes gens ne connaissent que la valeur « sonnante et trébuchante » de l’argent, c'est-à-dire les espèces.

Il en est de même pour les Béné Israël.
Hashem promet « … et ensuite, ils sortiront avec une grande richesse ». Mais en vérité, cette promesse vise une grande richesse différente de l’or et de l’argent. Cette grande richesse, c’est l’héritage spirituel et éternel acquis par les Béné Israël grâce à l’esclavage d’Egypte.
En effet, tout le but du passage des Béné Israël par l’étape de l’esclavage d’Egypte, ne visait que la purification spirituelle de leurs âmes, et l’acquisition de la qualité de la soumission (Ha’hna’a), afin de devenir de véritables serviteurs d’Hashem (‘Avdé Hashem). Comme il est enseigné dans la Gémara Bra’hot (5a): Rabbi Shim’on Bar Yo’haï dit: Hashem a gratifié Israël de 3 cadeaux, et ils ne les ont mérités que seulement grâce aux souffrances. Ces 3 cadeaux sont: la Torah, Erets Israël et le Monde Futur (‘Olam Haba).

Voici donc ce qu’Hashem veut dire:
Certes, ce Tsaddik (Avraham) dira qu’Hashem a accompli sur eux la promesse de « on les asservira et on les fera souffrir », car ils ont réellement ressenti « sur eux », de façon physique, sur leur peau et sur leur corps, toute la dureté de l’esclavage.
Par contre, la promesse de « …ils sortiront avec une grande richesse », il ne l’a pas accompli sur eux, car les Béné Israël ne seront pas encore en mesure de comprendre la valeur inestimable de la richesse spirituelle de la Torah, incommensurable même face à l’or et au cristal le plus précieux.
Ils désireront une grande richesse, dans son sens le plus simple, c'est-à-dire de l’or et de l’argent.

La dureté de l’esclavage

  1. A partir de la dureté de l’esclavage d’Egypte, nous devons puiser de véritables enseignements pour notre service d’Hashem.

    Pitom et Ra’amsess sont deux villes d’Egypte construites par les Béné Israël pendant l’esclavage.
    La Guémara Sota (11a) fait remarquer qu’en réalité il s’agit d’une seule ville dont le nom fait l’objet d’une discussion entre Rav et Shmouel:
    Selon un avis, le véritable nom de cette ville était Pitom mais elle était surnommée Ra’amsess car toute construction s’écroulait immédiatement. Rashi explique que dès qu’ils construisaient un peu, tout s’écroulait (de la racine « Mitrossess » qui signifie « s’écrouler ») et ils devaient de nouveau construire.
    Selon le 2ème avis, le véritable nom de cette ville était Ra’amsess mais elle était surnommée Pitom car l’abîme engloutissait toute construction (Pitom est la construction des mots « Pi Téhom Bol’o » qui signifie « La bouche de l’abîme engloutissait toute construction »). Rashi explique que tout ce qu’ils construisaient était avalé par la terre, et ils étaient de nouveau obligés de construire.

    L’une et l’autre de ces deux explications nous apprend que l’on ne doit jamais se décourager dans notre service d’Hashem, et même si l’on ne voit pas tout de suite de réussite dans notre vie de juif, malgré la Torah et les Mitsvot que nous accomplissons, nous devons toujours nous ressaisir et persévérer.

    La Guémara ajoute une autre information concernant la dureté de l’esclavage:
    En effet, les égyptiens imposaient des travaux d’hommes aux femmes, et des travaux de femmes aux hommes. De plus, ils imposaient au fort de porter des charges légères, et au faible de porter de lourde charges.
    Ceci vient nous apprendre que l’on doit servir Hashem même si cela exige des actes et des comportements qui vont à l’encontre de la nature de chacun. Nous devons nous imposer une véritable lutte contre notre tempérament personnel pour accomplir la Torah et les Mitsvot.
  2. « Les Béné Israël se mirent à gémir des suites du travail, et ils implorèrent. Leurs supplications montèrent jusqu’à Hashem, des suites du travail. » (Shemot 2 – 23).

    Question:
    Pourquoi le terme « travail » apparaît-il 2 fois dans ce verset?

    On peut expliquer cela par le fait que les Béné Israël étaient descendus si bas par le travail, qu’ils en avaient perdu toute sensation humaine.
    En effet, alors que les égyptiens arrachaient les enfants à leurs mères pour les égorger, afin que le maudit Par’o se baigne dans leur sang, malgré ce cauchemar, lorsqu’un Ben Israël rencontrait son ami et qu’il lui demandait: « Pourquoi ton visage est-il si pâle, comme un homme qui est malade ? » Il lui répondait: « A cause de la dureté du travail que l’on m’impose, dans le bitume et les briques. »

    Quelle dégradation humaine!

    Au moment même où l’on était en train d’égorger ses propres enfants, afin qu’un monstre nommé Par’o se baigne dans leur sang, le Ben Israël ne se plaignait même plus d’une telle atrocité. Le travail avait atteint un degré de dureté si élevé qu’ils avaient perdu toute sensibilité!

    C’est pour cela que « Leurs supplications montèrent jusqu’à Hashem, des suites du travail », c'est-à-dire, qu’il fallait les délivrer avant que le travail ne fasse d’eux des êtres sans la moindre sensibilité.

    Le Midrash rapporte que le maudit Par’o égorgeait 150 enfants juifs chaque matin, et 150 enfants juifs chaque soir, afin de se baigner dans leur sang, sur le conseil de ses médecins (qu’ils soient maudits avec lui!) pour guérir sa lèpre.

    Les commentateurs précisent que ses 300 enfants égorgés chaque jour étaient appelés à devenir de grands Resha’im (des impies), comme nous le voyons au sujet de Mi’ha qui était sur le point d’être emmuré vivant lorsqu’il était bébé, quand Moshé Rabbenou le sauva. Bien plus tard, c’est ce même Mi’ha qui incitera Israël à l’idolâtrie.

    Nous trouvons cette allusion dans l’enseignement du Pirké Avot:
    « Ne regarde pas la bouteille (KANKAN), mais plutôt ce qu’elle contient. »
    Le mot KANKAN (קנקן) à pour valeur numérique le nombre 300 (150 et 150) = 300.

Kaved Lev Par’o (Le cœur de Par’o est dur)
Lorsque Moshé Rabbenou et Aharon Hacohen se présentent devant Par’o afin de lui transmettre le message d’Hashem de laisser partir les Béné Israël, ce jour-là était l’anniversaire de Par’o. Tous les rois du monde entier étaient venus le saluer et lui offrir une couronne. Quand Moshé Rabbenou et Aharon Hacohen lui annoncèrent qu’ils venaient au Nom d’Hashem, Par’o leur dit: « Qui est Hashem, pour que j’écoute Sa voix ?! Ne devait-il pas lui aussi m’offrir une couronne ?! »

Image
Un jour, le lion - accompagné de tous les animaux, ainsi que du renard - faisait une balade en bateau. L’âne occupait la fonction de douanier et prélevait la taxe de passage. Lorsqu’il vit arrivé le bateau « Royal », l’âne leur exigea de payer la taxe, sous peine de ne pas les laisser passer. Le renard lui dit: « N’as-tu pas honte! Ne vois-tu pas le roi des animaux qui est avec nous, et tu oses malgré tout nous réclamer une taxe! » L’âne répondit: « Je prélève la taxe, même du roi, car ensuite, je fais rentrer cet argent dans ses trésors! » Le lion perdit patience et déchiqueta l’âne. Il dit ensuite au renard: « Prépare-moi les différentes parties du corps de cet imbécile. » Le renard prépara les différentes parties de l’âne pour le repas « Royal ». Le renard aperçut le cœur de l’âne et s’en empara pour le manger.
Lorsque le lion entama son festin, il s’aperçut que le cœur était absent. Il questionna le renard, et celui-ci lui répondit: « Majesté! Cet âne n’avait pas de cœur (il ne réfléchissait pas), car s’il possédait un cœur, il n’aurait jamais osé réclamer au roi de payer une taxe! »
Il en est de même au sujet de Par’o.
Lui aussi n’avait pas de cœur, car s’il en possédait un, il n’aurait pas été assez stupide pour réclamer un présent de la part d’Hashem!
Ceci est le sens de « Kaved Lev Par’o » (le cœur de Par’o est dur, parce qu’il n’en possède pas!)

Sur les 10 plaies

Le sang
Cette plaie frappa non seulement l’intégralité des eaux du Nil dans toute sa profondeur, mais aussi les rivières et autres points d’eau du pays, ainsi que le moindre récipient ou objet divers appartenant aux égyptiens. Même ce que rejetaient les égyptiens de leurs bouches était du sang. Les lits des égyptiens étaient remplis de sang.
Grâce à cette plaie, les Béné Israël se sont considérablement enrichis.
En effet, lorsqu’un égyptien voulait se servir de l’eau qui se trouvait dans un tonneau, il n’en sortait que du sang. Lorsqu’un juif voulait se servir de l’eau de ce même tonneau, de l’eau claire et limpide en sortait. L’égyptien suppliait le juif de se servir en premier et de lui donner l’eau, mais malgré cela, puisque l’eau était destinée à l’égyptien, elle se transformait en sang. Il ne restait plus qu’une seule solution à l’égyptien: acheter l’eau au juif à un prix très élevé. Cette plaie dura 7 jours.

L’une des raisons à cette plaie réside dans le fait que les égyptiens empêchaient les femmes d’Israël de s’immerger dans le Mikvé à la fin de leurs périodes de menstruations (Nidda). A ce même titre, Hashem frappa l’Egypte « Mida Kenegued Mida » (mesure pour mesure) en leur imposant la paie du sang en correspondance au sang de la Nidda.

Les poux et les bêtes sauvages

Tehilim (105 – 31)

Il dit: « Que viennent les bêtes sauvages (‘Arov), les poux (Kinim) dans toute leur frontière ».

Question:
La plaie des poux précède celle des bêtes sauvages. Pourquoi David Ha-Mele’h change-t-il l’ordre?

Image:
Un homme très riche célébra le mariage de son fils avec la fille d’un grand notable de la ville.
Le père du ‘Hatan organisa des festivités durant 7 jours, et répartit les invitations sur les 7 jours.
Le 1er jour était réservé aux étudiants des Yeshivot. Le 2ème jour, aux simples gens qui fixent des moments d’étude. Le 3ème jour, aux nécessiteux. Le 4ème jour, aux personnes à qui la chance avait tourné le dos. Le 5ème jour, aux membres de la famille.
Le père du ‘Hatan ordonna aux domestiques de ne pas laisser entrer la même personne, 2 jours.
Voilà que le 5ème jour, se présente un homme que les domestiques reconnaissent pour l’avoir déjà laissé entrer au 2ème jour. Ils lui dirent de faire demi-tour et de s’en aller, car il avait déjà participé aux festivités 3 jours plutôt. L’homme leur répondit: « Il y a 3 jours, le festin était réservé aux gens qui étudient la Torah, et comme vous pouvez le vérifier, je fais partie de cette catégorie. Aujourd’hui, le festin est réservé à la famille du ‘Hatan, et comme vous pouvez aussi le vérifier, je suis un cousin direct de père du ‘Hatan. »

Il est vrai que les poux précédèrent les bêtes sauvages, et qu’ils ont eu droit à un véritable festin en dévorant la peau des égyptiens, et en les vidant de leur sang.
Cependant, lors de la plaie suivante – celle des bêtes sauvages – les poux furent de nouveau conviés au festin, car – comme il est expliqué dans le Sefer Hayashar (Rabbenou Tam) – toutes les bêtes et insectes de la création ont participé à la plaie des bêtes sauvages, aussi bien les animaux sauvages que les bestioles en tout genre.

C’est là le sens du verset de Tehilim: « Il dit: Que viennent les bêtes sauvages (‘Arov), les poux dans toute leur frontière ». Les poux dont il est question ici, ne font pas allusion à la plaie des poux, mais à la participation des poux à la plaie de ‘Arov (les bêtes sauvages).

Les souhaits du directeur de notre site Halacha Yomit,
le Rav Ya’akov SASSON Chlita,
petit-fils de notre grand maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l:

« La rédaction de la Halacha Yomit souhaite à tous ses abonnés une longue vie, bonne et agréable, que vous ayez le mérite de vous élever spirituellement, ainsi qu’une pleine réussite dans tout ce que vous entreprendrez, dans la paix, dans la quiétude et la satisfaction. C’est l’occasion de remercier tous les Rabbanim de la rédaction, et particulièrement le Rav Gabriel ELBAZ Chlita – Rav d’une grande communauté Séfarade aux Etats-Unis, le Rav David PITOUN Chlita – Rav et enseignant de Halacha en France, le Rav its’hak FADA Chlita – Rav et Dayan à Buenos Aires (Argentine), qui œuvrent tous bénévolement pour la seule gloire du Nom d’Hachem et pour agrandir le prestige de la Torah. Puisse Hachem les récompenser intégralement, et que l’on ait le mérite de voir rapidement la délivrance totale, que l’on puisse de nouveau consommer les offrandes et les sacrifices de Péssa’h, rapidement et de nos jours, Amen. »

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Havdala le samedi soir où tombe le 9 Av – Règle pour un malade qui mange le jour du 9 Av

Pour une année où le 9 Av tombe un samedi soir – comme cette année 5782 – nos maitres les Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale) débattent afin de définir comment faut-il procéder en ce qui concerne la H......

Lire la Halacha

Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av, ainsi que les règles du 9 AV cette année

Un malade sans danger; une personne âgée; une femme accouchée Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av. Dans le cas d’un doute, il faut consulter une autorit&e......

Lire la Halacha


Séouda Mafseket (repas avant le jeûne) cette année (5782)

La veille du 9 Av, nos maîtres ont interdit (selon le strict Din et non selon la tradition) de consommer de la viande et du vin lors de Séouda Hamafseket (le repas que nous prenons avant le début du jeûne, après la moitié de la journée). De même, ......

Lire la Halacha

« Dès le début du mois de Av, nous diminuons la joie » - Année 5782

Ce vendredi, tombe – avec l’aide d’Hachem – le jour de Roch ‘Hodech Mena’hem Av, et la semaine prochaine - Chabbat prochain - tombe le 9 Av, mais puisqu’il est interdit de jeûner le jour du Chabbat (excepté Yom Kippour), le jeûne est repor......

Lire la Halacha

Le jeûne du 17 Tamouz

Aujourd’hui dimanche est observé le jeûne du 17 Tamouz. Le 17 Tamouz est tombé hier Chabbat, mais en raison de la sainteté du Chabbat, le jeûne a été repoussé à aujourd’hui, conformément à la Halacha.  ......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du jeûne du 9 Av, et au 10 Av cette année (5782)

Aujourd’hui dimanche, nous observons le jeûne du 9 Av dont la date était hier, et en raison de la sainteté du Chabbat, le jeûne a été reporté à aujourd’hui. La sortie des étoiles – Nétilatt Yadaïm Apr&egra......

Lire la Halacha