Halacha pour mercredi 20 Av 5782 17 août 2022

Pour la guérison totale de:
Jean-Luc Chélomo Ben Zéhira (Azoulay)
Yossef Avraham ‘Haïm Ben Frédérique Léa (Arfi)
Charles Chalom ben Sultana (Nakache)
Noa’am Avraham Chimchon ben Dalia (Ouaknin)
Ariella Téhila Bat Aviva Myriam
Parmis tous les malades d’Israël  

Pour l’élévation de l’âme de:
Mordé’haï (Ma’ha) Ben Avraham (SELLAM) z’’l
Gilbert Sassi Ben Yéhouda (Hadjadj) z’’l

Bénir les enfants en employant le texte de la Birkatt Cohanim

Question: Est-il permis à des parents de bénir leurs enfants par le texte de la Birkatt Cohanim (« Yevaréh’éh’a Hachem Véyichméréh’a »…), ou bien y a-t-il un interdit à cela en raison du fait que ce texte est propre uniquement à la Birkatt Cohanim?

Réponse: La question est très justifiée, car le fait de bénir en employant la Birkatt Cohanim pose un problème, et nous allons expliquer les choses.

Les propos de la Guémara dans le traité Kétoubott
Il est enseigné dans la Guémara Kétoubott (24b):
Tout homme du peuple d’Israël qui n’est pas Cohen, qui élève ses mains en récitant la Birkatt Cohanim (« Yevaréh’éh’a Hachem Véyichméréh’a »…), transgresse un interdit de la Torah, car il est dit au sujet de la Birkatt Cohanim: « Ainsi vous bénirez les enfants d’Israël ».
Le terme « Vous » s’adresse aux Cohanim uniquement et non à ceux qui ne le sont pas.

Cela signifie que seuls les Cohanim sont autorisés à bénir en ces termes, mais il est interdit aux autres juifs qui ne sont pas Cohanim de réciter cette bénédiction, au même titre qu’ils n’ont pas le droit de réaliser les autres cultes effectués dans le Temple.

Selon cela, il semble qu’il faut formellement interdire de bénir en employant le texte de la Birkatt Cohanim, tant que celui qui bénit n’est pas Cohen.

Les propos de la Guémara dans le traité Chabbat
Cependant, il est enseigné dans la Guémara Chabbat (118b)
Rabi Yossé rapporte que lorsque son ami Cohen lui demandait de monter avec lui à l’estrade lors de la Birkatt Cohanim, il ne refusait pas et il montait avec lui.
Il semble apparemment que Rabbi Yossé récitait la Birkatt Cohanim bien qu’il n’était pas Cohen, et cette attitude contredit ce que nous avons appris de la Guémara Kétoubott citée précédemment.

Explication du Séfer Ha-Echkol
En réalité, cette remarque a déjà été émise par les grands décisionnaires, et voici l’explication proposée par l’auteur du Sefer Ha-Echkol:
En réalité, Rabbi Yossé ne récitait absolument pas la Birkatt Cohanim, mais se contentait simplement de monter à l’estrade et gardait le silence pendant que son ami Cohen récitait la Birkatt Cohanim.
Par conséquent, il n’y a donc plus de contradiction entre les deux enseignements mentionnés plus haut. Selon tous les avis, il est donc interdit à quiconque n’est pas Cohen de bénir Israël en employant le texte de la Birkatt Cohanim qui appartient exclusivement aux Cohanim.

Explication du Kétav Sofer
D’autres décisionnaires – comme le Gaon auteur du Kétav Sofer dans une Téchouva, ou le Gaon auteur du Kaf Ha-H’aïm – proposent une autre explication:
L’interdiction de bénir en employant le texte de la Birkatt Cohanim n’existe que lorsque celui qui bénit pense accomplir la Mitsva de bénir Israël comme les Cohanim en ont reçu l’ordre. Mais lorsque la personne ne pense absolument pas à cette Mitsva et ne fait qu’emprunter ce texte pour bénir son prochain, il n’y a pas le moindre interdit.

Nous apprenons de leurs propos qu’il n’est interdit de bénir en employant le texte de la Birkatt Cohanim que lorsque celui qui bénit pense s’octroyer la Mitsva de Birkatt Cohanim qui a été donnée exclusivement aux enfants d’Aharon Ha-Cohen. Mais lorsqu’on a seulement l’intention de bénir son ami, et que l’on emprunte simplement ce texte mentionné dans la Torah dans la Birkatt Cohanim, il n’y a absolument pas le moindre interdit.

La règle dans la pratique
C’est pour cela que notre grand maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l  tranche qu’il n’y a pas la moindre crainte d’interdiction lorsque des parents bénissent leurs enfants en employant le texte de la Birkatt Cohanim.

C’est ainsi qu’ont agi de nombreux grands Rabbanim et Tsaddikim de toutes les générations, en utilisant le texte de la Birkatt Cohanim sans craindre le moindre interdit sur ce point. Et c’est ainsi qu’agissait notre maitre le Rav z.ts.l.

Mais il est certains qu’il est strictement interdit à tout homme d’Israël de monter à l’estrade et de bénir en employant le texte de la Birkatt Cohanim lors de la répétition de la ‘Amida, car la Birkatt Cohanim récitée à l’estrade n’est propre qu’aux Cohanim qui sont les descendants d’Aharon Ha-Cohen, et non au reste d’Israël.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Havdala le samedi soir où tombe le 9 Av – Règle pour un malade qui mange le jour du 9 Av

Pour une année où le 9 Av tombe un samedi soir – comme cette année 5782 – nos maitres les Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale) débattent afin de définir comment faut-il procéder en ce qui concerne la H......

Lire la Halacha

Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av, ainsi que les règles du 9 AV cette année

Un malade sans danger; une personne âgée; une femme accouchée Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av. Dans le cas d’un doute, il faut consulter une autorit&e......

Lire la Halacha


Séouda Mafseket (repas avant le jeûne) cette année (5782)

La veille du 9 Av, nos maîtres ont interdit (selon le strict Din et non selon la tradition) de consommer de la viande et du vin lors de Séouda Hamafseket (le repas que nous prenons avant le début du jeûne, après la moitié de la journée). De même, ......

Lire la Halacha

« Dès le début du mois de Av, nous diminuons la joie » - Année 5782

Ce vendredi, tombe – avec l’aide d’Hachem – le jour de Roch ‘Hodech Mena’hem Av, et la semaine prochaine - Chabbat prochain - tombe le 9 Av, mais puisqu’il est interdit de jeûner le jour du Chabbat (excepté Yom Kippour), le jeûne est repor......

Lire la Halacha

Prier avec Minyan en plein air

Question: Lorsqu’on sort en promenade  et que s’organise un Minyan de dix personnes pour la prière de Minh’a ou d’Arvit en plein air, est-ce que chaque personne présente compte dans le Minyan, même si tout le monde n’est pas réuni dans un......

Lire la Halacha

Frire du poisson dans une poêle de viande - Cuire du poisson et de la viande dans le même four – L’usage de notre maitre le Rav z.ts.l

Il est une Halacha très connue selon laquelle il est interdit de consommer du poisson avec de la viande, selon ce qui est expliqué dans la Guémara et les décisionnaires. Cuire du poisson dans une marmite viande Bien qu’il soit interdit de cuire un aliment lact&e......

Lire la Halacha