Halacha pour mercredi 4 Nissan 5781 17 mars 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mess’od ben Ra’hel Vé-Yossef
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Le Tsaddik Rabbi David ‘Hananya Ben Mazal PINTO
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Motsi, Matsa

La Matsa Chémoura
La Matsa avec laquelle on s’acquitte de son obligation le soir de Péssa’h doit être une Matsa surveillée depuis le moment de la moisson. Elle s’appelle « Matsa Chémoura », c'est-à-dire, une Matsa que l’on a fabriquée avec du blé surveillé depuis la moisson de tout contact avec la moindre goutte d’eau.
Il est très souhaitable que cette Matsa soit également faite à la main, fabriquée avec une intention explicite pour l’accomplissement de la Mitsva.
Etant donné que de nombreuses et sérieuses questions peuvent être soulevées concernant la Cacherout de la Matsa, il faut veiller particulièrement à acheter la Matsa uniquement dans un endroit où un organisme de Cacherout sérieux atteste de la Cacherout de la Matsa.
De notre époque, - grâce à D. – nous trouvons des Matsot faites à la main (les rondes), fabriquées spécialement pour le soir du Séder sous une surveillance pointilleuse, et l’on peut acheter ces Matsot pour le soir du Séder.

« ‘Al A’hilatt Matsa »
On ne récite la bénédiction « … Acher Kiddéchanou Bémitsvotav Vétsivanou ‘Al A’hilatt Matsa » que le soir du Séder, mais durant les autres jours de Péssa’h la consommation de la Matsa n’est pas obligatoire, et par conséquent, on ne doit pas réciter cette bénédiction, comme il est dit : « Le 14 du mois au soir vous consommerez les Matsot. »

Le laps de temps pour consommer la Matsa
Le soir du Séder, il faut consommer la quantité requise de Matsa en un laps de temps de « To’h Kédé A’hilatt Pérass », c'est-à-dire en 4 minutes. (Si l’on ne peut pas, il faudra la consommer en 7,5 minutes au maximum).

Si l’on a consommé la Matsa sans s’accouder
Nous avons déjà expliqué qu’il faut consommer les quantités requises de Matsa le soir de Péssa’h en étant accoudé, c'est-à-dire en se penchant légèrement sur la gauche. Si quelqu’un a consommé la Matsa en oubliant de s’accouder, la règle exige qu’il consomme de nouveau cette quantité en s’accoudant. Mais il ne faudra pas dire de nouveau la bénédiction sur cette nouvelle consommation de Matsa (Yalkout Yossef vol.3 page 462).

Nous avons aussi expliqué que les femmes doivent elles aussi s’accouder le soir du Séder, au même titre que les hommes. Cependant, une femme qui a consommé sans s’être accoudée, et qu’il lui est difficile de consommer de nouveau, est autorisée à se référer dans ce cas à l’opinion de certains décisionnaires selon lesquels les femmes ne sont pas tenues de s’accouder, et ne sont pas tenues de consommer de nouveau en cas d’oubli. (Yalkout Yossef vol.3 page 470).

Ne pas parler jusqu’à avoir consommé un Kazaït (27 g)
Etant donné que le devoir de consommer la Matsa le soir de Péssa’h correspond à une consommation d’au moins un « Kazaït de Matsa » (27 g), comme nous l’avons déjà expliqué, de ce fait, la bénédiction « … ‘Al A’hilatt Matsa » est destinée à une consommation d’une portion d’un Kazaït complet de Matsa. Par conséquent, il ne faut pas prononcer la moindre parole après la bénédiction « ‘Al A’hilatt Matsa », jusqu’à avoir terminé de consommer au moins un Kazaït de Matsa en étant accoudé. Cependant, si l’on a parlé après avoir consommé un peu de Matsa, on ne récite pas de nouveau la bénédiction, car on aura au moins entamé le devoir de la consommation (voir ‘Hazon Ovadia page 68).

Réchauffer la Matsa
Il est permis de réchauffer les Matsot avant de les consommer le soir du Séder, sur une plaque électrique, et il n’y a pas de différence sur ce point entre des Matsot dures ou tendres.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

The Laws of Mentioning “Mashiv Ha’Ruach”

We Begin Reciting “Mashiv Ha’Ruach” “Mashiv Ha’Ruach U’Morid Ha’Geshem” is a praise we recite to Hashem during the winter months within the “Mechayeh Ha’Metim” blessing of the Amidah as is printed in all Siddurim. We begin recitin......

Lire la Halacha

A Rainbow

One Who Looks at a Rainbow Our Sages (Chagiga 16a) state: “The eyes of one who gazes at a rainbow are dimmed, as the verse (Yechezkel 1) states, ‘Like the appearance of a rainbow in the clouds on a rainy day, so is the radiance around and this is the appearance of the glory of Hashem.&r......

Lire la Halacha

Things Which Cause Forgetfulness

Five Things Which Cause One to Forget What He Has Learned The Gemara (Horayot 13b) states: “Our Sages taught: Five things cause one to forget the Torah one has learned: One who eats food which a cat or mouse have eaten from, one who eats the heart of an animal, one who eats olives regularly, ......

Lire la Halacha

The Laws of One Who Forgets to Mention “Ve’Ten Tal U’Matar” in the “Blessing of the Years”

In the previous Halacha, we have discussed in a general manner that our Sages enacted that beginning from the Seventh of Marcheshvan (outside of Israel from the Fourth or Fifth of December), one begins reciting “Ve’Ten Tal U’Matar” (a request for dew and rain) in the “B......

Lire la Halacha


Must One Recite a Blessing Before Merely Tasting a Food?

We have already discussed several times that regarding the laws of Blessings of Enjoyment recited before eating that there is no limit for reciting a blessing before eating, meaning that no matter what amount of food or beverage one eats or drinks, one must still recite a blessing. The reason for th......

Lire la Halacha

Question: At what point does it become permissible to speak after reciting a blessing on food? Is one permitted to speak immediately after placing the food in one’s mouth and tasting the food’s flavor or must one wait until one swallows the food?

Answer: The Gemara in Masechet Berachot (40a) and Rashi ibid. state that one may not speak in between reciting a blessing on food and eating it because this constitutes an interruption between the blessing and the eating and there is no longer any connection between them, as we have discussed severa......

Lire la Halacha

When the Sanctity of Shevi’it Will Apply to Fruits and Vegetables and More on “Heter Mechira”

In the previous Halachot we have explained that any produce grown in Jewish-owned fields in the Land of Israel this year (5782) retain the sanctity of Shevi’it. We have likewise discussed the ramifications of this sanctity and the proper way to treat such produce. This sanctity rests even on f......

Lire la Halacha

Eating and Washing One’s Self Yom Kippur

Some Laws of Yom Kippur All are obligated to fast on Yom Kippur, including pregnant and nursing women. Any woman whose health is at risk due to the fast should consult a prominent Torah scholar who is well-versed in these laws and he should render his ruling whether or not she must fast. One whose ......

Lire la Halacha