Halacha pour mardi 3 Kislev 5775 25 novembre 2014              

La Halacha est dédiée
Pour la guérison totale de Gabriel Ben Sultana (Teboul), Max Mordé'haï Ben Oraïda (Mimouni) parmi tous les malades d'Israël

Date de la Halacha: 3 Kislev 5775 25 novembre 2014

Catégorie: General


Recouvrir les couteaux lors du Birkat Ha-Mazon

L’étude de cette Halacha est dédiée
aux innocentes victimes sauvagement assassinées en sanctifiant le Nom d’Hachem à l’heure de la prière dans une synagogue du quartier Har Nof à Jérusalem.
Que leurs âmes soient enveloppées du firmament de la vie, qu’ils se tiennent en prière en faveur des rescapés de leur peuple, afin que le crime et le malheur ne frappent plus notre pays, que le Père des orphelins et le Protecteur des veuves prenne en pitié les pauvres familles qui ont perdus leurs êtres chers, et qu’Il venge le sang innocent de Ses serviteurs, Amen.        

Cette Halacha est aussi dédiée à la prompte et totale guérison de
mon beau père Its’hak Ben ‘Aisha (BENICHOU) d’Ashdod, de Charly Israël Ma’hlouf Ben ‘Aisha (BENICHOU) d’Ashdod, de Chim’on Ben Méssa’ouda (BENITAH) de Lyon, de Ménou’ha Eliana Bat Esther (Réfouat Ha-Néfesh Ou-Rfouat Ha-Gouf), et de Eliahou Ben Myriam (LASRY),
parmi tous les malades d’Israël,
-------------------------------------------

Question : Y a-t-il une source à la tradition observée par de nombreuses personnes de recouvrir les couteaux à la fin du repas, au moment du Birkat Ha-Mazon, et y a-t-il une différence sur ce point entre le Chabbat et un jour de semaine ?

Réponse : La tradition de recouvrir les couteaux à la fin du repas avant le Birkat Ha-Mazon avec une serviette de table ou autre, prend sa source dans les propos de MARAN dans le Beth Yossef (chap.180) au nom de Rabbénou Ha-Rokéah’ qui écrit :
« On recouvre les couteaux au moment du Birkat Ha-Mazon car il est dit au sujet du Mizbéah’ (l’autel dans le Temple) : « Tu ne mettras pas le fer en contact avec les pierres du Mizbéah’ ». Or, on explique dans la Méh’ilta que la raison pour laquelle on ne doit pas mettre le fer en contact avec les pierres du Mizbéah’ réside dans le fait que le Mizbéah’ a pour propriété de rallonger la vie de l’homme, et il n’est pas convenable qu’il soit en contact avec le fer qui a une vocation contraire.
La table est comparable au Mizbéah’ comme il est enseigné dans le traité H’aguiga (27a). » Fin de citation.
Rabbi David ABOUDERHEM ainsi que l’auteur du Chibolé Ha-Lékett écrivent également la même chose.

Le Chibolé Ha-Lékett ajoute :
« J’ai entendu de la bouche du Sage Rabbi Simh’a une autre explication sur la chose. Une fois, quelqu’un récitait le Birkat Ha-Mazon, lorsqu’il arriva à la bénédiction de Boné Yérouchalaïm, il se rappela de la destruction du Temple, saisi un couteau et - dans sa grande peine - le planta dans son ventre. C’est pourquoi nous avons l’usage en souvenir de cette tragédie de retirer le couteau au moment de la bénédiction. »
Ces deux explications sont également écrites dans le Orh’ott H’aïm.
Malgré tout, MARAN conclut dans le Choulh’an ‘Arouh’ que les jours de Chabbat et de Yom Tov, nous n’avons pas l’usage de retirer les couteaux de la table, et même si selon l’explication de Rabbi Simh’a que nous avons mentionné, il n’y a pas de différence entre Chabbat et les jours de semaine, malgré tout une tradition d’Israël a force de loi. (Selon la première explication que nous avons écrite, nous comprenons pourquoi on ne retire pas le couteau le jour de Chabbat, car ce jour-là il est interdit de construire le Mizbéah’, et il n’y a donc pas de lien avec la construction du Mizbéah’ ce jour-là puisqu’on ne peut pas y manier la lame. C’est ce qu’écrit le Maguenn Avraham. La première explication reste la plus essentielle.) Il y a d’autres explications plus approfondies au niveau du sens Kabbalistique.

MARAN tranche dans le Choulh’an ‘Arouh’ que nous avons l’usage de recouvrir les couteaux au moment du Birkat Ha-Mazone uniquement les jours de semaine et non les jours de Chabbat.
Rabbénou Mordéh’aï YAFFé l’auteur des Lévouchim écrit que selon leur usage, on ne fait pas de différence entre Chabbat et les jours de semaine sur ce point, et on recouvre les couteaux systématiquement. Ceci parce qu’ils prennent en considération l’explication de Rabbénou Simh’a, comme nous l’avons écrit au nom de MARAN dans le Beth Yossef, car selon l’explication de Rabbénou Simh’a, il n’y a pas de différence sur ce point entre Chabbat et un jour de semaine.
Cependant, notre maître l’auteur du TAZ écrit que même selon l’explication de Rabbénou Simh’a, il y a une différence sur ce point, car l’affliction et la peine pour la destruction du Temple peuvent se ressentir particulièrement un jour de semaine (en particulier dans les précédentes générations où l’on avait pleinement conscience de la perte du Temple et où l’on s’attristait de façon considérable sur la destruction du Temple et l’exil d’Israël), ce qui n’est pas le cas le jour du Chabbat où le sentiment de peine est atténué, il ne faut donc pas prendre cette explication en considération ce jour-là.

Notre maître le H’YDA écrit que selon les propos des Kabbalistes le Saint Rabbi Moché KORDOVERO ainsi que selon l’aïeul du H’YDA, le Gaon Rabbi Avraham AZOULAÏ, il faut au contraire veiller à ne pas recouvrir les couteaux les jours de Chabbat et de Yom Tov, car selon le sens mystique, le jour de Chabbat est sous le symbole du ‘Olam Ha-Ba (le Monde Futur), et à ce moment précis dans les temps futurs – rapidement et de nos jours – les rigueurs se radouciront et la mort disparaîtra du monde, c’est pourquoi il ne faut pas recouvrir les couteaux le jour de Chabbat.

En conclusion: L’usage d’Israël est de couvrir les couteaux en fin de repas. Ceux qui ont l’usage de ne pas les couvrir le Chabbat et Yom Tov, ainsi que ceux qui n’ont pas d’usage précis sur ce point, il est préférable pour eux de ne pas les couvrir ces jours-là.

< < La Halacha précédente Halacha suivante > >