Halacha pour dimanche 1 Nissan 5781 14 mars 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Seder du soir de Pessah’ - Kadech

Le célèbre Seder de Pessah’ « Kadech – Ourh’ats – Karpass – Yah’ats – Maguid – Roh’tsa – Motsi – Matsa – Maror – Koreh’ – Choulh’an Oreh’ – Tsafoun – Bareh’ – Hallel – Nirtsa » a été instauré par le Saint Rachi.
C’est cet ordre-là que toutes les communautés d’Israël respectent le soir de Pessah’, comme cela est imprimé dans les différents Mah’zorim et Hagadot.
Nous pouvons glorifier Hachem puisque de notre époque, nous trouvons en tout endroit, des livres de « Hagada de Pessah’ » revus et corrigés, dans lesquels il est expliqué de façon très claire, comment célébrer le Seder de Pessah’.
Chaque chef de famille se doit d’agir avec clairvoyance et de se procurer une Hagada rédigée selon l’opinion des Grands de la Génération.
(Nous suggérons la Hagada de Pessah’ « H’azonn Ovadia » qui fut rédigée il y a des dizaines d’années par notre saint maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l. Elle est écrite dans un langage claire et accessible à tous, et de plus, on y trouve les Halah’ot du Seder, écrites de façon très explicite).

Quel type de vin se procurer?
Le vin sur lequel nous récitons Boré Péri Ha-Guéfenn durant toute l’année, ainsi que pour le soir de Pessah’, doit être véritablement constitué d’une majorité de raisins (certains imposent d’avantage).
On ne peut pas réciter la Bérah’a de Boré Péri Ha-Guefen sur un vin contenant une grande quantité (majorité) d’eau, de sucre ou d’autres ingrédients, mais uniquement Chéhakol Nihya Bidvaro, au même titre que l’on récite Chéhakol Nihya Bidvaro sur n’importe quelle autre boisson qui n’est pas du vin.
Il en est de même pour une boisson qui ne contient que 10 % de jus de raisins, on récitera Chéhakol Nihya Bidvaro sur une telle boisson.
On ne peut réciter la Bérah’a de Boré Péri Ha-Guéfenn sur un vin que lorsqu’on a la certitude qu’il s’agit d’un véritable vin et non d’un vin « falsifié », et qu’il répond aux exigences de la tradition des Séfaradim, selon l’opinion de MARANN, l’auteur du Beth Yossef. Cette condition s’applique également aux vins qui sont sous le contrôle de prestigieux organismes de Cacherout, qui collent des étiquettes sur les bouteilles où il est écrit « la Bérah’a de ce vin est Boré Péri Ha-Guéfenn, même selon l’opinion de Marann, l’auteur du Beth Yossef ». Il ne faut pas se fier aveuglément à de telles étiquettes, car certains interprètent les propos du Beth Yossef sur ce point, de façon fausse et non conforme à la tradition de Séfaradim qui ne récitent la Bérah’a de Boré Péri Ha-Guefen uniquement sur un vin qui est constitué véritablement d’une majorité de raisins.
Certains producteurs de vins Cachers (israéliens) exigent – pour des raisons de Cacherout ou de qualité – que leurs vins soient constitués véritablement d’une majorité de raisins. Parmi eux : KARMEL MIZRA’HI – RAMAT HAGOLAN – CASTEL et d’autres… On peut réciter la Bérah’a de Boré Péri Ha-Guefen (ainsi que Kiddouch et les 4 verres de Pessah’) sur ces vins, sans le moindre doute. De même pour les vins sous le contrôle du Beth Din « BADATS BETH YOSSEF » (qui fut érigé sous la haute autorité de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l), on peut réciter la Bérah’a de Boré Péri Ha-Guefen sur ces vins sans le moindre doute. En France il semble que ce problème n’est pas d’actualité, car les producteurs sont très méticuleux à l’égard de la qualité du vin ou du jus de raisins.

Le jus de raisins
Une personne ayant des difficultés à boire du vin le soir du Séder de Péssah’, est autorisée à boire du jus de raisins et s’acquitte ainsi de son devoir des 4 coupes. Cependant, la personne qui s’imposera la rigueur de boire du vin exclusivement, ou bien de mélanger le jus de raisins avec le vin est digne de la Bénédiction.

Quelle quantité de vin faut-il boire?
On doit boire – pour chacun des 4 verres – la quantité minimale de 1 Révi’it (81 g ou 8.1 cl) de vin, sans la moindre interruption. Cela signifie qu’il faut boire la quantité de 81 g (8.1 cl) en une seule fois à chaque verre.  
Si l’on a bu seulement la quantité de Rov Révi’it (la majorité de Révi’it, 45 g ou 4.5 cl) de vin, on est quitte de ce verre, et on n’est pas tenu de le boire de nouveau.
Une personne que le vin indispose, et qui se contente de boire uniquement la quantité minimale de Rov Révi’it (4.5 cl) à chaque verre, doit veiller à boire un Révi’it complet (8.1 cl), au moins au 3ème ou au 4ème verre, sinon il ne pourra pas réciter la Bérah’a finale de ‘Al Ha-Guefen qui ne se récite que lorsqu’on a consommé au minimum la quantité de 1 Révi’it (8.1 cl) en une seule fois.
Une personne souffrante de diabète, à qui il est interdit de consommer les 4 coupes du Séder pour des raisons médicales, ne doit pas boire les 4 coupes, et il lui est interdit  de s’imposer la rigueur sur ce point.

Une personne malade
Une personne pour qui il est très difficile de consommer du vin, et qui s’autorise à boire uniquement la quantité de « Rov Révi’itt » à chaque coupe, doit veiller lors de la 3ème ou de la 4ème coupe à boire véritablement la quantité de « Révii’tt » afin de réciter la bénédiction finale de « ‘Al Haguéfen (car la récitation de cette bénédiction finale exige une consommation d’au moins un « Révi’itt » en une seule fois).

Une personne souffrant de diabète et pour qui il est médicalement interdit de consommer les 4 coupes, ne doit pas les boire, et il lui est interdit de s’imposer la rigueur sur ce point.

En conclusion: Il faut se procurer un vin bénéficiant d’un certificat de Cacherout réputé pour sa fidélité aux traditions des Séfaradim. Un personne qui ne peut pas boire du vin, peut s’autoriser de boire du jus de raisins. Il faut boire chacune des 4 coupes selon l’ordre de la Hagada, et à chacune des 4 coupes il faut boire au minimum la quantité de 81 g de vin (8.1 cl). Une personne pour qui il est très difficile de boire cette quantité, peut s’autoriser de boire la quantité de « Rov Révi’it » (lamajorité de Révi’it, 45 g ou 4.5 cl) de vin pour chaque coupe (pour la 3ème et la 4ème coupe elle devra boire la quantité de Révi’it intégralement).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les 8 niveaux de la Tsédaka

Le RAMBAM écrit (chap.10 des règles relatives aux dons aux nécessiteux): Il y a 8 niveaux dans la Tsédaka, l’un supérieur à l’autre. C'est-à-dire: 8 façons de donner la Tsédaka, l’une supérieure à l&......

Lire la Halacha

Ecouter de la musique et des paroles de Torah dans une salle de bains – L’émission de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’écouter des chansons Kodech ou bien des discours et des cours de Torah dans une salle de bains? De même, est-il permis de prononcer des paroles de Torah dans une salle de bains? Réponse: Il faut traiter la question selon deux problèmes: ......

Lire la Halacha

Nétilat Yadaïm dans la salle de bain

Question: Est-il possible de procéder à la Nétilat Yadaïm pour le repas dans une salle de bains ou dans un cabinet toilette équipé d’un lavabo? Réponse: MARAN tranche dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.4): Lorsqu’on sort d......

Lire la Halacha

Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim

A la demande de nombreuses personnes, nous continuons à développer le sujet de la Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim (dîme financière), à partir des propos de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ et des décisi......

Lire la Halacha


Nétilatt Yadaïm avec de l’eau de mer – L’eau dessalée

Question: En été, lorsqu’on se rend à la plage (séparée) et que l’on désire consommer du pain, est-il possible de procéder à la Nétilatt Yadaïm (ablution des mains avant le repas) avec un ustensile que l’on rempli ......

Lire la Halacha

Nétilatt Yadaïm - Immerger les mains dans de l’eau de mer

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que lorsqu’on se trouve à la plage, et que l’on désire consommer du pain, on ne peut pas prendre l’eau de mer dans un ustensile pour procéder à la Nétilatt Yadaïm, car l&rsq......

Lire la Halacha

Déduire du Ma’asser les dépenses liées aux enfants

Question: Les personnes qui ont l’usage de prélever chaque mois le « Ma’asser Késsafim » (la dîme financière), peuvent-elles déduire du Ma’asser, les frais de prise en charge de leurs enfants qui vivent encore avec eux? R&e......

Lire la Halacha

Quelle est la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka?

Concernant la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka, nos maîtres - le RAMBAM, le TOUR et MARAN l’auteur du Choulh'an ‘Arouh’ – écrivent que lorsqu’on possède les moyens suffisants, il faut donner selon les besoins ......

Lire la Halacha