Halacha pour dimanche 16 Av 5781 25 juillet 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Tinok Ben Yael Sarah

Pour la guérison totale et rapide de Jean Luc Shelomo Ben Eliyahou (Azoulay) parmi tous les malades d'Israël Amen.

Réciter le Birkat Hamazon sur le lieu du repas

Lorsque l’on mange un repas accompagné de pain, on est tenu de réciter Birkat Hamazon sur le lieu du repas. On ne doit donc pas se rendre à un autre endroit pour y réciter le Birkat Hamazon, mais seulement rester sur le lieu du repas, afin d’y réciter le Birkat Hamazon, et s’en aller ensuite.

Si l’on a quitté ce lieu sans avoir récité Birkat Hamazon:

Si l’on a agi volontairement, en sachant que l’on est tenu de réciter là où l’on a mangé, dans ce cas, on a l’obligation de retourner sur le lieu du repas afin de réciter Birkat Hamazon, et il est interdit de réciter Birkat Hamazon là où l’on se trouve. Toutefois, si on l’a récité dans le 2ème endroit, bien que l’on a agi de façon contraire au Din, on est quitte (Bédi’avad), et l’on ne récite pas de nouveau le Birkat Hamazon à l’endroit initial.

Si l’on a agi involontairement, par exemple lorsque l’on part en oubliant de faire Birkat Hamazon, et que l’on s’en souvient là où l’on se trouve à présent, ce cas fait l’objet d’une Mah’loket (divergence d’opinions Halah’ique) parmi les Poskim Rishonim (les décisionnaires de l’époque médiévale) si la personne est tenue de revenir à l’endroit initial ou pas. Voici comment MARAN rapporte leurs opinions dans le Choulh’an ‘Arouh’ (O.H chap.184 paragr.1):

Si l’on a quitté l’endroit du repas (sans réciter le Birkat Hamazon), lorsque l’on a agi involontairement, selon le Rambam et Rabbénou Yona, on récite là où l’on s’en rend compte. Mais selon le ROSH, on doit retourner sur le lieu du repas.

Les Poskim discutent afin d’établir selon lequel de ces 2 avis, MARAN tranche cette Halah’a.

Dans le cas où l’on a quitté le lieu du repas involontairement sans réciter Birkat Hamazon, pouvons-nous le réciter là où l’on se trouve à présent, conformément à l’opinion du Rambam et de Rabbénou YONA, ou bien sommes-nous tenus, même dans ce cas, de retourner sur le lieu du repas pour le réciter, conformément à l’opinion du ROSH?

Notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que MARAN pense comme le Rambam et Rabbénou YONA sur ce point, car ils représentent la majorité contre l’opinion du ROSH qui est seul.

C’est pourquoi, on n’est pas tenu de revenir à l’endroit initial afin d’y réciter le Birkat Hamazon. Qui plus est, hormis le fait que sur ce point, le Rambam et Rabbénou Yona représentent la majorité, nous pouvons aussi ajouter le fait que la rédaction du Choulh’an ‘Arouh’ repose essentiellement sur l’opinion du Rambam. D’ailleurs, MARAN écrit lui-même dans Shout Avkat Roh’el, un autre de ses ouvrages, que « le Rambam est le plus important des Poskim, et que toutes les communautés d’Erets Israël, des pays d’Orient et du Maghreb, se comportent selon son opinion, et l’ont accepté sur eux comme leur maître. » (Notre maître le Rav z.ts.l s’est longuement étendu sur ce point dans son livre)

Par conséquent, l’essentiel va selon l’opinion du Rambam, et dans le cas où l’on a involontairement quitté le lieu du repas sans avoir récité Birkat Hamazon, on peut le réciter là où l’on se trouve. Toutefois, une personne qui veut s’imposer de retourner sur le lieu du repas, même dans une situation involontaire, la Bénédiction reposera sur cette personne.

Conclusion: On est tenu de réciter le Birkat Hamazon là où l’on a mangé. Si par erreur, on a quitté le lieu du repas sans avoir réciter le Birkat Hamazon, le Din est le suivant:

Si l’on a agi volontairement, on est tenu de revenir à l’endroit initial afin d’y réciter le Birkat Hamazon.

Si l’on a agi involontairement, selon le strict Din, on n’est pas tenu de revenir à l’endroit initial, mais celui qui s’imposera la rigueur de revenir à l’endroit initial même lorsqu’il a agi involontairement, sera digne de la Bénédiction.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

L’interdiction de « Dach » (battre le blé) et de Séh’ita (presser) pendant Chabbat

Nous avons déjà expliqué à plusieurs reprises qu’il existe 39 activités sources (« Avott Mélah’ott ») interdites pendant Chabbat. Chacune de ses activités sources possède des activités dérivées (&laq......

Lire la Halacha

Faire du thé pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons écrit qu’il est permis de presser des citrons pendant Chabbat à la main – et non au moyen d’un ustensile – car la règle du pressage du citron n’est pas la même que celle du pressage des autr......

Lire la Halacha

Presser un citron pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’il est interdit de presser des fruits pendant Chabbat, lorsqu’il s’agit de fruits qu’il est d’usage de presser pour leur jus. De même, nous avons aussi expliqué qu’il est permis d......

Lire la Halacha

Le véritable sens Halachique de la fête de Tou Bichvat

Ce soir (dimanche soir), tombe la fête de TOU Bichvat La Guémara Roch Ha-Chana (2a) nous enseigne: Tou Bi-Chvat est le Roch Ha-Chana des arbres. Certains font l’erreur de croire qu’au même titre que tout l’univers est jugé le jour de Roch Ha-Chana (......

Lire la Halacha


Réciter le Birkat Ha-Mazon en se déplaçant en chemin

Question: Lorsqu’une personne consomme en marchant, est-elle autorisée à réciter le Birkat Ha-Mazon en marchant? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que nos maîtres ont instauré de réciter le Bir......

Lire la Halacha

Presser des oranges sur une salade de fruits pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons fait mention de l’interdiction de la Torah de presser des olives pendant Chabbat pour obtenir de l’huile, ou bien des raisins pour en extraire le jus. Mais pour tous les autres fruits, leur pressage n’a pas été int......

Lire la Halacha

Des aliments contenant de la farine

Ces derniers jours, nous avons appris que lorsqu’un aliment est constitué de plusieurs aliments dont les bénédictions initiales sont différentes, il faut réciter la bénédiction correspondant à l’aliment principal du mélange. ......

Lire la Halacha

Un aliment constitué de plusieurs espèces

Question: Quelle est la bénédiction d’un poivron farci ? De même, quelle est la bénédiction d’une pâtisserie faite à base d’un peu de farine, mais dont l’essentiel est constitué de fruits et de noix? Réponse: Dan......

Lire la Halacha