Halacha pour dimanche 20 Nissan 5784 28 avril 2024

La Halacha est dédiée
Pour la guérison totale de Gabriel Ben Sultana (Teboul), Max Mordé'haï Ben Oraïda (Mimouni) parmi tous les malades d'Israël

« Chévi’i Chel Péssa’h » - Le 7ème jour de Péssa’h

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Ya’akov SASSON Chlita,
directeur de notre site Halacha Yomit,
et digne petit-fils de notre maître le Rav Oavdia YOSSEF z.ts.l

Lorsque les Béné Israël sortirent d’Egypte, les égyptiens les poursuivirent et la Mer Rouge était devant eux. Il se produisit alors le grand miracle dont la notoriété a marqué l’histoire de notre peuple, l’ouverture de la Mer Rouge.
Cet événement s’est produisit le 7ème jour de Péssa’h.
Il représente le plus important miracle parmi tous les miracles et les merveilles qu’Hachem a réalisé pour notre peuple lors de la Sortie d’Egypte.
Il est de notoriété que lorsque la Mer Rouge s’est ouverte, toutes les eaux du monde se sont partagées, et ainsi le miracle réalisé par Hachem pour son peuple se divulgua considérablement dans tout l’univers.
C’est alors que toutes les nations redoutèrent les Béné Israël, car tout le monde savait qu’Hachem le Roi de l’univers veille sur eux et les protège, et qu’Il anéantirait celui qui oserait les combattre.

Il est fréquent d’entendre les gens dirent que si Hachem réaliserait pour nous aujourd’hui des miracles semblables à ceux qu’Il a réalisé à nos ancêtres sur la Mer Rouge, il nous serait certainement beaucoup plus facile de croire en Lui avec plus d’engouement, et d’accomplir tous Ses commandements avec minutie.

Mais ceci est totalement inexact pour plusieurs raisons, et nous citerons quelques-unes d’entre elles.

Avant tout, il est inconcevable qu’Hachem réalise un miracle pour chaque individu à chaque génération, non pas que la chose soit impossible de Sa part ‘Hass Véchalom, mais parce qu’il n’y a aucune utilité à cela, car Hachem ne désire pas que son univers soit géré majoritairement par les miracles dévoilés.

De plus, il est une erreur totale de croire qu’Hachem ne nous réalise pas de miracles dans nos générations, car en réalité il n’y a pas un jour où Hachem ne nous réalise pas de miracles, comme nous le disons au quotidien dans le passage de « Modim » dans la ‘Amida : « … pour tes miracles envers nous au quotidien … », car la vérité nous indique qu’Hachem réalise pour nous de grands miracles à chaque instant.
Mais nous ne distinguons pas réellement ces miracles parce que nous y sommes habitués.
Nous avons tendance à penser que c’est le « fonctionnement du monde » et « la nature », au point de ne plus discerner qu’Hachem nous réalise un véritable miracle.
Il ne fait aucun doute que si l’on voyait au quotidien des anges venir nourrir les bébés d’Israël avec du miel et du lait (comme cela se produisit en Egypte), on ne discernerait pas davantage le miracle, et nous aurions dit que c’est « naturel », car nous serions accoutumés du fait.
L’accoutumance … Là est tout le problème … et ceci ne fait pas le moindre doute.
(Preuve en est : Les impies d’Israël comme ceux des nations sont justement ceux qui ont perçu plus que quiconque les merveilles d’Hachem dans la création, et ce sont eux qui ont malgré tout renié l’existence d’Hachem. Prenons pour exemple les théories scientifiques renégates des cents dernières années, ces théories ont toutes été exprimées par des gens qui avaient une connaissance parfaite et minutieuse des merveilles d’Hachem dans la conduite de Son univers. Le grand miracle de la création de l’être humain, la vie des créatures vivantes et la complexité des différents corps vivants, la correspondance parfaite entre les différentes parties de la création, la pousse des végétaux, etc. … et malgré tout cela, ils n’ont jamais hésité à dire que tout fut créé en conséquence à une grande explosion (Big Bang) qui conçu de manière surprenante l’intégralité de la création, ou bien que tout fut créé de manière conséquente à des modifications évolutionnistes ou autre …
Même si toutes ces théories sont de pures folies – car il n’y a pas plus débile que de croire qu’une création aussi parfaite et aussi merveilleuse que notre univers ne possède pas un Créateur qui a conçu les choses de manière précise – malgré tout, ces grands savants ont choisi d’emprunter ces voies dénuées de sens …). 

Hachen dit dans Sa Torah : « aucun homme ne peut me voir et vivre … ».
Quel est le sens de cette phrase ?
La conduite de l’univers par Hachem se fait toujours de manière « enveloppée » de plusieurs « enveloppes ».
L’enveloppe de la gestion du monde se nomme « Nature », car même les miracles sont qualifiés par le terme « Nature ».
En effet, si la conduite de l’univers par Hachem se faisait de manière complètement dévoilée, le dévoilement de la Ché’hina (Présence divine) se manifesterait dans toute sa puissance, chose impossible en permanence. En particulier, dans nos générations où nous vivons dans un état de « Hester Panim » (Voilement de la Face divine) de la part d’Hachem, où la gestion du monde par Hachem n’est pas réellement distincte pour celui qui ne désire pas la voir.
Celui qui ne désire pas croire en la Providence divine sur Ses créatures et en Ses miracles envers nous au quotidien, et qui désire plutôt « résoudre » les énigmes de la conduite du monde par « le naturel », peut le faire de façon certaine.
Mais ceci représente justement l’épreuve de la part d’Hachem, vis-à-vis de ce qui nous est demandé, de croire en Lui et en Sa Providence sur nous.

Il en fut de même en Egypte, lorsque les égyptiens furent châtiés par les Dix Plaies, ils avaient toutes sortes d’explications « naturelles », en disant qu’il arrive parfois que les eaux du Nil prennent l’aspect du sang, en raison de changements au niveau de la composition de l’eau. Ou bien lorsqu’ils subirent la plaie des grenouilles, ils l’expliquèrent en disant que des accident « naturels » peuvent arriver par une surpopulation d’une espèce précise, et ainsi pour les autres plaies, les poux, la peste, etc. …

Mais lorsque les Béné Israël et les égyptiens arrivèrent à la Mer Rouge, c’est alors que tous constatèrent les miracles d’Hachem de manière qualifiée. Ils crurent à cet instant que tout ce qu’ils vécurent auparavant, tout venait d’Hachem.
Ils dirent : « C’est Lui qui a réalisé les miracles en Egypte ! »
Le texte décrit la réaction des égyptiens sur la Mer Rouge ainsi :
« Je fuis le peuple d’Israël, car Hachem combat pour eux en Egypte ! »
Nous remarquons qu’il n’est pas dit « car Hachem combat pour eux sur la Mer Rouge », et cela signifie : Même les miracles réalisés en Egypte – et que nous avons pu expliquer par toutes sortes de moyens naturels – nous voyons à présent qu’ils émanaient tous de la Main d’Hachem !

Hachem nous a montré Sa main merveilleuse en cette génération de la Sortie d’Egypte, et nous Ses enfants, nous transmettons le message que nous avons reçu depuis, de génération en génération, de père en fils, de mère en fille, d’enseignants à élèves, et par le fait que nous nous souvenons des jours de notre sortie d’Egypte et des miracles qu’Hachem nous a réalisés, nous reconnaissons la Providence d’Hachem sur nous.
Ainsi, nous serons dignes de voir et de ressentir de nouveau les miracles qu’Hachem réalisera pour nous, lorsqu’Il viendra nous délivrer pour l’éternité.

Moa’dim Lé-Sim’ha ! Tizkou Lé-Chanim Rabbot Né’imot Vétovot !

8 Halachot Les plus populaires

Vaygach

Nous sommes aujourd’hui à la date du 10 Tévet, jour de jeûne public pour tout le peuple d’Israël. Vous pouvez consulter les règles relatives à un jour de jeûne ici, dans une Halacha antérieure consacrée au jeûne du 17 Ta......

Lire la Halacha

Vay’hi – La force d’une bonne parole

Commentaires rédigés pour Halacha Yomit par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv Dans notre Paracha, Ya’akov Avinou rassemble ses enfants auprès de lui et les bénit avant de quitter ce monde, comme il est ......

Lire la Halacha

Des pains « ‘Halavi » (pétris avec du lait)

Il est expliqué dans la Guémara Péssa’him (36a) que nos maitres ont interdit de pétrir une pâte avec du lait, car il est à craindre que l’on ne porte pas attention à cela et que l’on en vienne à consommer ce pain avec de la via......

Lire la Halacha

« Rétsé » dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat

Dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat, avant la bénédiction de « Boné Yérouchalaïm » (Vétivné), il faut ajouter le passage de « Rétsé Véhah’alitsénou », comme imprimé dans les rituels de pri&......

Lire la Halacha


Michpatim

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Ya’akov SASSON Chlita, directeur de notre site Halacha Yomit, et digne petit-fils de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l Il est dit dans notre Paracha : « Or, j'enverrai devant toi un ange, chargé de veiller......

Lire la Halacha

Térouma

Entre Moché et Bétsla’el Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadia COHEN Chlita, Chef des tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Cette semaine, nous lirons dans notre Paracha la contribution matérielle des Béné I......

Lire la Halacha

S’assoir sur de la nourriture

Question : Est-il vrai qu’il est interdit de s’assoir sur une caisse contenant de la boisson ou de la nourriture ? Réponse : Il est expliqué dans le traité Béra’hot (50b) qu’il est interdit de se comporter de façon humiliante envers de la......

Lire la Halacha

Mikets - « Un homme intelligent et sage »  - Histoire au sujet de Rabbi Avraham Ibn ‘EZRA

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Notre Paracha nous relate les rêves de Pharaon ainsi que leurs interprétations données par Yossef Ha-Tsaddik, qui eut le m&......

Lire la Halacha