Halacha pour mardi 3 Nissan 5781 16 mars 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme Marciano z’’l de Lyon)
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef z’’l
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin Elhadad de Lyon) z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna (Bensaid de Lyon) z’’l 
Richard Amram ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon

Pour la guérison totale et rapide de:
Betty Rivka Bat Sultana
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (Steboun) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Les quantités de Matsa que l’on doit consommer le soir du Séder

Question: Combien de quantités de « Kazaït » de Matsa doit-on consommer le soir de Pessah’?

Réponse: Le soir du Seder de Pessah’, l’obligation est de consommer au total 3 fois la quantité de Kazaït de Matsa. Le Kazaït correspond à 27 g. Malgré tout, il y a matière à s’imposer la H’oumra (rigueur) de consommer 4 ou même 5 quantités de Kazaït de Matsa, comme nous allons l’expliquer.

Le Seder de Pessa’h
Le Seder de Pessah’ établie par notre grand et saint maître, Rachi, comme nous l’avons déjà expliqué, est le suivant:
Kadèch; Ourh’ats; Karpass ; Yah’ats ; Maguid ; Roh’tsa ; Motsi Matsa ; Maror ; Korèh’ ; Choulh’an ‘Orèh’ ; Tsafounn ; Barèh’ ; Hallel ; Nirtsa.

Dans le plateau du Séder, se trouvent 3 Matsot placées l’une sur l’autre.
Lorsqu’on arrive à « Yah’ats », le chef de famille la Matsa du milieu et la brise en deux parties. Il replace la plus petite partie parmi les deux autres Matsot et confie la grande partie à l’un des convives qui la gardera pour l’Afikoman, comme nous l’expliquerons.

Le 1er « Kazaït »
Lorsqu’on arrive à l’étape de « Motsi Matsa », le chef de famille prend les 3 Matsot qui se trouvent dans le plateau du Seder, disposées une entière au dessus, une entière au dessous, et la demi que l’on a brisé au moment de « Yah’ats » au milieu. Il attrape les Matsot dans ses mains et récite la bénédiction de « Ha-Motsi », et ensuite la bénédiction de « ‘Al Ah’ilatt Matsa ». Nous avons l’usage de lâcher la Matsa inférieure après avoir récité la bénédiction de Ha-Motsi, et l’on garde en mains uniquement la Matsa supérieure ainsi que la demi pour réciter « ‘Al Ah’ilatt Matsa ».

Le chef de famille consomme un Kazaït de chacune des 2 Matsot. Il consomme donc 2 fois la quantité de Kazaït en une seule consommation, un Kazaït de la Matsa supérieure et un Kazaït de la demi Matsa. Mais les convives pour lesquels il n’y a pas assez en 1 Matsa ½ pour consommer 2 fois la quantité de Kazaït, le chef de famille leur donnera un peu de chacune des 2 Matsot et leur ajoutera à partir d’autres Matsot pour arriver à la quantité de Kazaït. Les convives – qui ne consomment pas des Matsot qui se trouvent dans les mains du chef de famille - ne sont donc pas tenus de consommer 2 quantités de Kazaït, et il leur est suffisant – selon tous les avis - d’en consommer qu’un seul.
Les convives ne consomment donc lors de « Motsi Matsa » qu’un seul Kazaït.
Même le chef de famille, si pour une raison quelconque n’a consommé qu’un seul Kazaït, il est quitte Bédi’avad (a posteriori) de son obligation. Par manque de temps, nous ne pouvons nous étendre davantage sur les explications de ce Din.

Le 2ème « Kazaït »
Ensuite, lorsqu’on arrive à « Korèh’ », on prend une quantité de Kazaït de la 3ème Matsa qui se trouve dans le plateau du Seder, on la joint à une quantité de Kazaït de Maror (laitue) et on trempe le tout dans la H’arossete en disant : « En souvenir du Temple, selon l’opinion de Hillel ». On consomme ensuite le tout en s’accoudant sur la gauche. Au total, le chef de famille a consommé jusqu’à présent 3 quantités de Kazaït de Matsa, alors que les convives en ont consommé seulement 2.

Le 3ème « Kazaït »
Lorsqu’on arrive à la fin du repas à Tsafounn, on consomme de la Matsa qui a été conservée par l’un des convives pour l’Afikomann (lors de « Yah’ats », on a brisé la Matsa du milieu en 2 parties et l’on a confié une des 2 parties à un convive pour qu’il la préserve pour l’Afikomann. C’est de cette Matsa que l’on consomme à présent pour « Tsafounn »). Le chef de famille consomme de cette Matsa une quantité supplémentaire de Kazaït (pour les autres convives, on donnera d’une autre Matsa et on ajoutera un peu de la Matsa de l’Afikomann.) Cette Matsa doit être aussi consommée accoudé. Il faut être très vigilant à consommer cette quantité de Kazaït de l’Afikomann en étant accoudé, car si l’on oublie de s’accouder, il faudra la consommer de nouveau et il est fort probable que l’on ne s’acquittera pas de son obligation puisque cette consommation se fera de façon forcée, ce qui ne constitue pas une consommation conforme à la Halacha.

Certain s’imposent la H’oumra (rigueur) de consommer 2 quantités de Kazaït, un en souvenir du Sacrifice de Pessah’, et un en souvenir de la Matsa qu’ils consommaient avec le Sacrifice de Pessah’. Le chef de famille a donc jusqu’à présent consommé 5 quantités de Kazaït s’il s’impose la rigueur d’en consommer 2 pour « Tsafounn ». Sinon, il en aura consommé 4. Alors que les convives en consomment 4 s’ils s’imposent la rigueur. Sinon, ils n’en consomment que 3.

En conclusion: Pour « Motsi Matsa », le chef de famille consomme 2 quantités de Kazaït de Matsa. Les autres convives qui ne consomment pas de la Matsa qui se trouve dans les mains du chef de famille, ne consomment qu’un seul Kazaït. Pour « Korèh’ », chacun consomme un seul Kazaït de Matsa. Pour « Tsafounn », chacun consomme un seul Kazaït de Matsa. Certains s’imposent la rigueur d’en consommer 2 quantités de Kazaït.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La tradition du Tikoun de Chavou’ot (veillée de Chavou’ot)

La tradition est répandue au sein de toutes les communautés d’Israël de rester éveillés durant la nuit de Chavou’ot et d’étudier la Torah jusqu’à l’aube, comme il est écrit dans le Zohar Ha-Kadoch: Les premiers &lsq......

Lire la Halacha

Bénédictions alimentaires et lecture du Chéma’ la nuit de Chavou’ot

Dans la précédente Halacha, nous avons fais mention de la tradition de la veillée de Chavou’ot, durant laquelle nous restons éveillés pour étudier la Torah. Lecture du « Tikkoun » imprimé dans le livre « Kérié ......

Lire la Halacha

Multiplier constamment les demandes personnelles – Une étincelle d’esprit prophétique

Question: Est-il correct de renouveler la même demande en insistant auprès d’Hachem, en le suppliant pour la même chose chaque jour, ou bien faut-il cesser de demander cette chose si l’on voit que l’on n’est pas exaucé? Réponse: Il est ense......

Lire la Halacha

Se promener avec un chien pendant Chabbat

Question: Lorsqu’on possède un chien destiné à la distraction ou bien un chien guide-aveugle, est-il permis de le déplacer pendant Chabbat? De même, est-il permis de sortir dans les rues avec un tel chien? Réponse: Nous avons déjà expli......

Lire la Halacha


Lire le Chéma’ au coucher

Question: Y a-t-il une obligation de lire le Chéma’ avant d’aller dormir? Dans les Siddourim (les livres de prières), le Chéma’ du coucher est précédé de la bénédiction de « Hamapil », doit-on la r&eacut......

Lire la Halacha

La lecture du Chéma’ du coucher pour les femmes, ainsi qu’après ‘Hatsot (après le milieu de la nuit)

Dans la Halacha précédente, nous avons expliqué que le soir, avant de se coucher, il faut réciter le Chéma’, précédé de la bénédiction de Hamapil, et que cette bénédiction, comme toutes les bénédi......

Lire la Halacha

Tsédaka pour une guérison

Question: Est-il permis d’offrir une somme d’argent à la Tsédaka, pour la guérison d’une personne, ou pour toute autre demande, ou bien il n’est pas convenable d’agir ainsi puisque l’action n’est pas réalisée « L&eacu......

Lire la Halacha

La répétition de la ‘Amida

Une fois que chacun a récité sa ‘Amida à voix basse, nos maîtres ont instauré que le ‘Hazzan (l’officiant) répète la ‘Amida à haute voix, afin d’acquitter les éventuelles personnes qui ne sauraient pas prier.......

Lire la Halacha