Halacha pour vendredi 17 Tevet 5781 1 janvier 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Divré Torah sur Vay’hi

Par le Rav David A. PITOUN

Rappel du contexte
Dans la fin de la Parasha de Vaygash que nous avons lu la semaine dernière, la Torah nous relate comment Ya’akov Avinou – qui n’a pas revu son cher fils Yossef depuis 22 ans – arrive en Egypte avec toute sa famille. Il est accueilli par Yossef qui est le vice-roi d’Egypte.

Ya’akov Avinou vivra les 17 dernières années de sa vie en Egypte.
Avant de quitter ce monde à 147 ans, Ya’akov Avinou fait venir Yossef auprès de lui et lui adresse ses dernières volontés, parmi lesquelles, celle de ne pas être enseveli en Egypte, mais seulement en Erets Kena’an, dans la caverne de Ma’hpela, là où reposent ses parents – Its’hak et Rivka – ainsi que ses grands-parents – Avraham et Sarah - là où il a lui-même enterrée son épouse Léa.
Yossef présente ses enfants, Ménashé et Efraïm, à son père Ya’akov.
Ya’akov, voyant ses petits enfants nés en Egypte, les bénit d’une bénédiction assez particulière.

La prière: une technique de combat
... que j’ai pris de la main du Emori par mon épée et mon arc. (Béreshit 48-22) 
Avant de quitter ce monde, alors qu’il séjourne maintenant en Egypte, Ya’akov Avinou annonce à son fils Yossef qu’il lui offre la ville de Shé’hem, conquise par Ya’akov.
Il est intéressant de prendre connaissance de l’explication donnée par le Midrash Rabba sur ce verset:

Par mon épée et mon arc – Par les Mitsvot et les bonnes actions.
Onekeloss propose aussi:
Par mon épée et mon arc – par ma prière et ma demande
Pourtant, nous pouvons malgré tout nous demander:

Qu’est ce qui pousse nos maîtres à extraire le sens du verset, de son contexte d’origine?
Le Kéhilat Its’hak répond à cette question en disant que si Ya’akov faisait allusion à de véritables armes dans ce verset, il aurait fait d’abord mention de l’arc avant de parler de l’épée.

En effet, lors d’un combat militaire, il est d’usage de se battre d’abord au moyen d’armes de longue portée comme les canons et les fusils, puis lorsqu’on se rapproche de l’ennemi, on utilise des armes de portée plus courte.
Or, puisque le verset mentionne d’abord l’épée qui est une arme pour combattre de près, et ensuite l’arc qui sert plutôt à se battre à distance, nos maîtres en ont déduis qu’il ne s’agit pas d’armes matérielles, mais de Mitsvot et de bonnes actions qui constituent de véritables armes pour affronter le mauvais penchant.
Précisément, cette guerre est complètement différente d’une guerre contre un ennemi classique.

Le Yétser Ha-Ra’ maîtrise l’individu dès sa naissance, comme nous l’apprennent nos maîtres dans la Guémara Sanhédrin (91).
C’est pourquoi, le combat doit être livré au moyen de l’épée qui est une arme de proximité, afin d’extirper le Yétser Ha-Ra’ de nous.
Lorsqu’on aura réussi avec l’aide d’Hashem dans cette entreprise, nous devons encore veiller  en permanence, en « tirant » de loin, afin que le Yétser Ha-Ra’ ne nous approche plus.
Voici donc le sens de notre verset:

« … que j’ai pris de la main du Emori par mon épée et mon arc » – Par les mérites que j’ai acquis en combattant mon Yétser Ha-Ra’ de près comme de loin, et parce que j’ai accomplis des Mitsvot et des bonnes actions.
Ceci, pour expliquer l’interprétation du Midrash Rabba, selon qui, il s’agirait là de Mitsvot et de bonnes actions.
A travers la traduction d’Onekeloss des termes « par mon épée et mon arc » (« Par ma prière et par ma demande »), le Gaon auteur du Beit Ha-Lévy discerne deux catégories de prières:

  • La ‘Amida instaurée et composée par les Membres de la Grande Assemblée (Anshé Kénesset Ha-Guédola).
  • Une prière personnelle dans laquelle chacun adresse ses propres demandes.

Nous constatons une différence notoire entre l’épée et l’arc.
L’épée a pour particularité le fait d’être aiguisée, et elle possède une force de par elle même pour tuer et découper.
Ce qui n’est pas le cas des flèches envoyées au moyen de l’arc.
Les flèches n’ont pas - de par elles-mêmes - la faculté de nuire, car elles ne sont pas aiguisées comme l’épée.
La possibilité de tuer au moyen de la flèche et de l’arc dépend uniquement de la force de l’archer lorsqu’il va tendre son arc et envoyé la flèche avec puissance et rapidité vers la cible.
Cette différence existe aussi entre les deux catégories de prières mentionnées plus haut.
Le texte de la ‘Amida quotidienne est saint, et ne fait aucune différence vis-à-vis de celui qui le prononce. Chacun possède la chance que sa ‘Amida soit entendue (ajouté au fait qu’il prie avec le Minyan …).

Mais concernant la prière personnelle, il est rapporté dans la Guémara Bava Kama (116) que lorsqu’on a un malade chez soi, il faut se rendre auprès d’un ‘Ha’ham (un sage) afin qu’il prie pour lui.
Cela signifie donc que dans ce cas, il n’est pas garanti à chacun que sa prière soit entendue.
Lorsqu’il s’agit d’une prière personnelle, il est bénéfique qu’elle soit réalisée par un ‘Ha’ham.

« Ma prière », comme le traduit Onekeloss, correspond à la prière régulière et quotidienne de la ‘Amida. Elle est comparable à l’épée qui possède de par elle même une force d’action qui ne dépend pas de la personne qui utilise l’épée.
Ainsi, la force de la ‘Amida ne dépend pas de la personne qui prie.
« Ma demande », correspond à la prière personnelle qui est comparable à l’arc dont la réussite du tir dépend de la force de celui qui tend l’arc.

Shabbat Shalom

Rédigé et adapté par Rav David A. PITOUN France 5775

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les 8 niveaux de la Tsédaka

Le RAMBAM écrit (chap.10 des règles relatives aux dons aux nécessiteux): Il y a 8 niveaux dans la Tsédaka, l’un supérieur à l’autre. C'est-à-dire: 8 façons de donner la Tsédaka, l’une supérieure à l&......

Lire la Halacha

Ecouter de la musique et des paroles de Torah dans une salle de bains – L’émission de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’écouter des chansons Kodech ou bien des discours et des cours de Torah dans une salle de bains? De même, est-il permis de prononcer des paroles de Torah dans une salle de bains? Réponse: Il faut traiter la question selon deux problèmes: ......

Lire la Halacha

Nétilat Yadaïm dans la salle de bain

Question: Est-il possible de procéder à la Nétilat Yadaïm pour le repas dans une salle de bains ou dans un cabinet toilette équipé d’un lavabo? Réponse: MARAN tranche dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.4): Lorsqu’on sort d......

Lire la Halacha

Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim

A la demande de nombreuses personnes, nous continuons à développer le sujet de la Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim (dîme financière), à partir des propos de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ et des décisi......

Lire la Halacha


Nétilatt Yadaïm avec de l’eau de mer – L’eau dessalée

Question: En été, lorsqu’on se rend à la plage (séparée) et que l’on désire consommer du pain, est-il possible de procéder à la Nétilatt Yadaïm (ablution des mains avant le repas) avec un ustensile que l’on rempli ......

Lire la Halacha

Nétilatt Yadaïm - Immerger les mains dans de l’eau de mer

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que lorsqu’on se trouve à la plage, et que l’on désire consommer du pain, on ne peut pas prendre l’eau de mer dans un ustensile pour procéder à la Nétilatt Yadaïm, car l&rsq......

Lire la Halacha

Déduire du Ma’asser les dépenses liées aux enfants

Question: Les personnes qui ont l’usage de prélever chaque mois le « Ma’asser Késsafim » (la dîme financière), peuvent-elles déduire du Ma’asser, les frais de prise en charge de leurs enfants qui vivent encore avec eux? R&e......

Lire la Halacha

Quelle est la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka?

Concernant la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka, nos maîtres - le RAMBAM, le TOUR et MARAN l’auteur du Choulh'an ‘Arouh’ – écrivent que lorsqu’on possède les moyens suffisants, il faut donner selon les besoins ......

Lire la Halacha