Halacha pour vendredi 11 Sivan 5779 14 juin 2019

Pour l'élévation des âmes de:
Mess’od ben Ra’hel Vé-Yossef
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Le Tsaddik Rabbi David ‘Hananya Ben Mazal PINTO
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Questions/Réponses Halacha Yomit - Jouer au Loto – Une bague que l’on ne peut pas retirer

Recueil de réponses données ces derniers temps

Question: Est-il vrai que notre maitre le Rav z.ts.l a autorisé à la fin de sa vie à jouer au Loto?

Réponse: Dans Chou’t Yabiya’ Omer (vol.7 sect. ‘H.M chap.8 et vol.10 sect. Y.D chap.58 parag.23), notre maitre le Rav z.ts.l traite du fait de participer au tirage au sort du Loto, et conclut qu’il faut interdire d’y participer, car jouer à ce jeu correspond à l’interdit de « Messa’hek Békoubya » (jouer au dés en misant de l’argent) qui est interdit à titre de vol.
La raison essentielle repose sur le fait que la personne qui donne son argent à la loterie nationale, le donne dans le seul but de gagner le tirage au sort, et ne le donne pas dans un but déterminé de l’offrir à la loterie nationale même dans le cas où elle perdrait (cette règle se nomme dans le langage de la Guémara « Asma’hta La Kanya »).
Par conséquent, l’utilisation de l’argent du jeu est interdite à titre de vol.
Le Gaon Rabbi Yossef ‘HAÏM écrit lui aussi (Chou’t Rav Pé’alim sect. Y.D vol.2 chap.30) qu’il faut interdire la participation à ce tirage au sort.

Cependant, selon certains avis, puisque la loterie nationale (en Israël) utilise une partie de l’argent en l’offrant à des institutions de Tsédaka et à des écoles religieuses ou autre, les participants acceptent de manière déterminée d’offrir leur mise (en cas d’échec au tirage au sort) à ces institutions.
Cet avis repose sur les propos du RAMA (‘H.M chap.370-19).
De ce fait, il a été rapporté que dans ce cas, même notre maitre le Rav z.ts.l admettrait que l’on peut autoriser.
Dans la pratique, le petit-fils de notre maitre le Rav z.ts.l, le Gaon Rabbi ‘Ovadia YOSSEF (Roch Yéchiva de « Ohel Yossef ») - fils de notre maitre le Gaon et Richon Lé-Tsion Rabbi Its’hak YOSSEF Chlita - atteste dans son livre « ‘Ein Michpatt » (chap.207 page 645) qu’il s’est rendu chez notre maitre le Rav z.ts.l environ 4 mois avant la disparition de notre maitre le Rav z.ts.l, et il a eut une discussion avec lui sur ce sujet. Notre maitre le Rav z.ts.l lui a dit que même si la loterie nationale n’offre aux institutions de Tsédaka qu’une minorité de l’argent misé, cela suffit pour que les participants offrent leurs mises de manière sincère à la loterie nationale dans ce but.
Par conséquent, celui qui s’autorise à jouer au Loto (en Israël) a sur qui s’appuyer.
Il s’étend davantage sur le sujet (voir référence citée plus haut).
[En France, la règle est différente, et il est nécessaire de se renseigner].

Mais il faut savoir que selon la morale de notre sainte Torah et selon notre foi en la Providence Divine sur son monde, il n’est pas correct qu’un homme gaspille son argent dans de tels bulletins de tirage au sort, car les chances de gagner sont quasiment nulles.
On rapporte au nom du Gaon Rabbi Ben Tsion ABBA CHAOUL z.ts.l qu’au maximum, si l’on désire remplir un bulletin de Loto, on doit le faire qu’une seule fois par an, à titre d’effort personnel (« Hictadlout ») dans la Parnassa.
Il est clair que les personnes qui dépensent leur argent et achètent plusieurs bulletins ou autres, expriment ainsi leur éloignement de la foi en Hachem qui nourrit et subvient aux besoins de chacun, tous leurs efforts dans ce sens ne leur serviront à rien, et ils s’attirent une grande humiliation, car parfois la « richesse » est destinée au malheur de l’homme.
C’est pourquoi, les grands de ce monde - comme le Gaon Rabbi ‘Haïm FALLAG’I z.ts.l entre autres - se sont opposés à toute sorte de jeux à l’argent, car il est de notoriété que de nombreuses personnes sont tombées dans le piège du jeu et ont détruit leur vie, qu’Hachem ait pitié.
Par conséquent, celui qui désire se préserver doit s’éloigner de ces tirages au sort, et s’il désire y participer de manière très rare, il a sur qui s’appuyer.

 

Question: Est-il obligatoire de retirer la bague lors de la Nétilatt Yadaïm ? J’ai une bague que je n’arrive pas à retirer de la main?

Réponse: Lors de la Nétilatt Yadaïm, il est interdit qu’une chose fasse séparation entre la main et l’eau.
Une bague serrée au corps, représente un élément séparateur lors de la Nétila, et c’est pourquoi il faut la retirer.
Nous avons l’usage de retirer même les bagues qui ne sont pas serrées au corps.
Selon le Strict Din, lorsqu’il s’agit d’une bague que l’on ne retire jamais, il n’est pas nécessaire de la retirer lors de la Nétilatt Yadaïm.
C’est pourquoi, dans le cas de notre question où il s’agit d’une bague qu’il est impossible de retirer, il est permis de procéder à la Nétilatt Yadaïm avec une telle bague.
Cependant, il est juste d’aller voir un expert afin qu’il retire la bague, car pour la Tévila (l’immersion dans le Mikvé), nous avons l’usage de retirer tout élément séparateur, en particulier une bague serrée qui peut très probablement représenter un élément séparateur entre l’eau du Mikvé et le doigt.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

L’interdit de manger et de se laver le jour de Yom Kippour

Quelques règles de Yom Kippour Tout le monde a le devoir de jeûner pour Yom Kippour, y compris les femmes enceintes ou celles qui allaitent. Toute femme qui craint que le jeûne risque de porter atteinte à sa santé, doit consulter une autorité Halachique comp......

Lire la Halacha

L’obligation de manger dans la Souccah

Puisqu’il ne nous reste pas suffisamment de temps pour étudier les règles relatives à la fête de Soukkot, nous allons dès à présent expliquer plusieurs règles nécessaires pour la fête de Soukkot qui approche.   U......

Lire la Halacha

La sortie de Yom Kippour

Augmenter le temps réel de la journée de Yom Kippour (ajouter du ‘Hol sur le Kodech) Il faut retarder la fin de la fête à la sortie de Yom Kippour, en augmentant le temps Kodesh. Cela signifie qu’il ne faut pas faire sortir cette sainte journée à......

Lire la Halacha

L’obligation de consommer un Kazaït dans la Souccah le 1er soir, ainsi que le statut de celui qui souffre de la Souccah.

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué l’interdiction de consommer un repas régulier en dehors de la Soukka durant tous les jours de la fête de Soukkot. Il est important de savoir que la Mitsva de Soukka est propice à protéger l......

Lire la Halacha


La sonnerie du Chofar

Il est un commandement positif (une Mitsvat ‘Assé) ordonné par la Torah d’écouter la sonnerie du Chofar le jour de Rosh Ha-Chana, comme il est dit: « Ce sera pour vous un jour de sonnerie ». Il est interdit de parler entre les différentes sonnerie......

Lire la Halacha

La bonne conduite à adopter pendant les jours de Roch Ha-Chana – L’usage de notre maitre le Rav z.ts.l

Nous avons la tradition de consommer de la viande grasse, ainsi que des douceurs, le jour de Roch Ha-Chana, comme il est dit dans le livre de Néh’emya: « Allez manger des plats gras, et buvez des boissons aromatisées. Envoyez des cadeaux au nécessiteux, car ce jour e......

Lire la Halacha

Le « Tachlih’ » - Usage de notre maitre le Rav z.ts.l – Le statut des femmes

Le 1er jour de Roch Ha-Chana, après l’office de Minh’a, nous avons la tradition d’aller au bord de la mer ou au bord d’un fleuve, ou bien à côté d’une source d’eau vive, ou à côté d’un puits, afin de réci......

Lire la Halacha

L’allumage des Nérott de Roch Ha-Chana

La veille du 1er Yom Tov (jour de fête) de Roch Ha-Chana, comme c’est le cas pour les veilles de Chabbat, nous allumons des Nérott (veilleuses ou bougies) avant le coucher du soleil, lorsqu’il fait encore jour.  Pour la veille de Roch Ha-Chana ou de tout autre Yom Tov,......

Lire la Halacha