Halacha pourmardi 6 Tevet 5781 décembre 21 2020

La personne qui prie (Cha’harit) très tardivement - L’usage de quelques Admorim (chefs spirituels Hassidics)

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que l’heure limite pour la ‘Amida de Cha’harit (matin) s’achève à la fin de la 4ème heure du jour.
Au-delà de cette limite, si quelqu’un n’a pas prié, il peut encore prier la ‘Amida à postériori (Bédi’avad) jusqu’à l’heure de « ‘Hatsot » (moitié de la journée) qui se situe actuellement un peu après 11h50 en Israël (et vers 12h55 en France).

Tous les décisionnaires tranchent que personne – ni un homme, ni une femme – ne peut prier la ‘Amida de Cha’harit au-delà de l’heure de « ‘Hatsot », comme nous l’avons appris.

Il existe - de notre époque comme dans les époques antérieures - des gens qui n’ont pas de Crainte du Ciel dans le cœur et prient la ‘Amida de Cha’harit après l’heure de « ‘Hatsot ». Il est certains que ces gens n’agissent pas conformément à la Halacha.
Cependant, il a aussi existé et il existe encore plusieurs saints Rabbanim qui ont l’usage de prier volontairement et sciemment (Lé’hatéhila) la ‘Amida de Cha’harit après son heure limite, ou même après « ‘Hatsot », et de façon générale pour tout ce qui touche les heures limites des Mitsvot, ils agissent à leur guise en expliquant leur comportement avec différentes raisons selon la Kabbala et le sens premier (Péchatt).

Plusieurs grands décisionnaires des dernières générations se sont penchés sur la question. Parmi eux, le Gaon auteur du Chou’t Erets Tsévi (Froumer) qui explique l’attitude de ces Tsaddikim qui priaient la ‘Amida de Cha’harit après l’heure de « ‘Hatsot », en disant qu’avant la faute originelle de Adam Ha-Richon qui a consommé du fruit de l’arbre du Discernement, tous les moments de la journée étaient propices à la prière, et ce n’est qu’après la faute de Adam Ha-Richon que « les moments se sont détériorés ». Avraham Avinou instaura la ‘Amida de Cha’harit, Its’hak Avinou celle de Min’ha, et Ya’akov Avinou celle de ‘Arvit. Mais les Tsaddikim - qui se perfectionnent constamment dans leurs actes – sont comparables à Adam Ha-Richon avant la faute, et de ce fait, toute la journée est - à leurs yeux - propice à la prière.

Mais dans le 1er volume du livre Yalkout Yossef (paru il y a environ 35 ans), notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l réfute ses propos et écrit que « la justification (d’une transgression) est pire que la transgression elle-même », et à D.ieu ne plaise de se fier à des explications aussi faibles pour s’autoriser à bafouer des lois de la Torah, des fondements de la Torah. Il est certain qu’il n’existe pas – ni de notre époque, ni dans les générations passées – quelqu’un qui puisse prétendre que son niveau spirituel est plus grand que celui de MARAN l’auteur du Beit Yossef et des décisionnaires qui ont unanimement interdit de prier la ‘Amida de Cha’harit après « ‘Hatsot ». Par conséquent, les personnes qui ont l’usage de prier ainsi, n’agissent pas conformément au Din et leurs bénédictions sont dites en vain (Béra’ha Lévatala). Même s’il y a quelques Tsaddikim parmi eux, ils font une erreur. Telle est l’opinion de tous les grands décisionnaires.

Mais nous devons encore débattre au sujet d’un homme ou d’une femme qui auraient laissé passer l’heure limite de la ‘Amida de Cha’harit et qui  désireraient prier quelques minutes avant « ‘Hatsot ». Sont-ils autorisés à entamer la ‘Amida sachant pertinemment que la ‘Amida sera achevée après l’heure de « ‘Hatsot »?

Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l traite de cette question dans son livre Chou’t Yabiya’ Omer volume 7 (chap.34), et il cite les propos du Gaon Rabbi Avraham BEN ‘EZRA dans son livre Baté Kénnessayott où il écrit qu’il y a lieu de s’interroger au sujet d’une personne qui n’a pas encore prié et qui se trouve proche de l’heure de « ‘Hatsot », de sorte que si elle entame la ‘Amida de Cha’harit l’heure de « ‘Hatsot » passera avant qu’elle ne termine la ‘Amida, a-t-elle le droit de l’entamer ?
Mais notre maitre le Rav z.ts.l conclut que même si l’heure de « ‘Hatsot » passera pendant qu’elle prie, cette personne est malgré tout autorisée à entamer la ‘Amida, car sur ce point nous nous basons toujours sur le début. Notre maitre le Rav z.ts.l cite des preuves à ses propos.

En conclusion: Il est catégoriquement interdit de prier la ‘Amida de Cha’harit après l’heure de « ‘Hatsot », mais si l’on se trouve quelques minutes avant « ‘Hatsot », il est permis d’entamer la ‘Amida, même si celle-ci s’achèvera après « ‘Hatsot ».

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Washing One’s Hands with Water from the Mediterranean Sea and Water Which has been Desalinated

Question: If one is at the beach and wishes to eat bread but has no water to wash one’s hands with, may one wash one’s hands using the water of the sea or ocean? Salty Water Answer: Regarding the laws of washing one’s hands for a bread meal, the Mishnah and Gemara teach us that......

Lire la Halacha

Immersing One’s Hands in Sea Water

We have explained in the previous Halacha that if one is on the beach and wishes to eat bread, one may not gather some sea water in a vessel and wash one’s hands, for sea water is salty and thus invalid for Netilat Yadayim. Immersing One’s Hands in a Spring, the Sea, or a Mikveh Howe......

Lire la Halacha

Washing One’s Hands in the Restroom

Question: Is it permissible to wash one’s hands (Netilat Yadayim) in the restroom or shower room? Answer: Maran Ha’Shulchan Aruch (Chapter 4) rules that one who exits the restroom requires Netilat Yadayim. Maran Ha’Chida writes that this is because of the evil spirit which rests......

Lire la Halacha

Listening to Music or Words of Torah in a Room Which Has a Bathtub or Shower in it

Question: May one recite holy words (words of Torah, prayer, or blessings) in a room with a bathtub or shower in it? Similarly, may one listen to holy songs or Torah lectures in such a room? Answer: There are two primary points which must be addressed: Firstly, whether or not one who is bathing a......

Lire la Halacha


The Eight Levels of Tzedakah

The Rambam (Chapter 10 of Hilchot Matenot Aniyim) writes that there are eight levels included in the Mitzvah of Tzedakah with each one being greater than the other. The highest level of Tzedakah is by helping to support a Jew who lacks his basic needs by providing him with money by means of a gif......

Lire la Halacha

The Mitzvah of Tzedakah and Donating a Tenth of One’s Earnings

By popular demand, we shall now discuss the topics of Tzedakah and donating a tenth of one’s earnings more broadly based on the words of Maran Ha’Shulchan Aruch and the Poskim and based on what is written in the works of Maran Rabbeinu Ovadia Yosef zt”l on this topic. Question: ......

Lire la Halacha

Food Items Touched by One Who Did Not Wash One’s Hands in the Morning

In the past, we have explained the obligation for one to wash one’s hands from a vessel every morning upon awakening from his sleep. We have also explained that when one awakens from one’s sleep in the morning, an evil spirit rests on one’s hands, for sleep is considered one-six......

Lire la Halacha

Question: Are those who customarily donate a tenth of their monthly income to Tzedakah permitted to deduct the cost of providing for their children still living at home from the sum of this ten percent?

Answer: We have previously discussed that one must donate a certain amount of Tzedakah annually. It is a “middle” level for one to give a tenth of one’s monthly profits every month. Now let us deal with our question regarding those who donate a tenth of their monthly profits to Tze......

Lire la Halacha