Halacha pour lundi 6 Tevet 5781 21 décembre 2020

La personne qui prie (Cha’harit) très tardivement - L’usage de quelques Admorim (chefs spirituels Hassidics)

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué que l’heure limite pour la ‘Amida de Cha’harit (matin) s’achève à la fin de la 4ème heure du jour.
Au-delà de cette limite, si quelqu’un n’a pas prié, il peut encore prier la ‘Amida à postériori (Bédi’avad) jusqu’à l’heure de « ‘Hatsot » (moitié de la journée) qui se situe actuellement un peu après 11h50 en Israël (et vers 12h55 en France).

Tous les décisionnaires tranchent que personne – ni un homme, ni une femme – ne peut prier la ‘Amida de Cha’harit au-delà de l’heure de « ‘Hatsot », comme nous l’avons appris.

Il existe - de notre époque comme dans les époques antérieures - des gens qui n’ont pas de Crainte du Ciel dans le cœur et prient la ‘Amida de Cha’harit après l’heure de « ‘Hatsot ». Il est certains que ces gens n’agissent pas conformément à la Halacha.
Cependant, il a aussi existé et il existe encore plusieurs saints Rabbanim qui ont l’usage de prier volontairement et sciemment (Lé’hatéhila) la ‘Amida de Cha’harit après son heure limite, ou même après « ‘Hatsot », et de façon générale pour tout ce qui touche les heures limites des Mitsvot, ils agissent à leur guise en expliquant leur comportement avec différentes raisons selon la Kabbala et le sens premier (Péchatt).

Plusieurs grands décisionnaires des dernières générations se sont penchés sur la question. Parmi eux, le Gaon auteur du Chou’t Erets Tsévi (Froumer) qui explique l’attitude de ces Tsaddikim qui priaient la ‘Amida de Cha’harit après l’heure de « ‘Hatsot », en disant qu’avant la faute originelle de Adam Ha-Richon qui a consommé du fruit de l’arbre du Discernement, tous les moments de la journée étaient propices à la prière, et ce n’est qu’après la faute de Adam Ha-Richon que « les moments se sont détériorés ». Avraham Avinou instaura la ‘Amida de Cha’harit, Its’hak Avinou celle de Min’ha, et Ya’akov Avinou celle de ‘Arvit. Mais les Tsaddikim - qui se perfectionnent constamment dans leurs actes – sont comparables à Adam Ha-Richon avant la faute, et de ce fait, toute la journée est - à leurs yeux - propice à la prière.

Mais dans le 1er volume du livre Yalkout Yossef (paru il y a environ 35 ans), notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l réfute ses propos et écrit que « la justification (d’une transgression) est pire que la transgression elle-même », et à D.ieu ne plaise de se fier à des explications aussi faibles pour s’autoriser à bafouer des lois de la Torah, des fondements de la Torah. Il est certain qu’il n’existe pas – ni de notre époque, ni dans les générations passées – quelqu’un qui puisse prétendre que son niveau spirituel est plus grand que celui de MARAN l’auteur du Beit Yossef et des décisionnaires qui ont unanimement interdit de prier la ‘Amida de Cha’harit après « ‘Hatsot ». Par conséquent, les personnes qui ont l’usage de prier ainsi, n’agissent pas conformément au Din et leurs bénédictions sont dites en vain (Béra’ha Lévatala). Même s’il y a quelques Tsaddikim parmi eux, ils font une erreur. Telle est l’opinion de tous les grands décisionnaires.

Mais nous devons encore débattre au sujet d’un homme ou d’une femme qui auraient laissé passer l’heure limite de la ‘Amida de Cha’harit et qui  désireraient prier quelques minutes avant « ‘Hatsot ». Sont-ils autorisés à entamer la ‘Amida sachant pertinemment que la ‘Amida sera achevée après l’heure de « ‘Hatsot »?

Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l traite de cette question dans son livre Chou’t Yabiya’ Omer volume 7 (chap.34), et il cite les propos du Gaon Rabbi Avraham BEN ‘EZRA dans son livre Baté Kénnessayott où il écrit qu’il y a lieu de s’interroger au sujet d’une personne qui n’a pas encore prié et qui se trouve proche de l’heure de « ‘Hatsot », de sorte que si elle entame la ‘Amida de Cha’harit l’heure de « ‘Hatsot » passera avant qu’elle ne termine la ‘Amida, a-t-elle le droit de l’entamer ?
Mais notre maitre le Rav z.ts.l conclut que même si l’heure de « ‘Hatsot » passera pendant qu’elle prie, cette personne est malgré tout autorisée à entamer la ‘Amida, car sur ce point nous nous basons toujours sur le début. Notre maitre le Rav z.ts.l cite des preuves à ses propos.

En conclusion: Il est catégoriquement interdit de prier la ‘Amida de Cha’harit après l’heure de « ‘Hatsot », mais si l’on se trouve quelques minutes avant « ‘Hatsot », il est permis d’entamer la ‘Amida, même si celle-ci s’achèvera après « ‘Hatsot ».

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

ESTA PERMITIDO CONSUMIR PESCADO CON LECHE?

Estudiamos en el Talmud, tratado de Hulin 103b, se prohíbe cocinar carnes con leche, a excepción de la carne de pescado y de langosta. Observamos entonces que, de acuerdo a la legislación talmúdica no se incluye en la prohibición de consumir o cocinar carne con lec......

Lire la Halacha

DIEZMO MONETARIO PARA LOS HIJOS

Pregunta: Las personas que suelen separar de sus ingresos mensuales el diezmo monetario ¿pueden destinar el mismo a la educación y demás necesidades de los hijos que de él dependen? Respuesta: Como hemos visto anteriormente, es una obligación para cada jud&iacut......

Lire la Halacha

EL MÉRITO DE DAR CARIDAD

En la entrega anterior citamos la postura del profeta Jeremías, quien le oró a D-os que cuando personas inicuas intenten dar caridad, les presente individuos indignos para que de esa forma pierdan el mérito que dicho precepto supone. Por otro lado, las personas realmente meri......

Lire la Halacha

RESTAURANTES KOSHER CON COCINEROS GENTILES

Según vimos en las entregas anteriores, no se debe comer alimentos cocinados por los gentiles, por lo tanto no se puede comer en los restaurants en los que cocinan cocineros gentiles a menos que cuenten con una supervisión Kosher de alguna entidad rabínica autorizada. General......

Lire la Halacha


BENDICIONES SOBRE ALIMENTOS EN LA NOCHE DE SHABUOT

Como vimos en la entrega anterior, es costumbre permanecer despiertos la noche de Shabuot y dedicar la misma al estudio de Tora. Asimismo escribimos que esta noche es preciso leer el “Tikun” correspondiente el cual, según los maestros de Cabalá posee gran importancia, y ......

Lire la Halacha

CARIDAD Y DIEZMO MONETARIO

Atendiendo la inquietud de numerosos lectores nos explayaremos sobre el tema de la Tzedaka –caridad- y el diezmo monetario. Pregunta: Qué cantidad se le debe dar a un pobre? Es preciso darle la cantidad de comida que necesita para reanimarse o se le debe dar todo lo que necesita? ......

Lire la Halacha

LA CARIDAD

Escribe el Tur, que es un precepto positivo que rige para cada individuo de Israel ayudar monetariamente a los necesitados, tzedaka; asimismo, existe una trasgresión para aquellos que evitan dar caridad, como está escrito en el versículo: No endurezcas su corazón y no cie......

Lire la Halacha

CARIDAD CON PERSONAS NO DIGNAS

Ya hemos visto varios principios del precepto de la Tzedaka. A Continuación, debemos aclarar que aquellas personas que trasgreden algún precepto de la Torá en forma consciente y voluntaria, no son dignos receptores de la Tzedaka. Por ej. personas que, a sabiendas de la prohib......

Lire la Halacha