Halacha pour mercredi 7 Cheshvan 5782 13 octobre 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Tinok Ben Yael Sarah

Pour la guérison totale et rapide de Jean Luc Shelomo Ben Eliyahou (Azoulay) parmi tous les malades d'Israël Amen.

La demande des pluies (Barèh’ ‘Alénou) – La pluie inclue tous les domaines matériels

Hier soir, mardi 12 octobre au soir (soir du 7 H’echvan) – nous avons commencé (en Erets Israël) à demander les pluies dans la ‘Amida de ‘Arvit. De ce fait, nous allons revenir sur les règles relatives à ce point, avec quelques ajouts.

L’institution de nos maitres à demander les pluies
Nos maîtres ont instauré une bénédiction particulière dans la prière quotidienne, qui s’appelle Birkatt Ha-Chanim (9ème bénédiction de la ‘Amida de semaine), la bénédiction des années.

À travers cette bénédiction, nous demandons à Hachem de nous gratifier de pluies bénéfiques (Vétenn Tal OuMatar Livrah’a…).

En Erets Israël, on commence à dire cette bénédiction (Barèh’ ‘Alénou) dès le soir du 7 H’echvann (cette année 5782, depuis hier soir mardi 12 octobre).
Tous les sujets de la Parnassa (subsistance matérielle) dépendent de cette bénédiction, car la pluie se dit en hébreu « Guéchem » qui vient de la racine « Gachmiyout » qui signifie « matérialité », car la chose la plus élémentaire que nous recevons véritablement directement d’Hachem, est la pluie, dont nous avons tellement besoin pour vivre. Dans cette bénédiction des années dans laquelle nous demandons la pluie, sont inclus tous les éléments de la vie matérielle nécessaires à l’homme pour servir Hachem.

Dans les générations passées, les gens ressentaient davantage le besoin des pluies, car on savait que sans la pluie, tout le monde mourrait de faim et de soif.
Mais de notre époque où Hachem voile sa face, les gens idiots pensent pouvoir se débrouiller sans la pluie, en filtrant l’eau de mer par exemple, ou autre…

En réalité, chacun a l’obligation d’implanter la foi en Hachem dans son cœur, en prenant conscience que tous les bienfaits existant dans ce monde, toute l’abondance dont on bénéficie dans ces dernières générations, tout provient d’Hachem, et nous devons donc exploiter la relative tranquillité et la paix morale que beaucoup de personnes ont de notre époque, afin d’augmenter davantage le service d’Hachem, et en plaçant sa confiance en Hachem, en exprimant notre reconnaissance envers Lui pour tous les bienfaits dont il nous gratifie, et ne pas détourner cette bonté en la transformant en mal, comme le font certaines personnes en affirmant que « c’est à leur force et à leurs mains qu’ils doivent toute leur puissance », Hachem se vengera de telles personnes dans ce monde-ci et dans le monde futur.

Pourquoi ne pas demander les pluies depuis Simh’at Torah?
Bien qu’il aurait fallu normalement commencer à demander les pluies en Israël depuis la sortie de la fête de Chémini ‘Atseret, puisque c’est là que débute réellement la saison des pluies (c’est d’ailleurs pour cela que nous commençons à dire Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guéchem depuis l’office de Moussaf de Chémini ‘Atseret), cependant, nos maîtres n’ont institué la demande des pluies qu’à partir du moment où le juif le plus éloigné d’Erets Israël, qui est venu en pèlerinage à Jérusalem lors de la fête de Souccott, soit rentré chez lui (les juifs les plus éloignés habitaient Bavel – Babylone ou l’Irak actuel). Or, le temps pour attendre à pied, Bavel depuis Jérusalem, correspond précisément à 15 jours, ce qui reporte la demande des pluies au 7 H’echvan, depuis la fin de la fête de Souccott.

Même si de nos jours cette raison n’est plus valable, malgré tout, on ne doit pas changer une institution de nos maitres.

Demander la Parnassa
Une personne qui désire demander sa Parnassa d’Hachem à travers la bénédiction des années, est autorisée à le faire, à la condition que sa demande soit correctement formulée et concise. Cette personne peut ajouter sa demande personnelle avant de conclure « Ki E-l Tov OuMétiv Atta Oumvareh’ HaChanim … ».
Dans de nombreux rituels de prières édités de nos jours, il existe un texte prévu pour la demande de la Parnassa dans la bénédiction de « Chéma’ Kolénou ».

En dehors d’Israël
En dehors d’Israël, nous commençons à demander les pluies (en disant Barèh ‘Alénou) qu’à partir du 4 décembre au soir lors de la prière de ‘Arvit. Les années où le prochain mois de février possède 29 jours, on commencera à dire Barèh’ ‘Alénou à partir du 5 décembre au soir. Tel est l’usage en Europe et aux États-Unis.

Les régions dont le climat est inversé à celui d’Israël ou d’Europe, comme les pays où l’été se situe entre Souccott et Pessah’, ne doivent pas demander les pluies dans la Birkatt Ha-Chanim (ils ne diront jamais Bareh’ ‘Alénou). De même, ils ne diront pas Machiv ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guéchem dans la bénédiction de Ata Guibor.
Au moment de leur hiver, ils demanderont les pluies dans la bénédiction de Chéma’ Kolénou (en disant seulement « Véten Tal Ou-Matar Livrah’a ‘Al Kol péné Ha-Adama »).

Pour les pays où les saisons sont inversées à celles d’Israël, comme l’Argentine et le Brésil, nous avions déjà discuté de ce problème dans le passé, et nous avions écrit la conclusion de la Halacha telle qu’elle est écrite dans le livre Halacha Béroura, selon lequel le statut des habitants de ces pays est le même que celui des habitants des Etats-Unis, où l’on demande la pluie le soir du 4 ou du 5 décembre, et nous avions précisé que telle était l’opinion des grands décisionnaires.
Prêter attention dans lors de la ‘Amida afin de ne pas se tromper dans la bénédiction des années et dans la mention de « Machiv HaRouah’ »

A partir du jour où l’on commence à dire Bareh’ ‘Alenou, il faut avoir une grande vigilance afin de ne pas se tromper en continuant à formuler la bénédiction des années comme on le fait durant tout l’été (Baréh’énou), car hormis le fait de transgresser ainsi l’interdit de réciter des bénédictions en vain, il y a également un grand manquement dans la conduite à avoir lors de la prière, puisqu’on ne prête pas attention à ce que l’on sort de la bouche. De même, vis-à-vis de Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem, même si lorsqu’une personne se trompe et dit Morid HaTal comme en été, cette personne ne doit pas recommencer pour cela la ‘Amida, malgré tout, les Kabbalistes écrivent que cela représente un grand défaut dans la prière (voir le livre H’emdat Yamim dans les règles de Chémini ‘Atseret). Un minimum d’attention peut suffire à chacun à s’épargner ce genre d’erreurs.

Dans la prochaine Halacha, nous expliquerons – avec l’aide d’Hachem – d’autres cas particuliers de ce sujet.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

L’interdiction de « Dach » (battre le blé) et de Séh’ita (presser) pendant Chabbat

Nous avons déjà expliqué à plusieurs reprises qu’il existe 39 activités sources (« Avott Mélah’ott ») interdites pendant Chabbat. Chacune de ses activités sources possède des activités dérivées (&laq......

Lire la Halacha

Faire du thé pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons écrit qu’il est permis de presser des citrons pendant Chabbat à la main – et non au moyen d’un ustensile – car la règle du pressage du citron n’est pas la même que celle du pressage des autr......

Lire la Halacha

Presser un citron pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’il est interdit de presser des fruits pendant Chabbat, lorsqu’il s’agit de fruits qu’il est d’usage de presser pour leur jus. De même, nous avons aussi expliqué qu’il est permis d......

Lire la Halacha

Le véritable sens Halachique de la fête de Tou Bichvat

Ce soir (dimanche soir), tombe la fête de TOU Bichvat La Guémara Roch Ha-Chana (2a) nous enseigne: Tou Bi-Chvat est le Roch Ha-Chana des arbres. Certains font l’erreur de croire qu’au même titre que tout l’univers est jugé le jour de Roch Ha-Chana (......

Lire la Halacha


Réciter le Birkat Ha-Mazon en se déplaçant en chemin

Question: Lorsqu’une personne consomme en marchant, est-elle autorisée à réciter le Birkat Ha-Mazon en marchant? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que nos maîtres ont instauré de réciter le Bir......

Lire la Halacha

Presser des oranges sur une salade de fruits pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons fait mention de l’interdiction de la Torah de presser des olives pendant Chabbat pour obtenir de l’huile, ou bien des raisins pour en extraire le jus. Mais pour tous les autres fruits, leur pressage n’a pas été int......

Lire la Halacha

Des aliments contenant de la farine

Ces derniers jours, nous avons appris que lorsqu’un aliment est constitué de plusieurs aliments dont les bénédictions initiales sont différentes, il faut réciter la bénédiction correspondant à l’aliment principal du mélange. ......

Lire la Halacha

Un aliment constitué de plusieurs espèces

Question: Quelle est la bénédiction d’un poivron farci ? De même, quelle est la bénédiction d’une pâtisserie faite à base d’un peu de farine, mais dont l’essentiel est constitué de fruits et de noix? Réponse: Dan......

Lire la Halacha