Halacha pour mercredi 10 Cheshvan 5784 25 octobre 2023

La Halacha est dédiée
Pour la guérison totale de Gabriel Ben Sultana (Teboul), Max Mordé'haï Ben Oraïda (Mimouni) parmi tous les malades d'Israël

La présomption dans la prière (doute sur Bare’h ‘Alénou)

ATTENTION ! Seuls les habitants d’Israël sont principalement concernés par cette Halacha pour le moment.
Les habitants de l’étranger seront concernés à partir du 5 décembre au soir.

Question: Est-ce qu’une personne peut habituer sa bouche à faire mention de la demande des pluies (Bare’h ‘Alénou) dans la ‘Amida ? 

Réponse: Depuis samedi soir dernier, 7 ‘Hechvan, on a commencé en Israël à demander la pluie (Bare’h ‘Alénou) dans la ‘Amida.

Nous avons déjà expliqué que si quelqu’un a terminé la ‘Amida et se souvient qu’il n’a pas dit Bare’h ‘Alénou (il n’a pas dit « Veten Tal Oumatar Livra’ha »), il doit recommencer la ‘Amida.
En cas de doute si l’on a dit ou pas Bare’h ‘Alénou, si ce doute se produit dans les 30 jours depuis le changement, on estime que la personne a dit ce qu’elle était habituée à dire jusqu’à présent, c'est-à-dire, Baré’henou et non Bare’h ‘Alénou, et de ce fait, elle est tenue de recommencer la ‘Amida.
Si le doute se produit au-delà des 30 premiers jours depuis le début de la mention de Bare’h ‘Alénou, on estime qu’elle a dit correctement Bare’h ‘Alénou et elle ne doit pas recommencer.

Habitude de langage
A présent, nous allons apprendre s’il existe un moyen pour quelqu’un d’habituer sa langue à exprimer la demande de la pluie, de sorte que s’il lui arrive un doute s’il a dit ou non Bare’h ‘Alénou, il pourra établir qu’il a probablement dit correctement Bare’h ‘Alénou, et de ce fait, son statut sera le même que celui de la personne ayant le doute après les 30 jours, et ne devra donc pas recommencer la ‘Amida.

« Un taureau récidiviste » (« Chor Mou’ad »)
Dans la Guémara Bava Kama (24a), on explique la règle du « Chor Mou’ad », un taureau qui a encorné au moins 3 fois (dans un tel cas, son propriétaire est tenu de lui imposer une surveillance plus stricte qu’à un autre taureau. D’autres obligations incombent au propriétaire si le taureau a causé des dégâts matériels).
La Guémara explique que si le taureau a « espacé ses coups de cornes » (il a encorné 3 fois alternées, avec de longues périodes d’interruption, c'est-à-dire, à des moments éloignés), il est malgré tout considéré comme « Chor Mou’ad ».
La Guémara ajoute que s’il a « rapproché ses coups de cornes », il est condamnable. Cela signifie que si les moments où il a donné des coups de cornes sont rapprochés, il est à fortiori condamnable à titre de « Chor Mou’ad », car cela prouve que ce taureau a pour nature d’encorner, et il faut donc le surveiller de façon plus stricte.

Les propos du MAHARAM
A partir de ce sujet de Guémara qui traite du Chor Mou’ad, le MAHARAM de Rottenbourg prouve pour notre sujet.
En effet, si nos maitres disent qu’un homme qui prie durant 30 jours, et qui a fait mention de Bare’h ‘Alénou dans la ‘Amida, nous estimons que sa langue s’est habituée à prier en mentionnant Bare’h ‘Alénou, à fortiori si la personne dit 90 fois le texte de la ‘Amida (car en 30 jours, nous avons au moins 90 ‘Amidott) correctement, nous pouvons estimer que sa langue s’est probablement habituée à prier correctement, et en cas de doute, cette personne pourra établir qu’elle a – de façon certaine – dit Bare’h ‘Alénou, car sa langue est habituée a prononcer le texte de la demande de la pluie.

De manière plus précise, cela signifie que si l’on s’habitue à dire 90 fois de suite (selon le texte du rituel de prières des Séfaradim) « Rofé ‘Holé ‘Amo Israël. Bareh’ ‘Alénou », on a habitué sa langue à achever la bénédiction de « Rofé ‘Holé ‘Amo Israël » et à enchainer avec la version hivernal de Birkat Hachanim qui est « Bare’h ‘Alénou » où figure la demande de la pluie.
De même, selon le texte du rituel de prières des Achkénazim, si l’on dit 90 fois de suite « Véett Kol Miné Tévouata Létova, Veten Tal Oumatar Livra’ha », on a habitué sa langue à prier correctement durant la période d’hiver.

La règle dans la pratique
Conformément aux propos du MAHARAM, c’est ainsi que tranche le RAMA dans l’une de ses notes sur le Choul’han ‘Arou’h (chap.114), et c’est ce qu’il faut retenir d’essentiel selon la Halacha.
Par conséquent, si l’on a dit 90 fois de suite le texte mentionné plus haut, et que l’on a par la suite le doute si l’on a dit ou pas Bare’h ‘Alénou, on pourra être totalement convaincu qu’il ne faut pas recommencer la ‘Amida, car on aura habitué sa langue à prier correctement, exactement comme celui qui a réellement prier pendant 30 jours en mentionnant Bare’h ‘Alénou.

Par conséquent, il serait très bénéfique – en particulier aux femmes qui ne prient pas 3 fois par jours – d’habituer sa langue à dire 90 fois la phrase « Rofé ‘Holé ‘Amo Israël. Bareh’ ‘Alénou », et s’éviter ainsi beaucoup de doutes.

8 Halachot Les plus populaires

Vaygach

Nous sommes aujourd’hui à la date du 10 Tévet, jour de jeûne public pour tout le peuple d’Israël. Vous pouvez consulter les règles relatives à un jour de jeûne ici, dans une Halacha antérieure consacrée au jeûne du 17 Ta......

Lire la Halacha

Vay’hi – La force d’une bonne parole

Commentaires rédigés pour Halacha Yomit par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv Dans notre Paracha, Ya’akov Avinou rassemble ses enfants auprès de lui et les bénit avant de quitter ce monde, comme il est ......

Lire la Halacha

Des pains « ‘Halavi » (pétris avec du lait)

Il est expliqué dans la Guémara Péssa’him (36a) que nos maitres ont interdit de pétrir une pâte avec du lait, car il est à craindre que l’on ne porte pas attention à cela et que l’on en vienne à consommer ce pain avec de la via......

Lire la Halacha

« Rétsé » dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat

Dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat, avant la bénédiction de « Boné Yérouchalaïm » (Vétivné), il faut ajouter le passage de « Rétsé Véhah’alitsénou », comme imprimé dans les rituels de pri&......

Lire la Halacha


Michpatim

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Ya’akov SASSON Chlita, directeur de notre site Halacha Yomit, et digne petit-fils de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l Il est dit dans notre Paracha : « Or, j'enverrai devant toi un ange, chargé de veiller......

Lire la Halacha

Térouma

Entre Moché et Bétsla’el Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadia COHEN Chlita, Chef des tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Cette semaine, nous lirons dans notre Paracha la contribution matérielle des Béné I......

Lire la Halacha

S’assoir sur de la nourriture

Question : Est-il vrai qu’il est interdit de s’assoir sur une caisse contenant de la boisson ou de la nourriture ? Réponse : Il est expliqué dans le traité Béra’hot (50b) qu’il est interdit de se comporter de façon humiliante envers de la......

Lire la Halacha

Mikets - « Un homme intelligent et sage »  - Histoire au sujet de Rabbi Avraham Ibn ‘EZRA

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Notre Paracha nous relate les rêves de Pharaon ainsi que leurs interprétations données par Yossef Ha-Tsaddik, qui eut le m&......

Lire la Halacha