Halacha pour mardi 20 Cheshvan 5782 26 octobre 2021

Est-ce que goûter un aliment nécessite une bénédiction?

Nous avons déjà eu l’occasion d’expliquer - au sujet des bénédictions alimentaires que nous récitons avant de consommer, comme la bénédiction de « Chéhakol » ou celle de « Mézonot » - que la bénédiction initiale d’un aliment n’est liée à aucune quantité, ce qui signifie que lorsqu’on consomme un aliment, on doit toujours réciter la bénédiction initiale sur ce que l’on consomme, par exemple lorsqu’on boit ne serait ce qu’une goutte d’eau où l’on doit réciter la bénédiction de « Chéhakol » sur cette consommation. Et de même pour tous les autres cas similaires. Ceci étant donné qu’il est interdit de tirer profit de ce monde sans bénédiction, car même lorsqu’il s’agit d’une infime consommation, il y a profit.
Ce n’est que pour la bénédiction finale ou le Birkat Ha-Mazon, qu’il est nécessaire d’avoir consommé une quantité minimale de Kazaït (environ 27 g), comme nous l’avons expliqué. Mais la bénédiction initiale est récitée dans tous les cas.

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ot (14a):
La dégustation ne nécessite aucune bénédiction.
Ce qui signifie que lorsqu’on consomme quelque chose, pas dans l’intention de se nourrir, mais seulement pour goûter et vérifier s’il ne manque pas des épices ou autre, on ne récite pas de bénédiction avant de consommer. Ce n’est que lorsqu’on consomme plus de Revi’it (8,1 cl), qu’il est nécessaire de réciter au préalable la bénédiction sur l’aliment, car il est inconcevable que l’on prenne une quantité aussi importante sans avoir l’intention de se nourrir, puisqu’une telle quantité n’est pas indispensable lorsqu’on veut seulement goûter l’aliment.

Nos maîtres les Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale) discutent sur la définition exacte du Din de la dégustation qui ne nécessite pas de bénédiction.
Selon l’opinion de Rabbenou H’anan’el, on n’est exempt de bénédiction qu’à la condition que l’on n’avale pas ce que l’on met dans la bouche et que l’on recrache immédiatement après avoir goûté.
Mais selon l’opinion du RAMBAM, même si l’on avale ce que l’on goûte, tant que l’on n’a pas l’intention de se nourrir de cet aliment et qu’on le goûte uniquement pour en vérifier l’assaisonnement où le goût, on ne doit pas réciter la bénédiction au préalable, car nos maîtres n’ont institué de bénédiction que pour un aliment qu’on mange et dont on tire satisfaction avec l’intention véritable de consommer, et non de goûter uniquement.

Du point de vue de la Halah’a, MARAN écrit dans l Beit Yossef qu’étant donné que l’opinion du RIF est a même que celle du RAMBAM sur ce point, et aussi parce que nous nous trouvons face à une situation de « Safek Berah’ot » (un doute sur une bénédiction), puisque selon l’opinion des décisionnaires selon lesquels on ne doit pas réciter de bénédiction lorsqu’on goûte aliment, celui qui récite malgré tout une bénédiction dans une telle situation récite une bénédiction en vain.
Par conséquent, MARAN tranche selon l’opinion du RAMBAM selon qui, même si l’on avale une partie de l’aliment goûté, puisque l’on n’a pas d’intention de se nourrir, on ne doit pas réciter de bénédiction sur ce que l’on goûte. C’est ainsi qu’il tranche aussi dans le Choulh’an ‘Arouh’.

Notre grand maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l (הכ''מ) rapporte que d’autres décisionnaires se rangent à l’opinion de Rabbenou H’anan’el sur ce point, par exemple le RACHBATS, Rabbenou Chim’on Bar Tsemah’, ainsi que le TACHBETS qui explique qu’en réalité le RAMBAM pense également ainsi, et selon lui, ce n’est que lorsqu’on n’avale pas l’aliment que l’on ne doit pas réciter de bénédiction initiale, et qu’on le recrache immédiatement. C’est ainsi que tranchent de nombreux autres de nos décisionnaires Richonim.
Malgré tout, du point de vue de la Halah’a, il est certain que nous devons trancher selon l’opinion du Choulh’an ‘Arouh’, puisque nous avons un grand principe selon lequel: « Safek Berah’ot Lehakel » (lors d’un doute sur une bénédiction, on ne la récite pas).

Cependant, afin de s’acquitter selon tous les avis, il est juste de s’imposer la H’oumra (rigueur) lorsqu’on goûte un aliment et qu’on l’avale, d’avoir la pensée de tirer également profit de l’aliment en tant que nourriture, et dans ces conditions, on est autorisé à réciter la bénédiction sur ce que l’on désire goûter, car dans ce cas on pense également à une satisfaction, et sous cette condition, on s’écarte de toute crainte de consommation sans bénédiction.

En conclusion: Lorsqu’on goûte un plat, on ne doit pas réciter de bénédiction sur ce que l’on goûte (sauf si l’on goûte une partie qui fait une quantité de 8.1 cl). Malgré tout, il est préférable de penser au moment où l’on goûte le plat que l’on désire aussi se nourrir, ce qui signifie que l’on doit penser également à titre profit du plat, et dans ces conditions, on pourra réciter la bénédiction sur ce que l’on goûte, en s’acquittant de son devoir selon tous les avis.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

The Proper Way to Immerse Vessels in a Mikveh

One must make certain that there is nothing separating between the vessel one is immersing and the waters of the Mikveh. Thus, when one is immersing a vessel, one must hold the vessel loosely, for if one holds it tight, one’s hand will be separating between the vessel and the waters of the Mik......

Lire la Halacha

Reading Scripture at Night

Question: May one read chapters of Tanach or Tehillim at night or is this forbidden according to Kabbalah? Is there room for leniency when this reading is being done for the sake of an ill individual or a woman in labor? Answer: Maran Ha’Chida in his Responsa Yosef Ometz (Chapter 54) quotes......

Lire la Halacha

Spiritual Blockage of the Heart

Question: Must one be careful regarding the Kashrut standards of the foods one’s children eat as well? Answer: Regarding any food which is prohibited for consumption by the Torah, such as milk and meat or an impure animal’s milk, it is certainly forbidden to give such foods to childre......

Lire la Halacha

Question: Is one obligated to wait six hours after eating meat foods before eating dairy foods?

Answer: The Gemara in Masechet Chullin (105a) states: “Mor Ukva said: When my father would eat meat, he would not eat cheese until the next day. Regarding myself, however, within the same meal I do not eat meat and then cheese, but I would eat cheese during the next meal.” The Rif writes......

Lire la Halacha


Drinking Beverages in a Café or in a Home Where the Vessels have not been Immersed in a Mikveh

Question: May one drink coffee in a friend’s home or in a Café (such as an espresso without milk served in Cafes) when they are not meticulous about immersing their vessels in a Mikveh? Answer: In the Halachot discussed before Tisha Be’av, we have explained that vessels produc......

Lire la Halacha

Question: Do disposable vessels and electric kettles require immersion in a Mikveh?

Answer: In the previous Halachot, we have discussed the general law that any new vessels purchased from a non-Jew must be immersed in a Mikveh before using them. We shall now discuss whether or not disposable vessels require immersion. We have already explained that according to Maran zt”l,......

Lire la Halacha

Eating Dairy Items after Eating Poultry

In the previous Halacha we have discussed in general the law that one must wait six hours after eating meat before eating dairy foods either because the nature of meat is to get stuck between one’s teeth or because meat gives off a taste in one’s mouth for a prolonged amount of time. ......

Lire la Halacha

The Laws of Fire on Yom Tov

In previous Halachot we have explained that Yom Tov and Shabbat are equal regarding all prohibitions besides for certain works associated with food preparation, such as cooking, which are permitted on Yom Tov. Igniting a Flame One may not produce a new fire on Yom Tov, for instance by striking a......

Lire la Halacha