Halacha pour dimanche 24 Tammuz 5781 4 juillet 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Jacqueline Fortunée Bat Nina (Pitoun, de Netanya, et anciennement de Sarcelles)

Pour la guérison totale et rapide de:
L’enfant Ma’yan ‘Hava Bat ‘Aicha

Le vernis à ongles lors de la Nétilatt Yadaïm

Question: Il y a du vernis sur mes ongles, dois-je le retirer avant de procéder à la Nétilatt Yadaïm?

Réponse: Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il faut être vigilant avant la Nétilatt Yadaïm et veiller à ce qu’il n’y ait pas d’élément séparateur (« ‘Hatsitsa ») entre la main et l’eau. Par exemple, une saleté ou autre.
Tout élément considéré comme « ‘Hatsitsa » lors de l’immersion dans le Mikvé, l’est également lors de la Nétilatt Yadaïm, comme nous l’avons expliqué.

Nous avons écrit qu’un élément séparateur (dans une petite partie de la main), et dont la plupart des gens n’ont pas l’exigence personnelle de retirer, comme une saleté provenant de la poussière ou autre, si elle se trouve sous l’ongle dans la partie collée à la peau des doigts, elle n’est pas considérée comme « ‘Hatsitsa » lors de la Nétilatt Yadaïm, car ainsi ont appris nos maitres dans une Halacha enseignée oralement à Moché Rabbénou sur le Mont Sinaï.

A présent, nous devons débattre au sujet d’une femme qui pose du vernis sur les ongles des ses mains. Ce vernis est-il considéré comme « ‘Hatsitsa » ou pas?

Les propos du RACHBA
La chose prend sa source dans une Responsa du RACHBA (dans les Responsas attribuées au RAMBAN chap.124), où il est stipulé que la teinte que les femmes posent sur leurs mains pour des raisons de beauté, n’est pas considérée comme « ‘Hatsitsa », car « il s’agit d’un élément de beauté pour elles, et elles n’ont donc pas l’exigence personnelle de le retirer, au contraire, elles désirent qu’il pérennise.
De plus, cet élément n’est pas concret. » Fin de citation.

Deux raisons pour autoriser la teinte que les femmes posaient sur leurs mains apparaissent dans ses propos:

La première raison : Les femmes n’ont pas l’exigence personnelle de le retirer, au contraire, elles désirent qu’il pérennise.
La deuxième raison : Cette teinte n’avait pas un aspect concret (car elle était absorbée dans la peau du corps, elle n’était pas concrète à l’œil nu lorsqu’elle était appliquée, comme une teinte de cheveux), et de ce fait elle n’est pas considérée comme « ‘Hatsitsa ».

Le vernis que les femmes posent de notre époque
Concernant le vernis que les femmes posent de notre époque, il semble qu’elles n’ont pas l’exigence personnelle de le retirer, au contraire elles désirent qu’il pérennise (lorsqu’il est entier, et non lorsqu’il est effrité car dans ce cas elles désirent le retirer). Mais selon la deuxième raison donné par le RACHBA, « absence d’apparence concrète lorsqu’il est appliqué », la chose n’est pas évidente pour le vernis de notre époque, car il s’agit bien d’un élément concret, qui créé une couche sur l’ongle.

La règle dans la pratique, pour la Nétilatt Yadaïm et pour l’immersion dans le Mikvé
Sur le plan de la Halacha, il est expliqué à partir des propos de MARAN l’auteur du Choul’han ‘Arou’h (chap.161-2) que tant qu’elles n’ont pas l’exigence personnelle de le retirer, et qu’au contraire elles désirent son maintien, il n’est pas nécessaire de le retirer, même s’il possède un aspect concret après son application.

Par conséquent, tant que les femmes désirent le maintien de leur vernis, lorsqu’il n’est pas effrité par le temps, il n’est pas considéré comme « ‘Hatsitsa » lors de la Nétilatt Yadaïm. Elles peuvent même Lé’haté’hila (à priori) procéder à la Nétilatt Yadaïm avec le vernis sur les ongles.

Il est certain que pour l’immersion d’une femme dans le Mikvé, elle se doit Lé’haté’hila (à priori) de retirer le vernis de ses ongles, car sur ce point, les femmes d’Israël ont l’usage de veiller à ne pas laisser sur elles le moindre élément séparateur, même s’il n’est pas considéré comme « ‘Hatsitsa » selon le Din.
Ce n’est que Bédi’avad (à postériori), lorsqu’une femme insiste pour s’immerger exclusivement sans retirer le vernis, que nous lui autorisons à le faire, comme l’a enseigné notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l sur ce point.

Conclusion: Une femme qui a du vernis sur ses ongles, est autorisée à procéder à la Nétilatt Yadaïm avec le vernis, tant qu’elle désire qu’il pérennise et qu’elle ne désire pas le retirer.

Concernant l’immersion dans le Mikvé, on peut aussi autoriser, en cas de force majeure, s’il n’y a pas d’autre solution.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

L’allumage des Nerot de H’anouka

Le devoir de l’allumage Durant les 8 jours de ‘Hanouka – qui tombera à partir de dimanche soir de la semaine prochaine - il est un devoir d’allumer les Nérot de ‘Hanouka. Les Séfaradim ont l’usage d’allumer une seule ‘Hanoukiya po......

Lire la Halacha

Nérott de Chabbat et Nérott de H’anouka : ordre d’allumage

Nos maitres les Richonim (décisionnaires médiévaux) débattent afin de définir quel ordre devons-nous respecter au sujet de l’allumage des Nérott de H’anouka et des Nérott de Chabbat. Selon l’opinion du Ba’al Halah’ott ......

Lire la Halacha

Lois relatives au voyageur et à l’invité pendant H’anouka, ainsi qu’aux soldats juifs de Tsahal

Question: Comment doit agir une personne qui est invitée ou qui est à l’armée pendant H’anoukka? Réponse: Ce cas mérite d’en débattre car il existe une différence sur ce point entre une personne qui voyage seule mais dont les memb......

Lire la Halacha

Un invité qui rentre chez lui le samedi soir

Question: Un fils marié invité avec son épouse et ses enfants à passer le Chabbat de ‘Hanouka chez ses parents ou chez ses beaux-parents on père, où doit-il allumer le samedi soir lorsqu’il rentre chez lui? Réponse: Lorsqu’un fils......

Lire la Halacha


H’anouka chez les parents ou les beaux parents, ou à l’hôtel

Dans l’une des précédentes Halah'otes, nous avons abordé le cas de celui qui est hébergé chez un ami durant H’anouka, et qui n’a personne qui allume pour lui à son foyer, par exemple, lorsqu’il n’a pas de famille, ou que sa ......

Lire la Halacha

« ‘Al Ha-Nissim »

L’obligation de mentionner le passage de « ‘Al Ha-Nissim » Lors de la prière de ‘Arvit du soir de H’anouka (cette année 5782, à partir de ce soir dimanche 28 novembre), on dit le passage de « ‘Al Ha-Nissim » dans la ‘A......

Lire la Halacha

Les femmes et le Hallel pendant H’anouka

Question: Si les femmes sont soumises à l’obligation de l’allumage des Nérott de ‘Hanouka, sont-elles aussi soumises au devoir de réciter le Hallel chaque matin de H’anouka? Réponse: Les femmes sont exemptes de toute obligation positive li&eacut......

Lire la Halacha

Comment faire le Kiddouch sur le vin?

Lorsqu’on récite le Kiddouch sur le vin, il faut prendre un verre capable de contenir la quantité d’un Révi’it de vin (81 g ou 8.1 cl). Le verre doit être rincé à l’intérieur comme à l’extérieur. Ensuite, on ......

Lire la Halacha