Halacha pour mardi 14 Tevet 5781 29 décembre 2020

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Les les bénédictions du matin (Birkottt Ha-Chah’ar) et les bénédictions de la Torah (Birkott Ha-Torah) pour les femmes

Question: Les femmes sont-elles tenues de réciter les bénédictions du matin (Birkott Ha-Chah’ar)?

Réponse: Nos maitres ont institué de réciter chaque jour les bénédictions du matin (celles qui figurent au début des rituels de prières avant la prière de Chah’aritt) car elles suivent l’ordre du monde et son fonctionnement, comme la bénédiction de « Pokeah’ Ivrim » (qui redonne la vue aux aveugles) que nous récitons pour glorifier Hachem sur le sens de la vue, et de même pour les autres bénédictions du matin.
Or, comme il est interdit de tirer profit de ce monde sans réciter de bénédiction, il est donc un devoir pour toute personne de réciter ces bénédictions chaque jour.
Les bénédictions du matin commencent à Elo-haï Néchama, et se terminent par la fin de la bénédiction de GOMEL H’ASSADIM LEA’MO ISRAEL. Ensuite, on récite les bénédictions de la Torah (Birkott Ha-Torah).

Il est expliqué dans les Responsa des Guéonim que les femmes sont elles-aussi soumises à l’obligation de réciter les bénédictions du matin, puisque cette obligation ne fait pas du tout partie de la catégorie des « Mitsvot Assé Chehazéman Guérama » (obligations religieuses dont l’accomplissement dépend d’un laps de temps), comme les Tefilin ou le Talit que nous ne pouvons mettre que lorsqu’il fait jour, ou bien le devoir d’habiter dans la Soukka, qui ne dure que 8 jours etc …, car les femmes sont exemptes de toutes ces obligations.
Mais les bénédictions du matin – qui ne dépendent pas d’un laps de temps – les femmes sont tenues de les réciter.

Parmi les bénédictions du matin, il y a une bénédiction qui se nomme « CHELO ‘ASSANI ICHA » (« qui ne m’a pas fait femme »). Nos maitres ont institués cette bénédiction car les hommes ont le devoir de remercier Hachem pour leur avoir donné le mérite d’accomplir la majeure partie des Mitsvot de la Torah, car chaque Mitsva est un grand mérite pour chacun.. Ce qui n’est pas le cas des femmes, puisqu’elles ne sont pas soumises à une partie des Mistvot, car elles doivent remplir correctement leur vocation en accomplissant les Mitsvot auxquelles elles sont soumises, comme Chabbat, les bénédictions alimentaires, ou autre. Elles doivent en particulier se montrer méticuleuses dans les Mitsvot propres à la femme, comme les lois de pureté familiale (Nidda), le prélèvement de la H’ala, ou l’allumage des Nérott du Chabbat. S’il s’agit d’une femme mariée, elle doit aussi motiver son mari à étudier la Torah, car c’est grâce à cela qu’elle lie son âme à l’immense mérite de l’étude de la Torah. Même si son mari montre de la paraisse dans son étude, la femme n’en a pas moins un grand mérite. De même, la femme doit aussi éduquer ses enfants dans la Torah et les Mitsvot.

Il ne s’agit pas d’une distinction entre l’homme et la femme, car selon l’esprit de notre sainte Torah, la femme est très honorée, comme l’enseignent nos maitres, l’homme doit aimer son épouse comme sa propre personne, et doit l’honorer plus que sa propre personne. Le cantique du Echett H’aïl qui a été dédiée à la femme qui craint Hachem, n’a pas son pareil dans le monde pour vanter les mérites de la femme. Le fait que la Torah a exempté la femme de différentes Mitsvott auxquelles l’homme est soumis, relève d’une raison précise que seul Hachem connait. Chacun se doit d’accepter les Mitsvot d’Hachem comme elles lui ont été données, et de remplir sa fonction dans le monde de façon correcte. Puisque personne au sein du peuple d’Israël ne peut se plaindre de ne pas être Cohen ou Lévy, de même, le fait que les femmes n’ont pas été soumises à toutes les Mitsvott comme les hommes, relève de façon certaine d’une raison qui n’appartient qu’à Hachem comme nous l’avons expliqué. Selon un esprit droit et juste, il n’est donc pas concevable d’exprimer un mécontentement sur ce point.
Toute personne qui exprimerait son mécontentement sur ce point ne parle pas avec intelligence.
En réalité, ceux qui tentent généralement de mettre l’homme et la femme à égalité dans le domaine de l’accomplissement des devoirs religieux, n’ont pas la crainte d’Hachem dans leur cœur, se trompent eux même et trompent la société, leur fin n’en sera que perte.

C’est pour cela qu’au lieu de « CHELO ‘ASSANI ICHA », les femmes disent « CHE’ASSANI KIRTSONO » (qui m’a faite selon sa volonté), et en veillant à ne pas prononcer Chem Oumalh’out (Elles diront BAROUH’ CHE’ASSANI KIRTSONO, et non pas BAROUH’ ATA A-D-O-N-A-Ï ELOHENOU MELEH’ HA’OLAM CHE’ASSANI KIRTSONO).
Par contre, elles récitent tout à fait normalement et avec Chem Oumalh’out (le nom d’Hachem), la Bénédiction de CHELO ‘ASSANI GOÎ, sous la formule féminine de CHELO ‘ASSANI GOYA, comme pour la Bénédiction de CHELO ‘ASSANI ‘AVED, qu’elles changeront en CHELO ‘ASSANI CHIFH’A. Telle est la tradition.

Les bénédictions de la Torah sont différentes des bénédictions du matin dont nous avons parlé plus haut.
En effet, les bénédictions du matin ne sont pas dirigées vers une Mitsva particulière, mais viennent seulement exprimer une glorification et un remerciement à Hachem pour la création du monde et son entretient. De ce fait, on comprend facilement le fait que les femmes soient soumises à l’obligation des bénédictions du matin puisqu’elles doivent elles-aussi glorifier Hachem, tout comme un homme. 
Ce qui n’est pas le cas des bénédictions de la Torah, puisque nos maitres les ont instaurées pour l’obligation d’étudier la Torah. Or, les femmes ne sont pas soumises à l’obligation d’étudier la Torah, elles devraient être exemptes de réciter ces bénédictions, puisque nous savons que selon MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’, une femme n’a pas le droit de réciter une bénédiction liée à une obligation de laquelle elle est exempte.

Cependant, notre grand maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que les femmes doivent réciter les bénédictions de la Torah, car elles sont soumises à l’étude des lois qui les concernent, comme les règles relatives aux bénédictions, les règles relatives au Chabbat ou autre. C’est pour cela qu’elles récitent elles aussi les bénédictions de la Torah, et elles peuvent dire le terme « Vétsivanou » (il nous a ordonné d’étudier les paroles de la Torah), car elles doivent elles aussi étudier comme nous l’avons expliqué.
Dans la prochaine Halacha, nous expliquerons, avec l’aide d’Hachem, un autre point qui découle de ce sujet: Le moment où l’on doit réciter les bénédictions du matin.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les 8 niveaux de la Tsédaka

Le RAMBAM écrit (chap.10 des règles relatives aux dons aux nécessiteux): Il y a 8 niveaux dans la Tsédaka, l’un supérieur à l’autre. C'est-à-dire: 8 façons de donner la Tsédaka, l’une supérieure à l&......

Lire la Halacha

Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim

A la demande de nombreuses personnes, nous continuons à développer le sujet de la Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim (dîme financière), à partir des propos de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ et des décisi......

Lire la Halacha

Déduire du Ma’asser les dépenses liées aux enfants

Question: Les personnes qui ont l’usage de prélever chaque mois le « Ma’asser Késsafim » (la dîme financière), peuvent-elles déduire du Ma’asser, les frais de prise en charge de leurs enfants qui vivent encore avec eux? R&e......

Lire la Halacha

Quelle est la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka?

Concernant la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka, nos maîtres - le RAMBAM, le TOUR et MARAN l’auteur du Choulh'an ‘Arouh’ – écrivent que lorsqu’on possède les moyens suffisants, il faut donner selon les besoins ......

Lire la Halacha


Qui est soumis à l’obligation de donner la Tsédaka

Toute personne du peuple d’Israël est soumise à l’obligation de donner la Tsédaka. Même le nécessiteux qui se nourrit de la Tsédaka, qui n’a pas d’autre moyen de se nourrir, et dont toute la subsistance provient de ce que lui donnent le......

Lire la Halacha

La Mitsva de Tsédaka – Notre maitre le Rav z.ts.l

Notre maitre le TOUR écrit: La Mitsva de Tsédaka incombe chaque membre du peuple d’Israël, en donnant de son argent, selon ses possibilités. Hormis le fait que toute personne qui donne la Tsédaka, accompli une ordonnance positive de la Torah, toute personne......

Lire la Halacha

La Tsédaka envers des personnes incorrectes

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué les principes de la Mitsva de Tsédaka. Une personne qui transgresse une des Mitsvot de la Torah et ne fait pas Téchouva, par exemple un homme qui a conscience de l’interdiction de se raser à la lame......

Lire la Halacha

Le mérite nécessaire pour donner de la Tsédaka – Le rêve extraordinaire

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné la demande du prophète Irméyahou auprès d’Hachem afin que lorsque les Récha’im (impies) désireront donner de la Tsédaka, Hachem les heurte à des gens incorrectes. Cela s......

Lire la Halacha