Halacha pour dimanche 24 Kislev 5782 28 novembre 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Messa’ouda Bat ‘Aïsha (STEBOUN) de Lyon

Pour la guérison totale et rapide de:
Charles Chalom Ben Sultana
parmi tous les malades d'Israël Amen.

« ‘Al Ha-Nissim »

L’obligation de mentionner le passage de « ‘Al Ha-Nissim »
Lors de la prière de ‘Arvit du soir de H’anouka (cette année 5782, à partir de ce soir dimanche 28 novembre), on dit le passage de « ‘Al Ha-Nissim » dans la ‘Amida, au milieu de la bénédiction de Modim (« Modim Anah’nou Lah’…), comme indiqué dans les Siddourim.

Même si généralement la majorité de l’assemblée n’a pas encore allumé les Nérott de H’anouka à ce moment-là, malgré tout, la mention du passage de « ‘Al Ha-Nissim » n’est pas liée à la Mitsva de l’allumage de H’anouka. En particulier, du fait que le passage de « ‘Al Ha-Nissim » vient glorifier Hachem pour le miracle de la victoire militaire et pas seulement pour le miracle du flacon d’huile. C’est pourquoi, même si l’on n’a pas encore allumé les Nérott de H’anouka, on mentionne le passage de « ‘Al Ha-Nissim » dans la prière de ‘Arvit. [Les années où H‘anouka débute un vendredi soir, on ne mentionne pas « ‘Al Ha-Nissim » lors de la prière de Min’ha du vendredi (H’azon Ovadia-H’anouka page 188). Cependant, nous ne nous attarderons pas sur ce point cette année].

De même, nous mentionnons le passage de « ‘Al Ha-Nissim » dans toutes les prières de H’anouka, Chah’aritt, Minh’a et ‘Arvit, ainsi que dans la prière de Moussaf de Chabbat et de Roch ‘Hodech Tévet pendant H’anouka.

Lorsqu’on a omis de mentionner le passage de « ‘Al Ha-Nissim »
Si l’on a omis de mentionner « ‘Al Ha-Nissim » dans la ‘Amida, la règle est la suivante:

Si l’on se rend compte que l’on a oublié de mentionner le passage de « ‘Al Ha-Nissim » avant de dire le nom d’Hachem de la bénédiction (avant de dire « A.D.O.N.A.Ï » de la bénédiction de « Barouh’ Ata A.D.O.N.A.Ï Ha-Tov Chimh’a Oulh’a Naé Léhodott »), on dit cette formule: « Modim Ana’hnou La’h ‘Al Ha-Nissim Vé’al Hapourkann etc …», en mentionnant tout le passage de « ‘Al Ha-Nissim ».
Puis, on poursuit « Vé’al Koulam… » jusqu’à la fin de la ‘Amida.

Si l’on se rend compte de l’oublie du passage de « ‘Al Ha-Nissim » après avoir mentionné le nom d’Hachem de la bénédiction de « Ha-Tov Chimh’a Oulh’a Naé Léhodott », on a perdu la mention du passage de « ‘Al Ha-Nissim », et il faut poursuivre sans recommencer (ni même conclure la bénédiction par les termes « Lamédeni H’oukéh’a » et revenir en arrière pour mentionner « ‘Al Ha-Nissim »).

Mentionner « ‘Al Ha-Nissim » en fin de ‘Amida
Nos maitres les décisionnaires des derniers siècles, le Eliya Rabba et le Maamar Mordéh’aï écrivent que si l’on a oublié de dire le passage de « ‘Al Ha-Nissim », il est juste de le mentionner en fin de ‘Amida, lorsqu’on termine le paragraphe de « Eloha-ï Nétsor… », avant de dire le verset « Ihyou Lé-Ratson ». Il faut dire ainsi: « Modim Anah’nou Lah’, ‘Al Ha-Nissim… » jusqu’à la fin du texte, et conclure ensuite la ‘Amida.

« ‘Al Ha-Nissim » dans le Birkatt Ha-Mazone
Il faut également mentionner « ‘Al Ha-Nissim » dans le Birkatt Ha-Mazone pendant la fête de H’anouka, dans la bénédiction de « Nodé Léh’a », avant de dire « ’Al Ha-Kol… ».
Si l’on a oublié de le mentionner, tant que l’on n’a pas dit le nom d’Hachem de la terminaison de la bénédiction (« Barouh’ Ata A.D.O.N.A.Ï ‘Al Ha-Arets Vé-‘Al Ha-Mazone »), on reprend depuis « ‘Al Ha-Nissim ».
Si l’on a déjà mentionné le nom d’Hachem de la terminaison de la bénédiction, on ne reprend pas en arrière.

Même dans le Birkatt Ha-Mazone, si l’on a oublié de dire le passage de « ‘Al Ha-Nissim », il est également juste de le mentionner au milieu des « Ha-Rah’amann », en disant: « Ha-Rah’amann Hou Ya’assé ‘Imanou Nissim Vé-Niflaott, Kémo Ché’Assa La-Avoténou Bayamim Ha-Hem Bazémann Ha-Zé. Bimé Matityahou Ben Yoh’anan… »

En conclusion: Il faut mentionner le passage de « ‘Al Ha-Nissim » dans la ‘Amida et dans le Birkatt Ha-Mazone, durant les 8 jours de H’anouka. Si l’on oublie de le mentionner, et que l’on s’en rend compte avant le nom d’Hachem de la terminaison de la bénédiction, on doit reprendre depuis « ‘Al Ha-Nissim ». Si l’on s’en rend compte après le nom d’Hachem de la terminaison de la bénédiction, on poursuit et l’on dira « ‘Al Ha-Nissim » à la fin de la ‘Amida ou du Birkatt Ha-Mazone, comme expliqué.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Obstruction spirituelle du cœur

Question: Doit-on faire preuve de vigilance sur la Cacherout même vis-à-vis des enfants en bas âge? Réponse: Lorsqu’il s’agit d’un aliment interdit par la Torah, comme un mélange de viande et de lait par exemple, ou bien de la viande d’anim......

Lire la Halacha

Comment doit-on tremper l’ustensile?

Il faut veiller à ce que rien ne fasse séparation (H’atsitsa) entre l’ustensile et l’eau du Mikvé. Est considérée comme H’atsitsa (élément séparateur), toute chose qui s’interpose entre l’ustensile et l&rs......

Lire la Halacha

Lire les Téhilim ou tout autre texte du Mikra (le TANA’H) la nuit

Question: Est-il permis de lire les Téhilim ou des versets du TANAH’ (Torah, livres des prophètes et hagiographes) la nuit, ou y a-t-il un interdit selon la Kabbala? Peut-on autoriser lorsque cette lecture est faite pour la guérison d’un malade ou pour une femme sur ......

Lire la Halacha

Consommer des laitages après avoir consommé de la viande de volaille.

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué de façon générale l’obligation d’attendre 6 heures entre une consommation de viande et une consommation de laitages, ceci en raison du fait que la viande a pour nature de rester entre les dents, et ......

Lire la Halacha


L’attente entre la consommation de la viande et des laitages

Question: Combien de temps faut-il attendre après avoir consommé de la viande, pour pouvoir consommer des laitages? Réponse: Il est enseigné dans la Guémara H’oulin (105a): Mar Oukva dit : « Lorsque mon père consommait de la viande, il ne con......

Lire la Halacha

Un Koumkoum électrique et des ustensiles jetables vis-à-vis de l’immersion dans le Mikvé

Question: Un Koumkoum électrique (bouilloire électrique), ainsi que des ustensiles à usage unique (jetables) sont-ils soumis à l’obligation d’être trempés? Réponse: Les Poskim (décisionnaires) débattent au sujet du Koumkoum......

Lire la Halacha

Consommer des boissons dans des établissements ou chez un particulier qui n’a pas trempé les ustensiles

Question: Est-il permis de consommer un café chez un particulier ou dans un établissement (par exemple le café « Expresso » que l’on sert sans lait dans les Cafés chez nous à Paris) si le propriétaire ne veille pas à tremper les uste......

Lire la Halacha

L’immersion des ustensiles

Tous nouveaux ustensiles achetés d’un non juif (comme par exemple la majorité des ustensiles fabriqués en dehors d’Israël) doivent être trempés dans un Mikvé avant d’être utilisés. Nous apprenons ce Din dans la Torah (Ba......

Lire la Halacha