Halacha pour jeudi 4 Cheshvan 5781 22 octobre 2020

Pour l'élévation des âmes de:
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme Marciano z’’l de Lyon)
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef z’’l
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin Elhadad de Lyon) z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna (Bensaid de Lyon) z’’l 
Richard Amram ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon

Pour la guérison totale et rapide de:
Betty Rivka Bat Sultana
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (Steboun) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point est lié à la règle pour les femmes concernant le devoir de faire Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat.
C’est pourquoi, nous allons d’abord introduire la définition du devoir des 2 pains, et dans les prochaines Halachot, nous reviendrons – avec l’aide d’Hachem – sur le devoir des femmes vis-à-vis de la Sé’ouda Chélichitt.

Il est enseigné dans la Guémara Chabbat (117b):

Rabbi Abba dit : On est tenu de rompre (de faire Motsi) sur 2 pains pendant Chabbat, comme il est dit  (au sujet de la Manne qui descendait dans le désert) : « Ramassez le double pain ». C'est-à-dire, 2 pains. Rav Ashé dit : J’ai observé Rav Kahana, et j’ai constaté qu’il saisissait 2 pains dans ses mains lors de la bénédiction, mais qu’il n’en rompait qu’un seul. Son argument est fondé sur le fait qu’il est écrit : «Ramassez le double pain », c'est-à-dire, qu’ils saisissaient uniquement le double pain dans leurs mains, mais ils ne rompaient qu’un seul pain.

Il est donc expliqué à partir de là qu’il est une obligation qui incombe chaque individu du peuple d’Israël, le jour du Chabbat, au moment de la récitation de la bénédiction de Motsi sur le pain lors des repas, de saisir dans ses mains les 2 pains, en souvenir du miracle de la Manne qui descendait dans le désert. (Il faut que les pains soient recouverts sur le dessus par un napperon, comme nous l’avons déjà expliqué, et une nappe doit également se trouver sur la table, en dessous des pains.)

La Guémara poursuit. Rabbi Zéra rompait le pain et coupait un morceau assez gros pour lui suffire pendant tout le repas. Bien qu’il ne faut pas se comporter ainsi un jour de semaine, car cela peut se qualifier de gloutonnerie, puisqu’il prend pour lui-même dès le début du repas un très gros morceau de pain, et cela peut se qualifier de manque de savoir-vivre. Malgré tout, le jour du Chabbat, puisque nous agissons ainsi afin d’affectionner la Mitsva de manger et de boire le jour de Chabbat, ainsi que la Mitsva du ‘Oneg Chabbat, cela représente une grande Mitsva.

Au moment de la bénédiction sur le pain, on saisie les 2 pains dans les mains, de sorte que l’un soit dirigé vers le bas, et l’autre dirigé vers le haut. Lorsque l’on rompt le pain, selon certains avis, il est préférable de rompre le pain inférieur, et selon d’autres avis, il est préférable de rompre le pain supérieur.
MARAN l’auteur du Beth Yossef (chap.274) écrit au nom du Kol Bo : « Certains ont l’usage de rompre le pain inférieur et non pas le pain supérieur. Nous avons l’usage de rompre le pain supérieur. »

Mais MARAN ajoute à cela : « J’ai vu personnellement des grands rompre le pain inférieur, et j’ai entendu dire que c’est ainsi qu’il faut agir selon la Kabbala. »
C’est ainsi qu’il tranche dans le Choulh’an Arouh’, qu’il faut rompre le pain inférieur.

Mais en réalité, la chose ne fait absolument pas l’unanimité, car notre maitre le ARI zal écrit qu’il faut rompre le pain supérieur, et non l’inférieur.
C’est ainsi que tranche également le Rachba dans une responsa, selon qui, l’usage est de rompre le pain supérieur.
Par conséquent, chacun doit préserver son usage sur ce point, car les 2 usages sont fondés, et les unes comme les autres sont toutes les Paroles d’Hachem.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La tradition du Tikoun de Chavou’ot (veillée de Chavou’ot)

La tradition est répandue au sein de toutes les communautés d’Israël de rester éveillés durant la nuit de Chavou’ot et d’étudier la Torah jusqu’à l’aube, comme il est écrit dans le Zohar Ha-Kadoch: Les premiers &lsq......

Lire la Halacha

Bénédictions alimentaires et lecture du Chéma’ la nuit de Chavou’ot

Dans la précédente Halacha, nous avons fais mention de la tradition de la veillée de Chavou’ot, durant laquelle nous restons éveillés pour étudier la Torah. Lecture du « Tikkoun » imprimé dans le livre « Kérié ......

Lire la Halacha

Multiplier constamment les demandes personnelles – Une étincelle d’esprit prophétique

Question: Est-il correct de renouveler la même demande en insistant auprès d’Hachem, en le suppliant pour la même chose chaque jour, ou bien faut-il cesser de demander cette chose si l’on voit que l’on n’est pas exaucé? Réponse: Il est ense......

Lire la Halacha

Se promener avec un chien pendant Chabbat

Question: Lorsqu’on possède un chien destiné à la distraction ou bien un chien guide-aveugle, est-il permis de le déplacer pendant Chabbat? De même, est-il permis de sortir dans les rues avec un tel chien? Réponse: Nous avons déjà expli......

Lire la Halacha


La lecture du Chéma’ du coucher pour les femmes, ainsi qu’après ‘Hatsot (après le milieu de la nuit)

Dans la Halacha précédente, nous avons expliqué que le soir, avant de se coucher, il faut réciter le Chéma’, précédé de la bénédiction de Hamapil, et que cette bénédiction, comme toutes les bénédi......

Lire la Halacha

Lire le Chéma’ au coucher

Question: Y a-t-il une obligation de lire le Chéma’ avant d’aller dormir? Dans les Siddourim (les livres de prières), le Chéma’ du coucher est précédé de la bénédiction de « Hamapil », doit-on la r&eacut......

Lire la Halacha

Tsédaka pour une guérison

Question: Est-il permis d’offrir une somme d’argent à la Tsédaka, pour la guérison d’une personne, ou pour toute autre demande, ou bien il n’est pas convenable d’agir ainsi puisque l’action n’est pas réalisée « L&eacu......

Lire la Halacha

La répétition de la ‘Amida

Une fois que chacun a récité sa ‘Amida à voix basse, nos maîtres ont instauré que le ‘Hazzan (l’officiant) répète la ‘Amida à haute voix, afin d’acquitter les éventuelles personnes qui ne sauraient pas prier.......

Lire la Halacha