Halacha pour jeudi 11 Shevat 5779 17 janvier 2019

Pour l'élévation des âmes de:
Messa’ouda Bat ‘Aïsha (STEBOUN) de Lyon

Pour la guérison totale et rapide de:
Charles Chalom Ben Sultana
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Une petite quantité de pain avec des salades – Le problème qui se pose lors de réceptions

Nous avons expliqué dans la précédente Halacha que tous les aliments qui constituent un repas dans lequel on consomme du pain, sont acquittés de bénédiction par celle que l’on récite sur le pain.

Nous avons cité l’explication du RYTBA selon laquelle, il ne s’agit pas ici du principe général de ‘IKAR VETAFEL.
(Selon la règle de ‘IKAR VETAFEL, lorsque l’on consomme un aliment essentiel accompagné d’un aliment secondaire, comme du riz accompagné de petits pois, on ne récite que la bénédiction de l’aliment essentiel – le riz - qui acquittera également l’aliment secondaire – les petits poids)
Selon le RYTBA, il s’agit plutôt d’un principe nouveau qui est celui de ‘IKAR HA-SE’OUDA, selon lequel, le pain représente l’aliment principal de l’homme vis-à-vis des autres aliments du repas, et c’est pour cette raison qu’il acquitte de bénédiction tous les autres aliments, même si lors du repas, il arrive de consommer un aliment sans pain.

A la lueur de cette explication, nous pouvons nous interroger sur le cas d’une personne qui consomme effectivement du pain, mais en quantité inférieure à Kazaït (inférieure à 27 g). Si cette personne consomme également d’autres aliments en plus du pain, ces aliments sont-ils quittes de bénédiction par celle du pain?

En effet, le RYTBA a précisé que le pain était ‘IKAR « HA-SE’OUDA ». Or, on ne peut qualifier une consommation de « SE’OUDA » que lorsque l’on consomme au moins Kazaït, puisque dans ce cas, cette consommation sera suivie de Birkat Ha-Mazon.
Il semblerait donc que cette personne qui ne consomme que moins de Kazaït de pain, serai tenue de réciter les bénédictions sur les autres aliments, puisque sa consommation de pain n’est pas qualifiable de « SE’OUDA » proprement dit.

Cependant, il reste encore le principe de ‘IKAR VETAFEL, déjà cité précédemment.
Même si cette consommation de pain n’est pas assez importante pour constituer le ‘IKAR HAS’EOUDA (l’aliment principal du repas), puisque la personne ne consomme qu’une quantité inférieure à Kazaït, si elle consomme ce pain avec l’aliment, véritablement ensemble, il est certain que cette personne ne doit pas réciter de bénédiction sur l’aliment, et cela, à titre de ‘IKAR VETAFEL.

Par contre, il est vrai que si elle consomme ces aliments sans morceau de pain pour les accompagner, elle doit réciter la bénédiction sur ces aliments, puisque sa consommation de pain n’est pas assez importante pour représenter le ‘IKAR HA-SE’OUDA.
C’est l’occasion de citer un problème très fréquent dans diverses réceptions (lors de mariages ou autres), où l’on dresse un buffet (Cocktail) avant le repas.
Les invités y consommes toutes sortes d’apéritifs à volonté, et ensuite, ils entrent dans la salle, vont se laver les mains (Nétilat Yadaïm) et consomment le repas avec le pain et les autres aliments servis.
Ces derniers temps, on sert au Cocktail des sortes de petits pains, comme des mini-Pitott, et les gens en consomment sans faire attention, sans Nétilat Yadaïm, et sans réciter la bénédiction de « Hamotsi Lé’hem Min Haarets », et ignorent qu’il s’agit là de véritable pain dont la bénédiction est « Hamotsi Lé’hem Min Haarets ».
Il n’est donc pas juste du point de vue de la Halacha de servir de tels petits pains ou mini-Pitott aux invités lors du Cocktail.
Il faut donc demander au traiteur de ne pas poser de tels aliments au Cocktail, ou bien d’informer les invités qu’il ne faut pas en consommer sans faire au préalable Nétilat Yadaïm.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Obstruction spirituelle du cœur

Question: Doit-on faire preuve de vigilance sur la Cacherout même vis-à-vis des enfants en bas âge? Réponse: Lorsqu’il s’agit d’un aliment interdit par la Torah, comme un mélange de viande et de lait par exemple, ou bien de la viande d’anim......

Lire la Halacha

Comment doit-on tremper l’ustensile?

Il faut veiller à ce que rien ne fasse séparation (H’atsitsa) entre l’ustensile et l’eau du Mikvé. Est considérée comme H’atsitsa (élément séparateur), toute chose qui s’interpose entre l’ustensile et l&rs......

Lire la Halacha

Lire les Téhilim ou tout autre texte du Mikra (le TANA’H) la nuit

Question: Est-il permis de lire les Téhilim ou des versets du TANAH’ (Torah, livres des prophètes et hagiographes) la nuit, ou y a-t-il un interdit selon la Kabbala? Peut-on autoriser lorsque cette lecture est faite pour la guérison d’un malade ou pour une femme sur ......

Lire la Halacha

Consommer des laitages après avoir consommé de la viande de volaille.

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué de façon générale l’obligation d’attendre 6 heures entre une consommation de viande et une consommation de laitages, ceci en raison du fait que la viande a pour nature de rester entre les dents, et ......

Lire la Halacha


L’attente entre la consommation de la viande et des laitages

Question: Combien de temps faut-il attendre après avoir consommé de la viande, pour pouvoir consommer des laitages? Réponse: Il est enseigné dans la Guémara H’oulin (105a): Mar Oukva dit : « Lorsque mon père consommait de la viande, il ne con......

Lire la Halacha

Un Koumkoum électrique et des ustensiles jetables vis-à-vis de l’immersion dans le Mikvé

Question: Un Koumkoum électrique (bouilloire électrique), ainsi que des ustensiles à usage unique (jetables) sont-ils soumis à l’obligation d’être trempés? Réponse: Les Poskim (décisionnaires) débattent au sujet du Koumkoum......

Lire la Halacha

Consommer des boissons dans des établissements ou chez un particulier qui n’a pas trempé les ustensiles

Question: Est-il permis de consommer un café chez un particulier ou dans un établissement (par exemple le café « Expresso » que l’on sert sans lait dans les Cafés chez nous à Paris) si le propriétaire ne veille pas à tremper les uste......

Lire la Halacha

L’immersion des ustensiles

Tous nouveaux ustensiles achetés d’un non juif (comme par exemple la majorité des ustensiles fabriqués en dehors d’Israël) doivent être trempés dans un Mikvé avant d’être utilisés. Nous apprenons ce Din dans la Torah (Ba......

Lire la Halacha