Halacha pourmardi 13 Cheshvan 5780 novembre 11 2019

Coller un sparadrap pendant Chabbat

Question: Est-il permis de coller un sparadrap sur une plaie pendant Chabbat?

Réponse: Concernant le collage d’un sparadrap pendant Chabbat, nous devons débattre sur 3 aspects:

  1. L’interdiction de se soigner pendant Chabbat, car nous avons déjà expliqué dans les dernières Halah’ot que nos maîtres ont interdit de réaliser toute chose relative au soins pendant Chabbat (excepté pour une personne réellement malade, comme nous l’avons expliqué). Or, le sparadrap est destiné à soigner la plaie.

  2. L’interdiction de coudre pendant Chabbat, car le fait de coller un sparadrap s’apparente à la couture, qui est interdite pendant Chabbat.

  3. L’interdiction de déchirer pendant Chabbat, car avant de coller le sparadrap, il faut le séparer du papier qui recouvre le côté collant, et il y aurait là apparemment un interdit à titre de déchirer.

Est-ce que l’interdit de soigner concerne le sparadrap ? 
Concernant l’interdiction de soigner pendant Chabbat, il n’y a absolument aucun interdit à coller un sparadrap, car le fait de coller un sparadrap n’est pas considéré comme une chose venant soigner la plaie, puisque la vocation principale du sparadrap est de préserver la plaie afin qu’elle ne se détériore pas et qu’elle ne s’infecte pas. Comme l’écrit MARAN dans le Beit Yossef (chap.328) au nom du Yérouchalmi, qu’il est permis de poser un pansement sur une plaie (guérie) « car il ne fait que la préserver ». Cela signifie que le pansement n’est pas destiné à guérir la plaie, mais à la préserver des éléments extérieurs.

Il ne nous reste qu’à débattre du point de vue des interdits de coudre et de déchirer.

Coudre et déchirer vis-à-vis du sparadrap 
MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ écrit (chap.340-14):
Coller des papiers fait partie de l’interdiction de coudre, et l’on est condamnable à ce titre pour transgression de Chabbat. De même, détacher des papiers collés fait partie de l’interdiction de déchirer, et l’on est condamnable à ce titre pour transgression de Chabbat. (Il s’agit là de déchirer les papiers pour en faire une utilisation quelconque, et non pour détériorer l’emballage).

A partir de là, concernant le sparadrap, il semblerait à priori que le fait de détacher les papiers qui le recouvrent représente l’interdit de déchirer, et le fait de le coller sur le corps représente l’interdit de coudre.

Cependant, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l (הכ''מ) écrit qu’il n’y a là aucun interdit, ni de coudre ni de déchirer, car le papier qui était collé au sparadrap n’est pas destiné à rester sur le sparadrap, et toute sa vocation n’est que d’être séparé du sparadrap afin que l’on puisse coller le sparadrap. Or, MARAN et les décisionnaires n’ont interdit de séparer des papiers collés que lorsqu’ils ont été collés dans l’intention de rester définitivement collés. Mais lorsqu'ils ont été collés dans l’intention qu’on les sépare, il est permis de le faire, puisqu’on ne les a pas collé pour qu’ils restent ainsi.

De même pour le fait de coller le sparadrap, il n’y a là non plus aucun interdit à titre de coudre, car il n’y pas d’interdit de coudre lorsqu’il s’agit du corps humain. De plus, il n’y a pas d’interdit de coudre lorsqu’il s’agit d’un court délai.
Ce n’est que lorsqu’on colle le sparadrap afin qu’il y reste pour toujours qu’il y a un interdit. Notre maître le Rav z.ts.l cite d’autres raisons et d’autres preuves pour autoriser.

Par conséquent, sur le plan pratique, une personne qui s’est blessée pendant Chabbat, est autorisée à coller un sparadrap sur la plaie. Elle est également autorisée à détacher les papiers qui recouvrent la partie collante du sparadrap avant de le coller. (H’azon Ovadia-Chabbat vol.3 page 403).

Questionner Le Rav


הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

דין ברכת שפטרנו מעונשו של זה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

Question: May one eat bread without washing one’s hands if one does not touch the bread with one’s hands directly and instead holds it with a napkin and like?

Answer: The Gemara in Masechet Chullin (107b) states: “The Sages permitted a cloth (i.e. they permitted eating bread without first washing one’s hands by wrapping one’s hands in a cloth) for those eating Terumah (meaning that during the time when the Bet Hamikdash still stood, befo......

Lire la Halacha

Salt on the Table

Question: Is there a halachic necessity to have salt placed on the table before reciting the Hamotzi blessing and is it necessary to observe this custom on weekdays as well? Answer: The Gemara (Berachot 40a) states: “Rava bar Shmuel said in the name of Rav Chiya: One may not recite the Hamo......

Lire la Halacha

Eating without First Washing One’s Hands

In the previous Halacha, we have explained that one may not be lenient and nullify the edict of washing one’s hands prior to eating bread; even if one does not touch the bread with one’s hands directly and merely holds it with gloves or a napkin, one may still not defy this edict. If one......

Lire la Halacha

The Laws of Washing One’s Hands for a Bread Meal

The Enactment of Washing One’s Hands for a Bread Meal There is a rabbinic enactment to wash one’s hands before sitting down to eat a bread meal. The Mishnah in Masechet Eduyot (Chapter 5) relates that Rabbi Eliezer ben Chanoch was excommunicated for having raised doubts about the necess......

Lire la Halacha


The “Asher Yatzar” Blessing vs. Birkat Hamazon

Question: In the previous Halacha, we have discussed if one becomes obligated to recite an after-blessing on food and before he does so, he uses the facilities and becomes obligated to recite the “Asher Yatzar” blessing, one should recite the “Asher Yatzar” blessing first and......

Lire la Halacha

Question: If one becomes obligated to recite an after-blessing after eating any food (for instance, by eating a Kezayit, approximately twenty-seven grams, of fruit) and before reciting the after-blessing, one used the facilities and becomes obligated to recite the “Asher Yatzar” blessing, which blessing must one recite first: Should one first recite the “Asher Yatzar” blessing or the after-blessing on the food one ate?

Answer: This question has already been discussed by the Maharshal (Rabbeinu Shlomo Luria, one of the foremost Acharonim who lived approximately five-hundred years ago in Eastern Poland and authored the Sefer Yam Shel Shlomo and others) in his responsa (Chapter 97) and writes that if one becomes obli......

Lire la Halacha

A Power Outage on Shabbat

Question: Last Shabbat, there was a power outage and for six hours, we had no electricity. Later on in the day when the problem was repaired, the Plata (electric hotplate) turned back on. Is it permissible to eat the foods that were warmed on the hotplate? Answer: Regarding the aforementioned mat......

Lire la Halacha

Reciting Birkat Hamazon in the Place One Has Eaten

Question: Is one obligated to recite Birkat Hamazon specifically where one has eaten bread or may one recite this blessing elsewhere? Answer: One who eats a bread meal must recite Birkat Hamazon in the place where one has eaten and one may not go to a different place and recite the blessing there......

Lire la Halacha