Halacha pour vendredi 30 Shevat 5784 9 février 2024              

La Halacha est dédiée au mérite et pour la protection de
tous nos chers soldats.
Qu'Hashem préserve leur sortie et leur retour en paix, qu'Il leur donne force et puissance et que tous nos ennemis tombent devant eux, qu'ils retournent dans leurs foyers dans la joie et l'allégresse sains et saufs, qu'Il veille sur tous les captifs, qu'Il les prenne en pitié et qu'aucun mal ne leur arrive,
" Les enfants rentreront chez eux ". Amen Ken Yéhi Ratson.

Pour la guérison totale de Gabriel Ben Sultana (Teboul), Max Mordé'haï Ben Oraïda (Mimouni) parmi tous les malades d'Israël

Date de la Halacha: 30 Shevat 5784 9 février 2024

Catégorie: General


Michpatim

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Ya’akov SASSON Chlita,
directeur de notre site Halacha Yomit,
et digne petit-fils de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l

Il est dit dans notre Paracha :
« Or, j'enverrai devant toi un ange, chargé de veiller sur ta marche et de te conduire au lieu que je t'ai destiné. Sois circonspect à son égard et docile à sa voix; ne lui résiste point ! Il ne pardonnerait pas votre rébellion, car mon nom est en lui. » (Chémot 23-20, 21).  

Ces versets renferment en eux un grand secret sur la manière avec laquelle Hachem guide son peuple Israël.
Mais nous nous pencherons uniquement sur leur sens simple.
Qui est cet ange cité ici dans le verset ? Pourquoi Hachem envoit-il un ange, et ne guide pas Israël par Lui-Même ?

Rachi commente : Il leur est annoncé ici qu’ils fauteront un jour et que la Che’hina (Présence divine) leur dira : « … car je ne monterai pas au milieu de toi » (plus loin dans Ki Tissa, Chémot 33-3).
Cela signifie qu’Hachem informe Israël qu’ils vont fauter dans le futur, et leurs fautes auront pour conséquence qu’ils ne mériteront plus d’être guidés par Hachem Lui-même, mais par un « ange », un ange spirituel ou un grand homme.

Le Ramban ajoute que la chose s’est réellement réalisée au temps de Yéhochoua’ Bin Noun, après la disparition de Moché Rabbénou, comme il est dit :
« Lorsque Yéhochoua’ se trouvait devant Yéri’ho, il leva les yeux et vit un homme debout en face de lui, l'épée dégainée à la main. » (Yéhochoua’ 5-13).
Cet « homme » était un ange d’Hachem, envoyé par Hahcem afin de se tenir devant Israël dans leurs guerres.
Durant tout le temps où Moché Rabbénou dirigea Israël, il n’y avait pas d’ange devant Israël, mais – si l’on peut s’exprimer ainsi – uniquement Hachem Lui-même qui marchait devant eux, jusqu’à la disparition de Moché de ce monde.
C’est alors que débuta une certaine régression spirituelle, et Israël fut guidé par un ange.

Ceci représente un grand fondement sur la manière avec laquelle Hachem dirige l’univers durant toutes les générations.
Dans notre sujet, il s’agit de diverses manières de diriger le monde, et il est possible de les distinguer immédiatement.
Du temps de Moché, Israël est guidé par Hachem. Du temps de Yéhochoua’, il est guidé par un ange.
Mais en réalité, plus Israël se tient à un niveau spirituel élevé, plus il mérite d’être guidé par Hachem de la manière la plus explicite.
A l’inverse, plus Israël régresse spirituellement, ainsi le « voilement de la Face Divine » (Hester Panim) augmente, au point où il devient difficile de distinguer de manière explicite la direction du monde par Hachem.

Pour exemple, au temps de ‘Hizkiyahou roi de Yéhouda, tout Israël s’adonnait à l’étude de la Torah. Ils étaient tous de véritables Tsaddikim (justes) et ‘Hassidim (d’un très haut niveau de piété). De ce fait, lorsque l’armée de San’hériv vint faire la guerre à Yéhouda, Hachem réalisa un grand miracle, dans lequel toute l’armée de San’hériv mourut en une seule nuit, comme il est dit : « Cette même nuit, un ange d’Hachem se rendit au camp assyrien et y fit périr cent quatre-vingt-cinq mille hommes ; en se levant le matin, on aperçut tous ces cadavres. » (Livre des Rois II 19-35).

Mais tout ceci ne concerne pas uniquement l’ensemble du peuple d’Israël, car en réalité au fil des générations, de nombreux grands hommes, d’un niveau particulièrement élevé, ont eu le mérite d’être guidés de manière explicite et très lumineuse par Hachem Lui-même.
Par exemple, Rabbi ‘Hanina Ben Dossa (dont la fille avait mis par erreur du vinaigre à la place de l’huile dans les Nérot de Chabbat) qui dit à sa fille : « Celui qui a ordonné à l’huile de brûler, ordonnera au vinaigre de brûler. » 
Ou bien Rabbi Chim’on Bar Yo’haï, et de nombreux autres Tanaïm et Amoraïm.

Il en était encore ainsi jusqu’à cette dernière génération, où vivaient le Tsaddik et ‘Hassid Rabbi Israël ABI’HSIRA (Baba Salé) z.ts.l, ainsi que son fils Rabbi Méïr ABI’HSIRA z.ts.l, qui ont réalisé de véritables miracles et merveilles.
Ceci, par la force de leur attachement à Hachem, par un dur travail d’isolement totale de toutes les choses de ce monde, par une immersion véritable dans l’étude de la Torah et dans la crainte du Ciel, au point où ils eurent le mérite d’atteindre le niveau de véritables anges.
C’est grâce à cela qu’ils méritèrent le dévoilement de la Face Divine, et d’être ainsi guidés par Hachem Lui-Même.

Il est enseigné dans la Guémara Mo’ed Katan (18a) que lorsqu’une femme enceinte marche sur un ongle coupé, sur le lieu où il a été coupé, cela provoque chez elle une fausse couche.
Du temps de nos maîtres du Talmud, ces choses – ainsi que de nombreuses autres choses surnaturelles - étaient ressenties par tout le monde, et faisaient partie d’une réalité ressentie concrètement.
Mais de notre époque, nous ne sommes quasiment plus influencés par des choses surnaturelles.
Le Gaon ‘Hazon Ich z.ts.l s’exprima sur ce phénomène en disant :
« Savez-vous ce qu’est le « Hester Panim » (le voilement de la Face Divine) ?

C’est lorsque même un ongle ne cause plus le moindre dommage ! »

Cela signifie que dans nos générations, où les fautes ont dépassé toutes les limites, la matérialité se renforce de plus en plus. Lorsque la matérialité se renforce, toutes les forces spirituelles – positives et négatives – disparaissent.
Dans les générations passées, tout le monde croyait solidement en l’existence de forces cachées dans le monde, et ils avaient donc plus de facilité à placer leur confiance en Hachem, de croire que tout vient de Sa main.
Mais de notre époque, on est habitué à donner une « explication » à toute chose.
Explication qui n’est évidemment pas la cause véritable de l’évènement, mais qui l’explique correctement selon la nature.
Lorsque le système de pensée est ainsi, lorsque toute chose possède son « explication naturelle », cela créé une sorte d’effet miroir, pour signifier que même depuis le Ciel la direction du monde se fait mais sous des « revêtements » naturels !

Un jour, j’ai été accomplir la Mitsva de Ni’houm Avélim (consolation des endeuillés) au foyer d’un médecin dont le père venait de décéder. Lorsque j’étais assis là-bas, des amis du médecin arrivèrent pour le consoler, et ils étaient eux aussi médecins. Dès qu’ils pénétrèrent dans la maison, ils demandèrent au médecin en deuil :
« Qu’avait-il (de quoi son père était-il décédé) ? »
Le médecin en deuil expliqua à ses amis que son père avait tel problème de santé, et que dernièrement la maladie s’était développé de telle manière, et ainsi il leur expliqua avec des termes savants, jusqu’à leur dire que c’est ainsi que son père décéda.

Réfléchissons : La véritable réalité est que depuis le Ciel fut décrété le décès du père de ce médecin. Depuis le Ciel, fut décrété qu’il tombe malade, jusqu’à décéder.
Toutes les circonstances qui l’ont mené à sa mort ne sont que le résultat d’un haut décret spirituel. Les maladies et les problèmes de santé desquels il a souffert ne sont en aucun cas les véritables causes de sa mort !

Mais de notre époque, nous sommes quasiment tous habitués à parler de cette manière, car nous sommes formatés à penser que toute chose possède son explication naturelle.
Ainsi, le monde devient de plus en plus matériel, de plus en plus « naturel », alors que les êtres humains vont en s’éloignant davantage de leur intériorité, de l’intériorité du monde.
C’est pour cela que nous vivons de notre époque ce « Hester Panim », ce voilement de la Face Divine.
Mais nous devons malgré tout nous rappeler que chacun d’entre nous – homme ou femme – possède une force par sa pensée et son regard sur le monde, en se renforçant dans la Torah et dans l’accomplissement des Mitsvot, en se renforçant dans la confiance en Hachem, afin qu’Hachem nous guide de manière dévoilée, au niveau individuel comme au niveau collectif, comme il est dit : « celui qui place sa confiance en Hachem, se trouve environné de sa grâce. » (Téhilim 32-10).

Avec l’aide d’Hachem, nous aurons rapidement le mérite de voir le dévoilement d’Hachem dans le monde. C’est alors qu’Hachem déversera sur son peuple des eaux pures, et l’univers entier reconnaîtra l’authenticité de la conduite du monde par Hachem !
והיה ה' למלך על כל הארץ !
Hachem règnera sur le monde entier !

Chabbat Chalom !

< < La Halacha précédente Halacha suivante > >