Halacha pour dimanche 26 Tevet 5784 7 janvier 2024              

La Halacha est dédiée
Pour la guérison totale de Gabriel Ben Sultana (Teboul), Max Mordé'haï Ben Oraïda (Mimouni) parmi tous les malades d'Israël

Date de la Halacha: 26 Tevet 5784 7 janvier 2024

Catégorie: Chabbat


Consommation de gâteaux Chabbat matin, et omission de Rétsé dans le Birkat Ha-Mazon du repas suivant

Nous avons appris il y a quelques jours que lorsque l’on a oublié de mentionner le passage de « Rétsé Véha’halitsénou » dans le Birkat Ha-Mazon lors du repas du vendredi-soir ou lors de celui du Chabbat matin, si l’on a achevé le Birkat Ha-Mazon, on doit le recommencer depuis le début.

Nous avons expliqué que lors d’un repas où il est une obligation de consommer du pain, si l’on oublie de mentionner le passage de « Rétsé Véha’halitsénou » dans le Birkat Ha-Mazon, on doit le recommencer du début. Mais lors d’un repas où la consommation de pain n’est pas obligatoire, si l’on a omis de mentionner ce passage dans le Birkat Ha-Mazon, on ne le recommence pas.
C’est pourquoi, si quelqu’un consomme un repas avec du pain le jour de Chabbat dans la matinée, et qu’il récite le Birkat Ha-Mazon en y mentionnant le passage de « Rétsé Véha’halitsénou » conformément à la Halacha, si cette personne consomme ensuite de nouveau un repas avec du pain et qu’elle oublie cette fois-ci de mentionner « Rétsé Véha’halitsénou » dans le Birkat Ha-Mazon, elle ne doit pas recommencer le Birkat Ha-Mazon, car ce repas supplémentaire ne représente aucune obligation selon tous les avis.

Qui plus est, même une personne qui oublie de mentionner « Rétsé Véha’halitsénou » dans le Birkat Ha-Mazon lors de la Sé’ouda Chélichit (3ème repas du Chabbat), selon le Din elle ne doit pas recommencer le Birkat Ha-Mazon, car selon l’opinion de nombreux Richonim (décisionnaires médiévaux) la consommation de pain lors de la Sé’ouda Chélichit n’est pas obligatoire, et de ce fait, on ne doit pas recommencer le Birkat Ha-Mazon dans cette situation.

La règle lors du repas de Chabbat matin
Nos maîtres les Richonim débattent au sujet du 2ème repas de Chabbat – celui que l’on prend en fin de matinée – s’il est une obligation de s’en acquitter exclusivement avec du pain, ou bien s’il est possible de s’en acquitter en consommant des gâteaux ou des pâtisseries.
Mais selon la majorité des décisionnaires, il est une obligation de consommer du véritable pain lors de ce repas, et c’est ainsi que nous tranchons.
C’est pourquoi, si quelqu’un oublie de mentionner « Rétsé Véha’halitsénou » dans le Birkat Ha-Mazon lors du 2ème repas de Chabbat, il doit recommencer le Birkat Ha-Mazon depuis le début.

Lorsqu’on a consommé des pâtisseries avant de prendre le 2ème repas de Chabbat
A la lueur de ce qui a été dit, le Gaon Rabbi Its’hak HARARI (l’un des grands sages de la ville de Alep en Syrie il y a environ 300 ans) écrit dans son livre Chou’t Zé’hor Lé-Its’hak (chap.80) que si quelqu’un consomme des gâteaux ou des pâtisseries après l’office du Chabbat matin, et qu’il récite ensuite la bénédiction finale « ‘Al Hami’hya », si cette personne consomme quelques heures plus tard un repas avec du pain mais qu’elle oublie de mentionner « Rétsé Véha’halitsénou » dans le Birkat Ha-Mazon lors de ce repas, elle doit recommencer le Birkat Ha-Mazon « car il n’y a pas un seul décisionnaire » selon qui on peut s’acquitter de son obligation du 2ème repas de Chabbat en consommant des gâteaux ou pâtisseries. De ce fait, le repas que cette personne a présentement consommé avec du pain est son 2ème repas de Chabbat, et puisqu’elle n’a pas mentionner « Rétsé Véha’halitsénou » dans le Birkat Ha-Mazon lors de ce repas, elle doit dire de nouveau le Birkat Ha-Mazon.

Les propos de notre maître le Rav z.ts.l
Mais notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l (‘Hazon Ovadia-Chabbat vol.2 page 346) objecte sur les propos du Zé’hor Lé-Its’hak sur ce point, car plusieurs Richonim sont d’avis que l’on peut s’acquitter du devoir du 2ème repas de Chabbat en consommant des gâteaux ou des pâtisseries (même si la Halacha n’est pas tranchée selon cette opinion, comme précisé plus haut).
Notre maître le Rav z.ts.l rapporte que telle est l’opinion de Rabbénou Yécha’ya Ha-Richon (dans ses décisions Halachiques sur Soukka 27a), et que même le Rachba cite une telle opinion.

Par conséquent, notre maître le Rav z.ts.l tranche que si l’on a consommé des gâteaux ou des pâtisseries dans la matinée de Chabbat (au moins en quantité de Kazaït qui correspond à 27 g), le véritable repas que l’on consommera ensuite avec du pain peut être considéré comme « Sé’ouda Chélichit ». Or, selon le Din, si l’on a oublié de mentionner « Rétsé Véha’halitsénou » dans le Birkat Ha-Mazon de Sé’ouda Chélichit, on ne recommence pas le Birkat Ha-Mazon. (Notre maître le Rav z.ts.l cite d’autres arguments pour renforcer sa position sur ce point.)

En conclusion : Si quelqu’un a consommé le Chabbat matin des gâteaux ou des pâtisseries (au moins 27 g), et qu’il consomme quelques heures plus tard un véritable repas avec du pain, si lors du Birkat Ha-Mazon de ce repas cette personne oublie de mentionner le passage de « Rétsé Véha’halitsénou », elle ne recommence pas le Birkat Ha-Mazon, comme le veut la règle lors de la Sé’ouda Chélichit.

< < La Halacha précédente Halacha suivante > >