Halacha pour vendredi 19 Iyar 5782 20 mai 2022              

Pour la guérison totale de:
Jean-Luc Chélomo Ben Zéhira (Azoulay)
Yossef Avraham ‘Haïm Ben Frédérique Léa (Arfi)
Charles Chalom ben Sultana (Nakache)
Noa’am Avraham Chimchon ben Dalia (Ouaknin)
Ariella Téhila Bat Aviva Myriam
Parmis tous les malades d’Israël  

Pour l’élévation de l’âme de:
Mordé’haï (Ma’ha) Ben Avraham (SELLAM) z’’l
Gilbert Sassi Ben Yéhouda (Hadjadj) z’’l

Date de la Halacha: 19 Iyar 5782 20 mai 2022

Catégorie: General


Bé’houkotaï

En dehors d'Israël, nous lisons cette semaine BEHAR.
En Israël, nous lisons cette semaine BE'HOUKOTAÏ 
que vous trouverez sur ce lien 

Israël et son ascendance
Dans cette Parasha sont contenues des réprimandes qu’Hashem suspend au dessus d’Israël s’il ne marche pas dans le chemin de la Torah.

« Je me souviendrais de mon alliance avec Ya’akov, et également de mon alliance avec Its’hak, ainsi que de mon alliance avec Avraham… » 

Dans son livre Vayomer Avraham, le Gaon Rabbi Avraham Morde’haï PATAL (Ha-LEVI) z.ts.l demande:
En quoi ce verset représente-t-il une réprimande? N’a-t-il pas plutôt l’aspect d’une consolation pour Israël?

Il répond par une image:
Deux voleurs sont attrapés en flagrant délit.
Lorsqu’ils sont conduits devant le juge, celui-ci demande à chacun d’entre eux son nom, son origine, sa famille etc…
Le premier des deux voleurs répond qu’il est le fils d’untel qui purge actuellement une peine de prison pour vol.
Le deuxième répond qu’il est le fils de Rav untel, qu’il étudie dans telle Yéshiva et qu’il vit avec ses parents dans telle ville, dans un quartier où vivent de grands Rabbanim.
Le juge condamne le premier à seulement 6 mois de prison, accompagnés d’une amande de 100 $.
Mais il alourdit la peine du deuxième et le condamne à 1 an de prison, accompagnés d’une amande de 200 $.
Très étonné de cette différence, le deuxième voleur demande au juge:

« Pourquoi mon ami bénéficie d’une peine relativement légère, alors que ma peine est très lourde et représente le double de la sienne?! »
Le juge répondit:

« Ton ami est voleur fils de voleur. Il a évolué toute sa vie dans un environnement de voleurs. Par conséquent, on ne peut donc pas réellement l’incriminer. Par contre, toi, tu as grandit parmi les sages, dans la maison de ton père qui est un homme juste et intègre. Comment es-tu malgré tout arrivé à commettre le vol?! Tu mérites donc une peine plus sévère que ton ami. »

« Je me souviendrais de mon alliance avec Ya’akov », lorsque je me souviens qui était votre père Ya’akov qui vous a élevé, et avec qui j’ai établi mon alliance, « de mon alliance avec Its’hak » lorsque je me souviens qui était votre grand père Its’hak, « de mon alliance avec Avraham » lorsque je me souviens qui était votre arrière grand père Avraham, comment ne puis-je pas vous infliger une lourde punition??!

Nous comprenons à présent pourquoi ce verset est inclus dans les réprimandes de notre Parasha.
Si chaque juif prend véritablement conscience au moment de la faute, qu’il est le digne descendant d’Avraham, d’Its’hak et de Ya’akov, il est à espérer qu’il ne fautera pas. 

Shabbat Shalom

Rav David A. PITOUN – France 5782

< < La Halacha précédente Halacha suivante > >

Questionner Le Rav