Halacha pour jeudi 10 Sivan 5779 13 juin 2019              

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Date de la Halacha: 10 Sivan 5779 13 juin 2019

Catégorie: Tefilah


Entre une prière et une autre

Il y a des cas où l’on doit prier 2 ‘Amidott, l’une après l’autre.

Par exemple, une femme qui prie chez elle la ‘Amida du matin, et qui désire aussi prier la ‘Amida de Moussaf un jour de Roch ‘Hodech ou de Chabbat, mais elle n’a pas le temps de dire des Mizmorim (psaumes de Téhilim) ou autre entre les 2 ‘Amidott, elle désire les enchainer, celle de Cha’harit et celle de Moussaf.

Ou bien une personne ayant oublié de prier Cha’harit, et qui est tenue dans ce cas de prier une prière de rattrapage comme nous l’avons expliqué ces derniers jours. Par exemple, si la personne a oublié de prier Cha’harit et qu’elle se rend compte de son oubli uniquement lorsque l’heure limite de Cha’harit est passée, elle doit rattraper cette prière manquée en disant 2 fois la ‘Amida de Min’ha.

Il est rapporté dans la Guémara Béra’hott (30b) qu’il ne faut pas prier la ‘Amida 2 fois de suite de manière enchainée, mais il faut marquer un léger temps d’attente entre les 2 ‘Amidott.
La Guémara explique que cette règle a pour raison la concentration nécessaire à la prière, et celui qui prie doit pouvoir se concentrer de nouveau et prier avec supplication, car s’il enchaine les 2 ‘Amidott, cela peut s’assimiler à quelqu’un qui prie seulement pour s’acquitter de son devoir, sans se soucier de prier correctement devant Hachem, avec un esprit clair et en s’exprimant avec supplication.

MARAN tranche dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.105) en ces termes:
« Lorsque l’on doit prier 2 ‘Amidott l’une après l’autre, il faut attendre entre l’une et l’autre le temps nécessaire pour marcher 4 coudées, afin que l’esprit soit serein pour prier avec supplication. »

Le délai de 4 coudées mentionné par MARAN dans le Chou’lhan ‘Arou’h correspond à environ 3 secondes entre une ‘Amida et l’autre.

Cette règle s’applique aussi bien aux deux situations dont nous avons parlé, qu’à l’officiant qui a terminé sa ‘Amida et qui s’apprête à dire la répétition de la ‘Amida à haute voix, il doit lui aussi attendre quelques secondes entre les deux ‘Amidott afin que son esprit soit serein.

En conclusion: Lorsqu’on prie 2 ‘Amidott l’une après l’autre, il faut attendre quelques secondes entre les 2 ‘Amidott, afin que l’esprit reste serin pour se concentrer de nouveau.

< < La Halacha précédente Halacha suivante > >

Questionner Le Rav