Halacha pour lundi 15 Shevat 5779 21 janvier 2019              

Pour la guérison totale de:
Jean-Luc Chélomo Ben Zéhira (Azoulay)
Yossef Avraham ‘Haïm Ben Frédérique Léa (Arfi)
Charles Chalom ben Sultana (Nakache)
Noa’am Avraham Chimchon ben Dalia (Ouaknin)
Ariella Téhila Bat Aviva Myriam
Parmis tous les malades d’Israël  

Pour l’élévation de l’âme de:
Mordé’haï (Ma’ha) Ben Avraham (SELLAM) z’’l
Gilbert Sassi Ben Yéhouda (Hadjadj) z’’l

Date de la Halacha: 15 Shevat 5779 21 janvier 2019

Catégorie: Chabbat


Le malade qui est en danger

Le malade qui est en danger, c’est une Mitsva de transgresser Chabbat pour faire le nécessaire pour le sauver comme le conduire en voiture à l’hôpital ainsi que faire tous les travaux interdits  Chabbat il existe une Mitsva de les transgresser pour sauver la vie d’une personne Chabbat. A fortiori, il est permis de téléphoner pour commander une ambulance ou un médecin pour sauver une vie.

Le Chabbat est complètement écarté pour sauver une vie, car Chabbat fait partie des Mitsvot de la Thora sur lesquelles il est dit « dont il vivra avec » et nos sages ont enseigné que la Thora vient nous dire que l’on doit vivre avec les Mitsvot et non mourir avec. À part les trois fautes graves qui sont l’idolâtrie, les incestes, et le meurtre dont la Thora nous ordonne de mourir plutôt que de transgresser une de ces trois fautes.

La règle est donc que concernant le malade en danger le Chabbat est considéré comme un jour de semaine comme les autres pour faire tout ce qu’il faut pour sauver le malade, car les lois de la Thora d’Hachem ne sont que miséricorde bonté et paix dans le monde. Et celui qui se presse de transgresser Chabbat pour sauver est vie mérite des éloges.

Dans le Talmud de Jérusalem il est enseigné que tous celui qui s’empresse de transgresser Chabbat pour sauver une vie est louable, mais celui qui hésite est un meurtrier, c'est-à-dire que celui qui va poser la question à un Rav pour demander s’il est permis de transgresser Chabbat dans un cas pareil  de danger de mort est considéré comme s’il versait du sang, car le temps qu’il perd à aller poser la question au Rav le cas du malade s’aggrave.

Le Ramban écrit dans son livre Milh’amot Hachem, il n’existe aucune mesure de piété concernant la transgression du Chabbat pour sauver une vie bien au contraire celui qui s’abstient de transgresser Chabbat est passible de mort, car il laisse une autre personne mourir.

< < La Halacha précédente Halacha suivante > >

Questionner Le Rav