Halacha pour jeudi 4 Adar II 5784 14 mars 2024

La Halacha est dédiée
Pour la guérison totale de Gabriel Ben Sultana (Teboul), Max Mordé'haï Ben Oraïda (Mimouni) parmi tous les malades d'Israël

Michloa’h Manott et diabète ou gluten

Question : Une personne envoie des douceurs à son ami en guise de Michloa’h Manott, mais son ami ne peut en consommer, car il souffre de diabète et de ce fait, il lui est formellement interdit par les médecins de consommer des aliments à base de sucre. Est-ce que celui qui a envoyé s’est malgré tout acquitté de son devoir de Michloa’h Manott ?

Réponse : Le Gaon Rabbi Yossef COHEN z.ts.l (qui était membre du Beth Din avec notre saint maître le Rav z.ts.l) écrit qu’il y a lieu de s’interroger sur ce sujet, car même si nous considérons que l’on s’acquitte de son devoir de Michloa’h Manott avec de la viande crue (comme le tranche notre maître le Rav z.ts.l), malgré tout, dans ce cas la viande est tout à fait acceptable par celui qui la reçoit, car il pourra – grâce à cette viande – préparer des plats pour le repas de Pourim.
Mais en ce qui concerne des aliments à base de sucre, lorsqu’on sait que celui à qui ils sont destinés ne pourra pas en consommer pour des raisons de santé, même s’il s’agit d’aliments tout à fait valables pour le devoir de Michloa’h Manott, malgré tout, on peut considérer que l’on ne peut s’acquitter de son devoir dans un tel cas.

Telle est l’opinion du Gaon Rabbi Yéhochoua’ NOYVIRT z.ts.l (l’auteur du livre Chémirat Chabbat Ké-Hilch’éta), que l’on ne peut s’acquitter de l’obligation de Michloa’h Manott avec de tels aliments qui ne peuvent pas être consommés par le destinataire, car la raison essentielle de la Mitsva de Michloa’h Manott consiste à réjouir les amis, qui pourront se réjouir pour le repas de Pourim avec les aliments reçus. Or, dans ce cas, le destinataire ne peut rien consommer.

Cependant, il est rapporté au nom du Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYORBA’H z.ts.l que l’on peut s’acquitter avec un Michloa’h Manott constitué de tels aliments. Preuve en est, qu’il n’y a pas le moindre doute que l’on s’acquitte du devoir de Michloa’h Manott avec des aliments à base de lait, même si l’on sait que le destinataire a consommé des aliments à base de viande lors du repas de Pourim et ne pourra donc pas consommer des aliments à base de lait jusqu’au soir, et malgré tout, il n’y a aucun doute que l’on s’acquitte de son devoir de cette façon.
Nous pouvons donc en déduire que dès l’instant où l’on envoie des aliments consommables, il ne nous importe pas de savoir si le destinataire pourra les consommer ou pas, car puisqu’ils sont qualifiables d’aliments et qu’ils sont consommables pour la majeure partie des gens, on s’acquitte de son devoir en les offrant.

Notre grand maître le Rav z.ts.l écrit qu’il faut différencier les cas, car concernant des aliments à base de lait, le destinataire pourra en définitive les consommer, il en éprouve donc une joie dans son cœur en les recevant, et ce cadeau augmente l’amour mutuel. Ce qui n’est pas le cas lorsqu’on envoie un Michloa’h Manott constitué de choses que le destinataire ne pourra jamais consommer, il n’y pas là de joie particulière.

Cependant, notre maître le Rav z.ts.l conclut que puisque l’envoi de tels aliments exprime de l’amour et de l’affection, puisque les autres membres du foyer pourront en consommer, et puisque l’usage est répandu d’envoyer des douceurs en guise de Michloa’h Manott afin d’exprimer de l’affection et de l’amour, par conséquent, même dans notre cas, il y a lieu de dire que l’on peut s’acquitter par cela de notre devoir, même si le destinataire lui-même ne peut pas en goûter.

La règle est la même pour une personne sensible au gluten, si on lui envoie un Michloa’h Manott fait d’aliments à base de gluten, son statut est le même qu’un malade diabétique, a qui on peut tout à fait envoyer des aliments sucrés, pour les mêmes raisons expliquées plus haut.   

Malgré tout, il faut veiller à ne pas causer de peine au destinataire en lui envoyant de tels aliments, par exemple lorsqu’on envoi ces aliments à une jeune personne qui ne peut pas consommer d’aliments à base de sucre, et l’envoi pourrai lui provoquer de la tristesse, car il va de nouveau prendre conscience de son état de santé, dans un tel cas, il faut absolument éviter d’envoyer de tels aliments.
Il faudra envoyer des aliments pouvant être consommés par le destinataire, afin de réjouir son cœur par la joie de Pourim.

8 Halachot Les plus populaires

Vaygach

Nous sommes aujourd’hui à la date du 10 Tévet, jour de jeûne public pour tout le peuple d’Israël. Vous pouvez consulter les règles relatives à un jour de jeûne ici, dans une Halacha antérieure consacrée au jeûne du 17 Ta......

Lire la Halacha

Vay’hi – La force d’une bonne parole

Commentaires rédigés pour Halacha Yomit par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv Dans notre Paracha, Ya’akov Avinou rassemble ses enfants auprès de lui et les bénit avant de quitter ce monde, comme il est ......

Lire la Halacha

Des pains « ‘Halavi » (pétris avec du lait)

Il est expliqué dans la Guémara Péssa’him (36a) que nos maitres ont interdit de pétrir une pâte avec du lait, car il est à craindre que l’on ne porte pas attention à cela et que l’on en vienne à consommer ce pain avec de la via......

Lire la Halacha

« Rétsé » dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat

Dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat, avant la bénédiction de « Boné Yérouchalaïm » (Vétivné), il faut ajouter le passage de « Rétsé Véhah’alitsénou », comme imprimé dans les rituels de pri&......

Lire la Halacha


Michpatim

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Ya’akov SASSON Chlita, directeur de notre site Halacha Yomit, et digne petit-fils de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l Il est dit dans notre Paracha : « Or, j'enverrai devant toi un ange, chargé de veiller......

Lire la Halacha

Térouma

Entre Moché et Bétsla’el Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadia COHEN Chlita, Chef des tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Cette semaine, nous lirons dans notre Paracha la contribution matérielle des Béné I......

Lire la Halacha

S’assoir sur de la nourriture

Question : Est-il vrai qu’il est interdit de s’assoir sur une caisse contenant de la boisson ou de la nourriture ? Réponse : Il est expliqué dans le traité Béra’hot (50b) qu’il est interdit de se comporter de façon humiliante envers de la......

Lire la Halacha

Mikets - « Un homme intelligent et sage »  - Histoire au sujet de Rabbi Avraham Ibn ‘EZRA

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Notre Paracha nous relate les rêves de Pharaon ainsi que leurs interprétations données par Yossef Ha-Tsaddik, qui eut le m&......

Lire la Halacha