Halacha pour jeudi 7 Kislev 5782 11 novembre 2021

Il n’y a de Kiddouch que sur le lieu d’un repas

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué l’essentiel de la Mitsva de Kiddouch le jour de Chabbat.
Nous allons à présent expliquer une des conditions de la Mitsva de Kiddouch.

Il n’y a de Kiddouch que sur le lieu d’un repas.
C'est-à-dire : lorsque l’on écoute le Kiddouch récité par une tierce personne, et que l’on ne consomme rien sur le lieu du Kiddouch, on n’est pas quitte de son obligation de Kiddouch, puisque la Mitsva de Kiddouch n’est accomplie que lorsqu’elle est suivie d’un repas sur place, comme nos maîtres l’ont enseigné, à partir du verset : « Tu nommeras le Chabbat Délice », la nomination du Chabbat (représentée par le Kiddouch) doit être réalisée sur le lieu du Délice (le repas).
C’est pourquoi, si l’on récite le Kiddouch sur le vin sans prendre de repas ensuite, on ne s’est pas acquitté de son devoir de Kiddouch, et dans l’hypothèse où l’on désire manger ensuite, il faudra de nouveau réciter le Kiddouch sur le vin.
Par conséquent, si une personne écoute le Kiddouch à la synagogue ou chez des amis, et qu’elle ne consomme rien sur le lieu du Kiddouch, lorsqu’elle se rendra chez elle, cette personne devra de nouveau réciter le Kiddouch sur le vin, pour consommer ce qu’elle désire.

La notion de repas - sur ce point - ne signifie pas exclusivement un repas constitué de pain, mais peut être également constitué de gâteaux ou de pâtisseries en quantité de Kazaït (27 g) minimum, qui est la quantité sur laquelle on doit réciter la Bérah’a finale. Une telle quantité de pâtisserie est également considérée comme un repas concernant ce Din.
De même, le fait de boire une quantité minimale de Révi’it de vin ou de jus de raisins (8.1 cl) - qui est la quantité sur laquelle on doit réciter la Bérah’a finale (‘Al HaGuéfen Vé’al Péri HaGuéfen) sur le vin ou le jus de raisins - est également considéré comme un repas, et l’on s’acquitte de son devoir de Kiddouch par une telle consommation.

Nous avons déjà expliqué dans le passé que lorsqu’on se trouve dans une synagogue où l’on récite le Kiddouch à l’occasion d’une réjouissance, il est interdit de consommer les aliments qui s’y trouvent si l’on ne consomme pas des pâtisseries sur place, car la consommation de fruits, de légumes, de boissons ou autres, ne constitue pas un repas concernant ce point.

Cependant, dans son livre H’azon Ovadia – Chabbat (tome 1) publié vers la fin de sa vie, notre maître le Rav z.ts.l s’étend longuement sur ce point et écrit que les personnes qui s’autorisent à consommer diverses friandises servies lors d’un Kiddouch que l’on organise après la Téfila, ont sur quoi s’appuyer (sur le plan Halah’ique), car certains Poskim pensent qu’il n’y a là aucun interdit, puisque selon l’opinion de nombreux Rishonim (décisionnaires de l’époque médiévale), l’interdiction de consommer avant le Kiddouch existe seulement lors du Kiddouch du vendredi soir, et pas lors du Kiddouch du Chabbat matin.

Bien que la Halacha n’a pas été fixée selon l’opinion de ces Poskim sur ce point, malgré tout, nous pouvons associer à cela l’opinion de ceux qui pensent que lorsque celui qui récite le Kiddouch goûte lui-même le vin en quantité minimale de Révi’it, il acquitte tous les auditeurs de leur obligation de repas, au même titre qu’il les acquitte de la Bérah’a de Boré Péri HaGuéfen.

C’est pourquoi, sur le plan pratique, celui qui désire goûter ce qu’on lui sert lors d’un Kiddouch comme celui là, cette personne a sur quoi s’appuyer.
Cependant, les gens pudiques qui possèdent la crainte d’Hachem dans leurs cœurs, évitent ce genre de choses, et ne consomment quoi que ce soit, jusqu’à ce qu’ils arrivent chez eux pour réciter le Kiddouch sur le lieu du repas, selon les scrupuleuses exigences du Din.
Il est bon – à priori – d’informer l’organisateur du Kiddouch à la synagogue, de se soucier à ce que chacun des invités ait une pâtisserie ou du jus de raisins en quantité suffisante (selon la Halah’a), afin qu’ils puissent consommer le reste des aliments sur le lieu du Kiddouch.

Tel est l’usage dans de nombreuses synagogues dirigées par des gens qui craignent Hachem, le Chabbat matin, ou le jour de Sim’hat Torah, ils organisent le Kiddouch selon les exigences de la Halacha et veillent à ce que chacun ait de quoi manger dans la bonne quantité, afin que tout le mon de s’acquitte du Kiddocuh selon la Halacha.

Conclusion: Il n’y a de Kiddouch que sur le lieu d’un repas.
Par conséquent, si une personne a écouté le Kiddouch sans consommer sur le lieu du Kiddouch, cette personne n’est pas quitte de son obligation de Kiddouch, et lorsqu’elle rentrera chez elle, elle aura le devoir de réciter de nouveau le Kiddouch, et de manger sur le lieu du Kiddouch.
La consommation de gâteaux ou de pâtisseries en quantité minimale de Kazaït (27 g), ou le fait de boire du vin en quantité minimale de Révi’it (8.1cl), est considéré comme un repas.
Lorsqu’on organise un Kiddouch, et qu’il n’y a pas de gâteaux ou de vin en quantité suffisante, dans de telles conditions, ceux qui s’autorisent à consommer les diverses friandises qu’on leur sert, ont sur quoi s’appuyer.
Cependant, les gens pudiques évitent ce genre de choses, et ne consomment que lorsqu’ils rentrent chez eux et qu’ils récitent le Kiddouch pour manger, conformément aux exigences de la Halah’a.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

EL DIA DE TISHA BEAB

Durante el día de Tisha BeAb -9 de Ab- están prohibido cinco cosas, a saber: Comer y beber, calzar calzado de cuero, relaciones maritales, lavarse y ungirse (utilizar cremas, aceites, etc.). Asimismo está prohibido estudiar Torá este día, pues esto regocija a la pe......

Lire la Halacha

CON EL COMIENZO DEL MES DE AB SE DISMINUYEN LAS PRACTICAS ALEGRES

Aún cuando, como ya vimos anteriormente, desde el 17 de Tamuz se acostumbran alguna prácticas de duelo, al comenzar el mes de Ab esto se hace más estricto y las costumbres de duelo son más rígidas y se observan hasta el 10 de Ab. Afirma el Talmud (Ta´anit 26b......

Lire la Halacha

DURANTE LAS TRES SEMANAS

Está prohibido realizar festejos, bailes, etc, durante las tres semanas que transcurren desde el 17 d eTamuz hasta el 9 de Ab incluso sin instrumentos musicales. Esto es válido para los bailes o festejos que se organizan según las leyes del recato y la sobriedad del nuestro p......

Lire la Halacha

EL CONSUMO DE CARNE A PARTIR DE ROSH HODESH AB

Afirma el Talmud (Ta´anit 26b) que decretaron nuestros sabios que en la seudá hamafseket–última comida previa al ayuno- no se debe consumir carne ni beber vino así como no se deben comer dos comidas diferentes, por ej. arroz y huevo. Y aún cuando el Talmud pro......

Lire la Halacha


MINIAN –Quórum de diez personas-

Pregunta: Cuando se sale de paseo y se organiza un “minian” de minha o arvit –oraciones vespertina y nocturna- ¿es preciso realizarlo dentro de un recinto cerrado o es posible realizar el “minian” al aire libre? Respuesta: Las personas que salen de pase o vaca......

Lire la Halacha

COSTUMBRES A PARTIR DEL 1 DE AB

Como vimos anteriormente a partir de R. Hodesh Ab se deben disminuir todas las transacciones comerciales destinadas a cuestiones de alegría. Escribe nuestro maestro R. Ovadia Yosef z”l que no se deben adquirir sortijas o anillos de oro, especialmente los novios que adquieren estas jo......

Lire la Halacha

QUIENES AYUNAN EL 9 DE AB

El enfermo, aún cuando no se halla en situación de peligro su vida está exento de ayunar en Tisha Beab. De todas formas, ante cualquier duda se debe realizar una consulta rabínica ya que no cualquier tipo de malestar exime a la persona de ayunar. El anciano que se encu......

Lire la Halacha

PESCADO Y CARNE – Continuación-

Pregunta: Se puede fritar en una sartén de carne, pescados? En un mismo horno, se puede hornear carne y pescado simultáneamente? Respuesta: Aun cuando existe una prohibición de freír o cocinar leche en utensilios de carne, como vimos oportunamente, esta prohi......

Lire la Halacha