Halacha pour jeudi 23 Sivan 5781 3 juin 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Tinok Ben Yael Sarah

Pour la guérison totale et rapide de Jean Luc Shelomo Ben Eliyahou (Azoulay) parmi tous les malades d'Israël Amen.

Dire « ‘Hazak OuBarou’h » aux Cohanim après la Birkatt Cohanim – La reconnaissance

Question: J’ai remarqué que des gens veillent à dire « ‘Hazak OuBarou’h » aux Cohanim après la Birkatt Cohanim. Cet usage est-il juste selon la Halacha?

Réponse: Il est vrai que certains ont cet usage – aussi bien chez les Séfaradim que chez les Achkénazim – afin d’exprimer leur reconnaissance aux Cohanim qui nous bénissent avec amour et propagent sur nous la bénédiction Divine.
Le Gaon auteur du livre Matté Efraïm (chap.592) écrit qu’il y a là une utilité à encourager ceux qui accomplissent des Mitsvot, comme nous disons « Yachar Koa’h » à l’officiant ou au sonneur de Chofar le jour de Roch Ha-Chana. (chez les Séfaradim, nous disons « ‘Hazak OuBarou’h »).

Le Maharam MINTS (fin du chap.85) écrit que l’on dit « Yachar Koa’h » à l’officiant afin de l’encourager à achever aussi les autres Mitsvot qui l’incombent.

Mais certains dédaignent le fait de dire « Yachar Koa’h » (ou « ‘Hazak OuBarou’h ») aux Cohanim car ceux-ci sont soumis à l’obligation de bénir Israël, et s’ils s’en abstiennent, ils transgressent 3 interdits de la Torah. De ce fait, pourquoi y aurait-il lieu de les remercier?

Mais en réalité, cet argument n’est pas juste, car même lorsqu’une personne accomplit une chose obligatoire, lorsqu’il s’agit de faire du bien à autrui, il est souhaitable de la remercier, même dans un cadre profane, comme un chauffeur de taxi ou une caissière dans un magasin, il est une Mitsva de leur prodiguer du bien et de leur exprimer de la reconnaissance, en les remerciant pour leurs actes et pour leur bonté.

Le Gaon et Richon LéTsion Rabbi Its’hak YOSSEF Chlita écrit (Yalkout Yossef chap.128) que l’argument selon lequel les Cohanim sont soumis à l’obligation de bénir Israël n’est absolument pas fondé, car le Cohen peut - s’il le désire – sortir de la synagogue avant la Birkatt Cohanim, et ainsi il n’est absolument pas soumis à l’obligation de Birkatt Cohanim. Selon cela, même si au final le Cohen est tenu de bénir, ceci reste tributaire de ses actes et de sa bonne volonté, en venant et en restant dans la synagogue.

C’est pourquoi, cet usage de dire « ‘Hazak OuBarou’h » ou « Yachar Koa’h » au Cohen après la Birkatt Cohanim, est un bel usage, et l’on doit toujours s’habituer à ressentir le bien qui nous est prodigué par notre prochain, et le remercier.

Nous nous souvenons qu’une femme non-juive était employée de maison chez notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l. Elle s’occupait des tâches ménagères et autres. Chaque matin, lorsque notre maitre le Rav z.ts.l entrait dans la cuisine pour prendre le petit déjeuner et que l’employée de maison s’y trouvait, notre maitre le Rav z.ts.l la saluait d’un « Boker Tov! ».
De même, lorsque notre maitre le Rav z.ts.l avait des gardes du corps, il les saluait et demandait de leurs nouvelles, il s’adressait à eux avec respect et reconnaissance, car ils veillaient sur lui.

Que le sage entende et en prenne morale.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le véritable sens Halachique de la fête de Tou Bichvat

Ce soir (dimanche soir), tombe la fête de TOU Bichvat La Guémara Roch Ha-Chana (2a) nous enseigne: Tou Bi-Chvat est le Roch Ha-Chana des arbres. Certains font l’erreur de croire qu’au même titre que tout l’univers est jugé le jour de Roch Ha-Chana (......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en se déplaçant en chemin

Question: Lorsqu’une personne consomme en marchant, est-elle autorisée à réciter le Birkat Ha-Mazon en marchant? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que nos maîtres ont instauré de réciter le Bir......

Lire la Halacha

Des aliments contenant de la farine

Ces derniers jours, nous avons appris que lorsqu’un aliment est constitué de plusieurs aliments dont les bénédictions initiales sont différentes, il faut réciter la bénédiction correspondant à l’aliment principal du mélange. ......

Lire la Halacha

Un aliment constitué de plusieurs espèces

Question: Quelle est la bénédiction d’un poivron farci ? De même, quelle est la bénédiction d’une pâtisserie faite à base d’un peu de farine, mais dont l’essentiel est constitué de fruits et de noix? Réponse: Dan......

Lire la Halacha


La règle de l’aliment principal et l’aliment secondaire

La semaine prochaine, dimanche soir et lundi, tombe Tou Bichvat (15 Chévat), date à laquelle nous avons l’usage de multiplier les bénédictions alimentaires. C’est pourquoi, nous allons ces jours-ci étudier les règles relatives aux bén&eac......

Lire la Halacha

La règle de « ‘Ikar et Tafel » dans les bénédictions (Aliment principal et aliment accessoire)

Question: Une personne qui consomme un morceau de pain avec du poisson, doit-elle réciter la bénédiction uniquement sur le poisson, étant donné que le pain ne lui est qu’accessoire? Réponse: Dans la précédente Halacha, nous avons expli......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en position assise

Question: Y a-t-il une obligation de s’assoir lorsqu’on récite le Birkat Ha-Mazon, ou bien est-il permis de le réciter même en marchant? Réponse: Il est expliqué dans la Guémara Bérah’ot (51b) qu’il y a une obligation de s&rs......

Lire la Halacha

Les préparatifs en l’honneur de Chabbat – Rabbi Yossef YEDID Ha-Lévy

Il est enseigné dans la Guémara Chabbat (25b): Il est une Mitsva de se laver à l’eau chaude la veille de Chabbat. Les décisionnaires écrivent que même celui dont la Torah est la seule occupation, doit légèrement diminuer son étude......

Lire la Halacha