Halacha pour dimanche 23 Adar 5781 7 mars 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme Marciano z’’l de Lyon)
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef z’’l
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin Elhadad de Lyon) z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna (Bensaid de Lyon) z’’l 
Richard Amram ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon

Pour la guérison totale et rapide de:
Betty Rivka Bat Sultana
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (Steboun) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

La Matsa trempée dans un liquide

Il est enseigné dans la Guémara traité Péssa’him (41a):
« On peut s’acquitter de son devoir avec de la Matsa trempée. »
Cela signifie que si quelqu’un a consommé le soir de Péssa’h de la Matsa trempée dans un liquide, il est quitte de son devoir.
Cet enseignement nous apprend qu’il n’y a absolument aucun interdit à tremper de la Matsa pendant Péssa’h.
Même si lorsqu’on trempe de la farine et qu’on la laisse ainsi tremper durant plusieurs minutes, celle-ci va fermenter – et dans notre cas, nous trempons la Matsa – malgré tout, le phénomène de fermentation n’existe que pour une farine fraiche qui n’a pas encore été cuite. Or, dans notre cas, la Matsa est déjà cuite, et toute la farine qu’elle contient l’est aussi, c’est pourquoi elle ne peut fermenter de nouveau.

C’est en effet ce qu’écrit explicitement l’un de nos maitres les décisionnaires médiévaux, Rabbenou Eli’ezer bar Nathan (le Raavan, élève de Rabbenou TAM) dans ses commentaires sur Péssa’him 39a. Il rapporte que même s’il est permis de cuire dans un liquide une Matsa (qui est par définition déjà cuite), malgré tout, certains refusent de tremper une Matsa dans un bouillon le soir de Péssa’h, par ce qu’ils ont vu leurs parents avoir cette vigilance, et ils pensent qu’il y a là un interdit par crainte que la Matsa ne fermente. Mais ceci n’est pas exact, car si leurs parents ne trempaient pas la Matsa, ce n’est que pour garder intact le goût de la Matsa dans leur bouche durant toute la nuit de Péssa’h. Fin de citation du RAAVAN.

Cela signifie qu’il n’y a pas de crainte de fermentation de la Matsa qui a déjà été cuite (lors de sa fabrication), et même si on la trempe dans l’eau durant toute une journée, elle ne fermentera pas. Et si certains ont la prudence le soir de Péssa’h de consommer uniquement de la Matsa sèche sans la tremper dans un liquide, ce n’est que pour préserver le goût initial de la Matsa, sans qu’il ne soit altéré par le goût d’un liquide. (Cependant, pour une personne âgée qui a des difficultés à consommer la Matsa, on peut autoriser même le soir du Séder, sans prendre en considération cette préférence).

Mais le Gaon Rabbi Zalman, auteur du Tanya, écrit dans une respnsa (fin du 3ème volume de son Choul’han ‘Arou’h), que celui qui s’impose la rigueur de ne pas consommer de Matsa trempée durant toute la fête de Péssa’h, est digne de la bénédiction. Tel est l’usage en vigueur dans la grosse majorité des mouvements ‘Hassidiques, ainsi que chez leurs maitres. La raison à cet usage rigoureux, réside dans le fait qu’après la cuisson de la Matsa, il arrive que quelques grains de farine tombent sur la Matsa. Il arrive aussi que l’on a cuit la Matsa si rapidement que quelques grains de farine au milieu de la Matsa n’ont pas eu le temps de cuire, et lorsqu’on va la tremper dans un liquide, ces grains sont susceptibles de fermenter.

Telle est l’opinion de plusieurs de nos maitres les décisionnaires des siècles derniers, et tel était l’usage du Gaon ‘Hafets ‘Haïm.

Cependant, la plupart des différentes communautés du peuple d’Israël ne suit pas cet usage rigoureux. Ainsi, on rapporte que le GRA (le Gaon de Vilna) a autorisé la préparation de « Kneidlach » (ou « Kneidler », recette d’origine Achkénaze de boulettes à base de farine de Matsa) à Péssa’h, que ce soit par cuisson ou au four, car après la cuisson de la Matsa, il n’y a absolument pas à craindre que la farine présente sur la Matsa n’est pas cuit.
De nombreux autres décisionnaires des derniers siècles écrivent également cette autorisation, ils sont cités par le Gaon et Richon LéTsion Rabbi Its’hak YOSSEF Chlita dans le livre Yalkout Yossef-Péssa’h (chap.447).
Même si la personne qui s’impose cette rigueur, est digne de la bénédiction, malgré tout, notre usage n’est pas ainsi.
Même notre maitre le Rav z.ts.l, ainsi que la quasi-totalité des grands maitres Séfaradim n’ont pas adopté cet usage rigoureux, en particulier, du fait que nous veillons à ce qu’il n’y ait pas de farine présente à proximité de l’endroit où l’on cuit les Matsot, de sorte que le risque que de la farine tombe sur les Matsot après leur cuisson est très improbable. Ainsi, nous préparons pendant Péssa’h des gâteaux à base de Matsa moulue, sans craindre quoi que ce soit.

Par conséquent, même un Séfaradi qui a jusqu’à présent adopté cet usage rigoureux, en pensant que tel était le Din, est autorisé à abolir son usage.
Par contre, s’il a adopté cet usage en tant que « ‘Houmra »
(il savait que cet usage rigoureux n’était pas exigé par la Halacha), s’il désire à présent abolir son usage, il devra au préalable procéder à « Hataratt Nédarim » (annulation des vœux) en présence de 3 personnes, pour le fait de ne pas avoir dit « Bli Néder » au début de son engagement dans cet usage très rigoureux.

En particulier cette année (5781) où la veille de Péssa’h tombe un Chabbat, et où nous devrons cuire les Matsot dans un bouillon afin d’être autorisés à les consommer pendant Chabbat, comme nous l’expliquerons avec l’aide d’Hachem en son temps.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La tradition du Tikoun de Chavou’ot (veillée de Chavou’ot)

La tradition est répandue au sein de toutes les communautés d’Israël de rester éveillés durant la nuit de Chavou’ot et d’étudier la Torah jusqu’à l’aube, comme il est écrit dans le Zohar Ha-Kadoch: Les premiers &lsq......

Lire la Halacha

Multiplier constamment les demandes personnelles – Une étincelle d’esprit prophétique

Question: Est-il correct de renouveler la même demande en insistant auprès d’Hachem, en le suppliant pour la même chose chaque jour, ou bien faut-il cesser de demander cette chose si l’on voit que l’on n’est pas exaucé? Réponse: Il est ense......

Lire la Halacha

Bénédictions alimentaires et lecture du Chéma’ la nuit de Chavou’ot

Dans la précédente Halacha, nous avons fais mention de la tradition de la veillée de Chavou’ot, durant laquelle nous restons éveillés pour étudier la Torah. Lecture du « Tikkoun » imprimé dans le livre « Kérié ......

Lire la Halacha

La lecture du Chéma’ du coucher pour les femmes, ainsi qu’après ‘Hatsot (après le milieu de la nuit)

Dans la Halacha précédente, nous avons expliqué que le soir, avant de se coucher, il faut réciter le Chéma’, précédé de la bénédiction de Hamapil, et que cette bénédiction, comme toutes les bénédi......

Lire la Halacha


Se promener avec un chien pendant Chabbat

Question: Lorsqu’on possède un chien destiné à la distraction ou bien un chien guide-aveugle, est-il permis de le déplacer pendant Chabbat? De même, est-il permis de sortir dans les rues avec un tel chien? Réponse: Nous avons déjà expli......

Lire la Halacha

Lire le Chéma’ au coucher

Question: Y a-t-il une obligation de lire le Chéma’ avant d’aller dormir? Dans les Siddourim (les livres de prières), le Chéma’ du coucher est précédé de la bénédiction de « Hamapil », doit-on la r&eacut......

Lire la Halacha

Tsédaka pour une guérison

Question: Est-il permis d’offrir une somme d’argent à la Tsédaka, pour la guérison d’une personne, ou pour toute autre demande, ou bien il n’est pas convenable d’agir ainsi puisque l’action n’est pas réalisée « L&eacu......

Lire la Halacha

La répétition de la ‘Amida

Une fois que chacun a récité sa ‘Amida à voix basse, nos maîtres ont instauré que le ‘Hazzan (l’officiant) répète la ‘Amida à haute voix, afin d’acquitter les éventuelles personnes qui ne sauraient pas prier.......

Lire la Halacha