Halacha pour mercredi 5 Adar 5781 17 février 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mess’od ben Ra’hel Vé-Yossef
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Le Tsaddik Rabbi David ‘Hananya Ben Mazal PINTO
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Une Mégula écrite par une femme – La 1ère Méguila écrite

La Méguilatt Esther dans laquelle nous lisons afin de nous acquitter du devoir, doit être écrite à la main, avec les lettres du Séfer Torah et sur du parchemin, selon la plupart des règles en vigueur pour l’écriture d’un Séfer Torah.
Même si la plupart des gens ne possèdent pas une telle Méguila valable, malgré tout, ils sont quittes de leur devoir, par le fait qu’ils écoutent la lecture de la Méguila de la bouche d’un homme qui lit dans une Méguila valable, et dans ce cas, nous appliquons le principe de « Chomé’a Ké’oné » (écouter équivaut à dire), ce qui signifie que lorsqu’on écoute quelqu’un lire la Méguila ou le Séfer Torah, avec l’intention de s’acquitter et que le lecteur a lui aussi l’intention de nous acquitter,  la chose est considérée comme ci l’auditeur lit lui-même dans la Méguila valable.
C’est pourquoi, on est quitte de son devoir.

Concernant le Séfer Torah, il est expliqué dans la Guémara Guittin (45b) que seul un homme est habilité à écrire un Séfer Torah, et non une femme, car nos maitres apprennent à partir de plusieurs versets que seule une personne ordonnée du commandement de « Oukchartam LéOtt ‘Al Yadé’ha » (le commandement de mettre les Téfilin) est aussi concernée par le commandement de « Ou’htavtam » (Ecrire les Mézouzot et le reste de la Torah). Or, une femme n’est pas concernée par le commandement de mettre les Téfilin, elle n’est donc pas habilitée à écrire le Séfer Torah.

Mais concernant le Méguilatt Esther, nous devons en débattre.
En effet, nos maitres enseignent que les femmes sont soumises à l’obligation d’écouter la Méguila, car elles ont bénéficié elles aussi du miracle.
De plus, le miracle du sauvetage de Pourim s’est produit grâce à une femme, la reine Esther.
De ce fait, nous pouvons peut-être dire qu’une femme est habilitée à écrire une Méguilatt Esther?

Notre maitre le ‘HYDA écrit dans son livre Birké Yossef qu’une Méguila écrite par une femme est valable de manière catégorique, car les femmes sont elles-aussi soumises au devoir de la lecture de la Méguila. De ce fait, la règle est la même concernant le fait qu’elles peuvent écrire la Méguila, et cette Méguila est valable.
Il prouve ses propos à partir du RAMBAM qui n’a pas fait mention du fait qu’une Méguila écrite par une femme serait non-valable.

Le Gaon Rabbenou Yona NAVON écrit lui aussi dans le livre Guett Mékouchar qu’une Méguila écrite par une femme est valable. Il cite différentes preuves à ses propos. Telle est également l’opinion de plusieurs autres grands décisionnaires des derniers siècles.

Le Gaon Rabbi David OPENHEIM prouve qu’une Méguila écrite par une femme est valable, à partir de ce qui est écrit explicitement dans la Méguila : « La reine Esther écrivit … », et c’est à partir de ce verset que nos maitres enseignent dans la Guémara Guittin (19a) que la Méguila doit être écrite sur du parchemin et avec de l’encre. Or, est-il concevable que la Méguila d’origine – de laquelle nous apprenons les détails des règles de la lecture de la Méguila – puisse être non-valable?

En conclusion: Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit (‘Hazon Ovadia-Pourim page 235) qu’une Méguila écrite par une femme est catégoriquement valable. Son fils, le Gaon et Richon Lé-Tsion Rabbenou Its’hak YOSSEF Chlita s’étend longuement sur la question dans Yalkout Yossef-Pourim (page 515), et il conclut conformément à tout ce qui a été dit précédemment, qu’une telle Méguila (écrite par une femme) est catégoriquement valable. Il cite de nombreuses explications à cette règle.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Eating and Washing One’s Self Yom Kippur

Some Laws of Yom Kippur All are obligated to fast on Yom Kippur, including pregnant and nursing women. Any woman whose health is at risk due to the fast should consult a prominent Torah scholar who is well-versed in these laws and he should render his ruling whether or not she must fast. One whose ......

Lire la Halacha

Motza’ei Yom Kippur

Adding From the Mundane Onto the Holiness One must add some of the mundane weekday onto the holiness of Yom Kippur upon its exit, i.e. one should not end this holy day immediately with nightfall; rather, one should wait another few minutes. Thus, it is prohibited to eat or perform work on Motza&rsq......

Lire la Halacha

The Obligation to Eat in the Sukkah

Since there is not so much time left to discuss the laws of Sukkot, let us now spend the next few Halachot discussing some pertinent Halachot for the upcoming Sukkot holiday. A Meal of an Established Character Throughout the entire Sukkot holiday, both during the night and day, it is prohibited ......

Lire la Halacha

Reciting Selichot Alone, Without a Minyan

Question: If one is unable to recite Selichot with a Minyan (quorum of at least ten Jewish men) for whatever reason or if a woman wishes to recite Selichot and she cannot do so with a Minyan, may one recite the Selichot texts alone or should one abstain from doing so? Answer: If one wishes to rec......

Lire la Halacha


The Laws of Eating a Kezayit of Bread in the Sukkah on the First Night of Sukkot and One who is Uncomfortable in the Sukkah

In the previous Halacha we have discussed that one may not eat an established meal outside of the Sukkah anytime during the Sukkot holiday. One must be aware that the reward for the Mitzvah of Sukkah is that it protects one during turbulent times (see Zohar, Parashat Tetzaveh). The Mitzvah of......

Lire la Halacha

The Custom of “Tashlich”

Following Mincha services of the first day of Rosh Hashanah, it is customary to go to a seashore, river, well, or pit in order to recite the order of “Tashlich.” If there is no river, lake, or pond in close proximity of one’s vicinity, it is likewise perfectly acceptable to recite ......

Lire la Halacha

The Proper Behavior for the Days of Rosh Hashanah-The Custom of Maran zt”l

It is customary to eat red meat and sweet foods on the days of Rosh Hashanah, as the verse in Nechemia states, “Go eat fatty foods and drink sweet beverages and sent gifts of food to those who do not have, for the day is sanctified to our Lord.” One may not fast at all on Rosh Hashana......

Lire la Halacha

Blowing the Shofar on Rosh Hashanah

It is a positive Torah commandment to hear the Shofar blasts on the day of Rosh Hashanah, as the verse states, “It shall be a day of [Shofar] blasts for you.” One may not speak between the various sets of Shofar blasts and certainly not during the blasts themselves. The Poskim disagree r......

Lire la Halacha