Halacha pour dimanche 19 Tevet 5781 3 janvier 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Lorsqu’on a mentionné par erreur dans la prière un passage inapproprié

Question: Quelqu’un prie la ‘Amida habituelle du matin, en pensant par erreur que l’on est Roch ‘Hodech, et il mentionne « Ya’alé Véyavo ». Doit-il recommencer la ‘Amida?

Réponse: La questionne est relative à toute situation dans laquelle quelqu’un mentionne par erreur un passage de la prière qui n’est pas approprié au jour.
Par exemple, lorsque quelqu’un prie ‘Arvit un soir de semaine et mentionne par erreur « Ata ‘Honantanou » (que l’on mentionne le samedi soir à la sortie de Chabbat), ou lorsque quelqu’un récite le Birkat Ha-Mazon un jour de semaine et mentionne par erreur « Rétsé Véha’halitsénou » (que l’on mentionne dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat).

Nous devons définir si la mention d’un tel passage inapproprié est considérée comme une parole d’interruption au milieu de la prière ou au milieu du Birkat Ha-Mazon - auquel cas si la personne se rend compte de son erreur après avoir terminé, elle est tenue de recommencer la ‘Amida ou le Birkat Ha-Mazon - ou bien cet ajout par erreur ne représente pas une interruption?

Les propos du Or’hott ‘Haïm
Dans le Beit Yossef (chap.108), MARAN cite les propos du Or’hott ‘Haïm selon lesquels, quelqu’un ayant oublié de prier Min’ha le jour de Chabbat, et doit donc prier 2 fois la ‘Amida de ‘Arvit à la sortie de Chabbat, l’une à titre de ‘Arvit et l’autre à titre de rattrapage de Min’ha, et selon la règle il doit mentionner « Ata ‘Honantanou » dans la 1ère et non dans la 2ème. S’il a par erreur mentionné « Ata ‘Honantanou » également dans la 2ème ‘Amida, à postériori cela n’est pas considéré comme une interruption, et il est quitte de son obligation. Fin de citation des propos du Or’hott ‘Haïm.
A partir de là, MARAN déduit que toute mention par erreur d’un passage inapproprié au jour, n’est pas considérée comme une interruption dans la prière, et l’on est quitte dans ce cas de son obligation à postériori.

Les propos du Choul’han ‘Arou’h
C’est pourquoi, MARAN écrit dans le Choul’han ‘Arou’h (ibid.) que lorsque quelqu’un a mentionné par erreur « Ya’alé Véyavo » ou autre dans la ‘Amida un jour inapproprié à cette mention, cela n’est pas considéré comme une interruption dans la ‘Amida, et l’on ne doit pas recommencer pour autant.

Divergence parmi les décisionnaires sur la compréhension des propos de MARAN
Cependant, les décisionnaires des derniers siècles débattent au sujet de l’opinion réelle de MARAN sur ce point. Selon certains décisionnaires, cela concernerait uniquement une situation de « rattrapage », comme nous l’avons cité, s’il a mentionné par erreur « Ata ‘Honantanou » dans les 2 ‘Amidott le samedi soir, ce n’est pas considéré comme une interruption à postériori, mais si le cas se produit un simple jour de semaine où quelqu’un mentionnerait par erreur « Ya’alé Véyavo » un jour qui n’est pas Roch ‘Hodech, cela constituerait de façon évidente une interruption dans la ‘Amida.
Selon d’autres décisionnaires, les propos de MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h sont relatifs à toute situation où l’on aurait par erreur mentionné un passage inapproprié dans la’Amida, et dans tous les cas on est quitte à postériori, sans devoir recommencer la ‘Amida.

La règle dans la pratique
En réalité, il semble selon le strict Din que la Halacha est tranchée selon les décisionnaires qui pensent que dans toute situation où l’on a mentionné par erreur un passage inapproprié au jour, c'est-à-dire, « Ya’alé Véyavo » un jour qui n’est pas Roch ‘Hodech, ou « Ata ‘Honantanou » ou autre, on est quitte à postériori de son devoir, et cet ajout par erreur ne constitue pas une interruption dans la ‘Amida.
Cependant, il est bon de prendre aussi en considération l’opinion selon laquelle cet ajout – même accidentel – est considéré comme une interruption, et il est recommandé dans ce cas de dire une nouvelle fois la ‘Amida sous condition de « Nédava » (prière offerte), en disant au préalable: « Si je suis tenu de recommencer la ‘Amida, que cette nouvelle ‘Amida soit considérée comme mon devoir. Si je ne suis pas tenu de recommencer la ‘Amida, que cette nouvelle ‘Amida soit considérée comme offerte ».
Pour le Birkat Ha-Mazon, il semble que l’on ne doit absolument pas recommencer.

Sources: Voir Chou’t Yabiya’ Omer vol.9 chap.94 parag.19; Halichott ‘Olam vol.1 page 180; Yalkout Yossef page 612. A partir des propos des décisionnaires qui ont déduit cette règle de celle de « Ata ‘Honantanou », et selon ce qu’écrit le Michna Béroura, que pour « Ata ‘Honantanou » cela n’est absolument pas considéré comme une interruption, et malgré cela MARAN en déduit qu’il en est ainsi pour tout ajout par erreur, il en découle donc qu’il considère que l’on ne doit pas faire de différence entre les différents ajouts par erreur, et que tous les moments se valent pour cette règle. L’essentiel à retenir est donc l’opinion du Yalkout Yossef.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les 8 niveaux de la Tsédaka

Le RAMBAM écrit (chap.10 des règles relatives aux dons aux nécessiteux): Il y a 8 niveaux dans la Tsédaka, l’un supérieur à l’autre. C'est-à-dire: 8 façons de donner la Tsédaka, l’une supérieure à l&......

Lire la Halacha

Ecouter de la musique et des paroles de Torah dans une salle de bains – L’émission de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’écouter des chansons Kodech ou bien des discours et des cours de Torah dans une salle de bains? De même, est-il permis de prononcer des paroles de Torah dans une salle de bains? Réponse: Il faut traiter la question selon deux problèmes: ......

Lire la Halacha

Nétilat Yadaïm dans la salle de bain

Question: Est-il possible de procéder à la Nétilat Yadaïm pour le repas dans une salle de bains ou dans un cabinet toilette équipé d’un lavabo? Réponse: MARAN tranche dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.4): Lorsqu’on sort d......

Lire la Halacha

Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim

A la demande de nombreuses personnes, nous continuons à développer le sujet de la Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim (dîme financière), à partir des propos de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ et des décisi......

Lire la Halacha


Nétilatt Yadaïm avec de l’eau de mer – L’eau dessalée

Question: En été, lorsqu’on se rend à la plage (séparée) et que l’on désire consommer du pain, est-il possible de procéder à la Nétilatt Yadaïm (ablution des mains avant le repas) avec un ustensile que l’on rempli ......

Lire la Halacha

Nétilatt Yadaïm - Immerger les mains dans de l’eau de mer

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que lorsqu’on se trouve à la plage, et que l’on désire consommer du pain, on ne peut pas prendre l’eau de mer dans un ustensile pour procéder à la Nétilatt Yadaïm, car l&rsq......

Lire la Halacha

Déduire du Ma’asser les dépenses liées aux enfants

Question: Les personnes qui ont l’usage de prélever chaque mois le « Ma’asser Késsafim » (la dîme financière), peuvent-elles déduire du Ma’asser, les frais de prise en charge de leurs enfants qui vivent encore avec eux? R&e......

Lire la Halacha

Quelle est la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka?

Concernant la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka, nos maîtres - le RAMBAM, le TOUR et MARAN l’auteur du Choulh'an ‘Arouh’ – écrivent que lorsqu’on possède les moyens suffisants, il faut donner selon les besoins ......

Lire la Halacha