Halacha pourmercredi 9 Cheshvan 5781 octobre 27 2020

« Ton camp sera saint »

Question: M’est-il permis de prier lorsqu’un enfant se promène dans la maison avec une couche qui n’est pas propre?

Réponse: Il est dit dans la Torah:
« Ton camp sera saint ».
Nous apprenons à partir de là qu’il est interdit de prononcer des paroles de Torah, de prier ou de s’adonner à des choses sacrées lorsqu’on se trouve aux toilettes ou dans d’autres endroits sales. De même, il est interdit de prier, de prononcer, ou de penser à des paroles de Torah lorsqu’on est en présence d’une chose sale, comme de l’excrément humain, un poulailler ou un enclos, car il est dit : « Ton camp sera saint ».

Si l’on a par erreur récité une bénédiction ou prié en présence d’un excrément humain, on n’est pas quitte de son obligation et on est tenu de réciter de nouveau la bénédiction ou de prier de nouveau. Même s’il n’y a avait aucune odeur, puisque l’on a prié en présence d’un excrément, on est tenu de prier de nouveau.

Est inclus dans cette interdiction le fait de prier ou de prononcer des paroles de Torah en présence d’une mauvaise odeur. Par exemple, lorsqu’il y a une fuite d’égout, ou bien lorsqu’on se trouve à proximité de champs entretenus par des excréments animaux et où il y a une mauvaise odeur. De même, lorsqu’on se trouve en présence d’un bébé avec une couche sale, il est strictement interdit de prier, même si l’on ne sent pas l’odeur, dès lors où d’autres personnes sentent l’odeur, il est interdit de prier dans cet endroit.

Le Maguen Avraham écrit qu’il en est de même pour un endroit où se trouvait un excrément qui a dégagé une mauvaise odeur et que l’on a ensuite retirer l’excrément mais que l’odeur persiste, il est malgré tout interdit de prier dans cet endroit, jusqu’à la dissipation totale de l’odeur. Nous en déduisons qu’il en est de même pour un enfant que l’on a changé, malgré tout, tant que l’odeur ne s’est pas totalement dissipée, il est interdit de prier dans cet endroit.

A présent, nous allons expliquer ce que doit faire une assemblée à la synagogue lorsque les fidèles se trouvent en présence d’une mauvaise odeur provenant d’une fuite d’égout de la rue voisine ou autre. De même, ce que doit faire une femme qui s’apprête à prier chez elle, mais qu’elle se trouve en présence d’une mauvaise odeur provenant d’une couche qui se trouvait précédemment sur place, mais qu’on a à présent retirée.

Il est certain que s’il reste encore une chose qui dégage une mauvaise odeur, comme un véritable excrément, il est strictement interdit de prier dans cet endroit. Nos propos ne concernent que le cas où le corps de la chose qui dégage la mauvaise odeur, n’est plus présent, et qu’il ne reste que seulement l’odeur.

Nous devons d’abord introduire un autre Din:
Lorsque le Temple existait, les Cohanim étaient chargés d’exécuter la plupart des tâches du culte dans le Temple, comme offrir les sacrifices ou brûler l’encens ou autre. Les Cohanim n’avaient pas le droit d’avoir des défauts physiques, car un Cohen possédant un défaut physique, qui avait malgré tout exécuté son service, tout son service était profané. Est inclus parmi les défauts physiques du Cohen, le Cohen qui transpire et qui dégage une mauvaise odeur. De même, le Cohen qui dégage une mauvaise odeur de la bouche.

Le RAMBAM écrit qu’un Cohen qui dégage une mauvaise odeur est autorisé à se laver et à se frotter la peau avec du parfum. S’il dégage une mauvaise odeur de la bouche, il peut se parfumer avec du gingembre, et à ce moment là, son culte est valable.
Ces propos nous expliquent que même si sans le parfum, la mauvaise odeur aurait persisté, malgré tout, puisque le parfum dissipe l’odeur, le culte du Cohen est valable.

Nous pouvons en déduire pour notre sujet.
S’il est possible de dissiper la mauvaise odeur dans la synagogue ou à la maison au moyen d’autre chose, il n’y a plus à craindre la mauvaise odeur qui s’y trouvait auparavant.
C’est à partir de là que les décisionnaires ont appris qu’il est permis de brûler un morceau de tissu dans la synagogue, car par l’odeur de la combustion, la mauvaise odeur va se dissiper, et il sera permis de prier.

Il en est de même pour des parfums. Si l’on a diffusé du parfum dans la synagogue, il est permis d’y prier, sans la moindre crainte.

Il y a environ 17 ans, lors de la prière de Minh’a dans la synagogue de notre maitre le Rav z.ts.l, une mauvaise odeur se dégagea dans tout le secteur en raison d’une fuite d’égout. On ne pouvait pas entamer la prière de Minh’a. Notre maitre le Rav z.ts.l – vivant véritablement les propos des décisionnaires à travers leurs ouvrages – ordonna à son chauffeur d’apporter une serviette de la maison et de la brûler dans la synagogue. Lorsqu’on s’aperçut qu’il était plus simple de diffuser du parfum, notre maitre le Rav z.ts.l répondit qu’ils devaient le faire. On diffusa le parfum de façon significative jusqu’à dissipation de la mauvaise odeur, et on commença la prière.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

The Mitzvah of Counting the Omer

The Torah states (Vayikra 21, 15): “And you shall count for yourselves, from the day following the Shabbat, from the day the waved Omer offering is brought, seven complete weeks shall they be.” Our Sages (Menachot 65b) have a tradition that the “day following the Shabbat” ref......

Lire la Halacha

Walking a Dog on Shabbat

Question: If one has a pet dog at home, either for leisure or as a seeing-eye dog for a blind individual, may one move it on Shabbat? Similarly, may one walk the dog in the street on Shabbat? Answer: We have explained in the previous Halacha that all animals are considered Muktzeh on Shabbat as M......

Lire la Halacha

The Laws of the Chazzan’s Repetition of the Amida

-------------------------------- Along with the rest of the Jewish nation, we are heartbroken and mourn the loss of those who passed in the horrific Meron tragedy on Lag Ba’Omer. May their souls be bound in the binding of eternal life and may Hashem send consolation to their families and ma......

Lire la Halacha

Donating Tzedakah (Charity) in Order for One’s Son to Recover From an Illness

Question: Is it permissible to donate a sum of money to charity in the merit of which someone should become healed or for any other personal request or is it improper to do this since the Mitzvah is not being performed for the sake of Heaven, rather, for one’s personal purposes? Answer: The......

Lire la Halacha


Lag Ba’Omer (The 33rd Day of the Omer)

The 33rd day of the Omer is a day of festivity and rejoicing in honor of the saintly Tanna, Rabbi Shimon bar Yochai. There are indeed sources for this among the Poskim. We are therefore customarily more joyous than usual on this day and we do not recite Tachanun (supplication prayers). This year, 57......

Lire la Halacha

Moving Animals on Shabbat

Question: May one move domesticated birds that live in a cage on Shabbat in order to move the cage from place to place as necessary? Similarly, may one remove a dead fish from one’s aquarium on Shabbat? Answer: The Gemara (Shabbat 128b) states that it is forbidden to move or carry any anima......

Lire la Halacha

Tying Tzitzit Strings and Plastic Cable Ties on Shabbat

In the previous Halachot we have discussed some basic laws of tying and untying knots on Shabbat. The general rule is any knot that is either “professional,” i.e. requires some skill to make, or “permanent,” i.e. is meant to last for a prolonged amount of time, is forbidden t......

Lire la Halacha

Question: How many “Kezayit”s (olive’s volume) of Matzah must one consume during the Pesach Seder?

Answer: One is obligated to eat altogether three “Kezayit”s of Matzah during the Pesach Seder. Every Kezayit amounts to approx. 30 grams of Matzah. Nevertheless, there is room for stringency to eat four or even five “Kezayit”s of Matzah, as we shall now explain. The Order......

Lire la Halacha