Halacha pour mercredi 14 Iyar 5784 22 mai 2024

La Halacha est dédiée
Pour la guérison totale de Gabriel Ben Sultana (Teboul), Max Mordé'haï Ben Oraïda (Mimouni) parmi tous les malades d'Israël

« Ils répondirent Amen après elle »

Question : Lorsque quelqu’un me bénit – par exemple en me souhaitant une bonne santé (« Tihyé Bari ») – dois-je répondre « Amen » ?

Réponse : Le Gaon auteur du Michna Béroura écrit (chap.215 note 9) au nom du Midrach que lorsqu’on entend un homme prier pour quelque chose, ou qu’il bénit un juif, on est tenu de répondre « Amen ». C’est pour cela que s’est répandu l’usage de répondre « Amen » lors des « Hara’haman » à la fin du Birkat Ha-Mazon.

Cela signifie que même lorsqu’il ne s’agit pas d’une véritable bénédiction instaurée par nos maitres, et même si le Nom d’Hachem n’est absolument pas mentionnée dans cette prière ou cette bénédiction adressée à quelqu’un, malgré tout, il est juste de répondre « Amen » après cette prière ou cette bénédiction adressée.
Il ressort des propos du Midrach cité qu’il y a là une véritable obligation.
C’est ainsi qu’écrivent plusieurs décisionnaires des siècles derniers.

Cependant, le Gaon Natsi’’v (Rabbi Naftali Tsévi Yéhouda BERLIN, Pologne 19ème siècle) écrit qu’il n’y a pas de véritable obligation, mais seulement un bon comportement, car par le fait de dire « Amen », on renforce les choses afin qu’elles se réalisent, comme l’écrit Rachi (Chévou’ott 36a).
Telle est également l’opinion de notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l dans Chou’t Yé’havé Da’at (vol.3 chap.9).

Mais il faut ajouter que notre maitre le Rav z.ts.l était pointilleux sur ce point, car lorsqu’on le bénissait en lui souhaitant « Réfoua Chéléma » (une totale guérison), ou qu’aucun incident ne soit conséquent à ses actes ou autre, il répondait « Amen ». Même lorsqu’une personne simple le bénissait, il répondait « Amen ».
Même lorsqu’il bénissait lui-même ses petits-enfants, il attendait que l’on réponde « Amen », et lorsqu’on ne répondait pas, il faisait parfois la remarque.

Il est rapporté dans la Guémara Kétoubott (65a) :
Rabbi Yo’hanan dit : Un jour, la belle-fille de Nakdimon Ben Gourion – qui était veuve et dont le mari était décédé sans laisser d’enfants – se rendit au Beit Din afin qu’on lui octroie une subsistance matérielle à partir de l’argent laissé par son défunt mari. Le Beit Din lui octroya une forte somme d’argent, puisqu’elle était une femme importante et riche, et de ce fait, il fallait lui octroyer de manière approprié à son statut.

Elle dit aux sages qui siégeaient au Beit Din :
« Qu’il en soit la volonté d’Hachem, que vous octroyez autant à vos filles ! »
Mais les sages ne répondirent pas « Amen » à sa bénédiction.
La Guémara en explique la raison.
En effet, cette femme était veuve, et son mari était décédé sans laisser d’enfants (dans cette situation, la veuve a le statut de « Chomrett Yabam » ou « tributaire de la décision du Yabam », qui est le frère de son défunt mari, qui décidera si oui ou non il accepte de l’épouser afin d’établir une descendance au défunt), et c’est pour cette raison qu’ils ne voulurent pas répondre « Amen » à sa bénédiction, car ses propos contenaient aussi un aspect de malédiction.

Quoi qu’il en soit, le fait que la Guémara s’étend longuement pour expliquer la raison pour laquelle les sages ne répondirent pas « Amen » à sa bénédiction, indique qu’il faut répondre « Amen » après une bénédiction souhaitée et adressée par quelqu’un.
De même, la Guémara rapporte encore (ibid.66b) que lorsque la fille de Nakdimon Ben Gourion était encore mariée, elle se rendit avec son époux au Beit Din afin de demander quelle somme d’argent son mari devait lui accorder pour ses frais de parfum, et le Beit Din ordonna la somme de 400 pièces d’argent. Elle leur répondit :
« Qu’il en soit la volonté d’Hachem, que vous ordonnez autant pour vos filles ! », et ils répondirent « Amen » après elle.
Les Tossafott expliquent que dans ce cas, les sages du Beit Din répondirent « Amen » après sa bénédiction, car cette femme était mariée, et il était donc approprié de répondre « Amen » puisque sa bénédiction était entièrement constituée de bien.

Nous apprenons de tout ceci à quel point est mauvais l’usage répandu dans plusieurs synagogues où l’assemblée ne porte aucune attention aux bénédictions adressées par l’officient sous la formule de « Mi Chébéra’h » aux personnes qui montent à la Torah, ou pour des personnes malades, ou aux bénédictions adressées par le Rav à certaines personnes lors de l’ouverture du Hé’hal, et ceci constitue un très grand manque, car toute l’importance du « Mi Chébéra’h » se trouve justement dans la force de l’assemblée, qui répond « Amen » dans un moment solennel, et par le mérite de la sainte Torah nous espérons que les prières soient acceptées.
Mais si l’assemblée ne prête aucune attention et ne répond pas « Amen », ils perdent l’essentiel de la valeur de cette précieuse bénédiction.
Il est rapporté au nom du Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l qu’il y a une obligation de répondre « Amen » à un « Mi Chébéra’h » du point de vue du devoir de « Véahavta Léréa’ha Kamo’ha » (aimer son prochain comme soi-même).

8 Halachot Les plus populaires

Vaygach

Nous sommes aujourd’hui à la date du 10 Tévet, jour de jeûne public pour tout le peuple d’Israël. Vous pouvez consulter les règles relatives à un jour de jeûne ici, dans une Halacha antérieure consacrée au jeûne du 17 Ta......

Lire la Halacha

Vay’hi – La force d’une bonne parole

Commentaires rédigés pour Halacha Yomit par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv Dans notre Paracha, Ya’akov Avinou rassemble ses enfants auprès de lui et les bénit avant de quitter ce monde, comme il est ......

Lire la Halacha

Des pains « ‘Halavi » (pétris avec du lait)

Il est expliqué dans la Guémara Péssa’him (36a) que nos maitres ont interdit de pétrir une pâte avec du lait, car il est à craindre que l’on ne porte pas attention à cela et que l’on en vienne à consommer ce pain avec de la via......

Lire la Halacha

« Rétsé » dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat

Dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat, avant la bénédiction de « Boné Yérouchalaïm » (Vétivné), il faut ajouter le passage de « Rétsé Véhah’alitsénou », comme imprimé dans les rituels de pri&......

Lire la Halacha


Michpatim

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Ya’akov SASSON Chlita, directeur de notre site Halacha Yomit, et digne petit-fils de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l Il est dit dans notre Paracha : « Or, j'enverrai devant toi un ange, chargé de veiller......

Lire la Halacha

Térouma

Entre Moché et Bétsla’el Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadia COHEN Chlita, Chef des tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Cette semaine, nous lirons dans notre Paracha la contribution matérielle des Béné I......

Lire la Halacha

S’assoir sur de la nourriture

Question : Est-il vrai qu’il est interdit de s’assoir sur une caisse contenant de la boisson ou de la nourriture ? Réponse : Il est expliqué dans le traité Béra’hot (50b) qu’il est interdit de se comporter de façon humiliante envers de la......

Lire la Halacha

Mikets - « Un homme intelligent et sage »  - Histoire au sujet de Rabbi Avraham Ibn ‘EZRA

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Notre Paracha nous relate les rêves de Pharaon ainsi que leurs interprétations données par Yossef Ha-Tsaddik, qui eut le m&......

Lire la Halacha