Halacha pour mardi 12 Tammuz 5781 22 juin 2021

Des aliments touchés par une personne qui ne s’est pas lavé les mains le matin (Nétilat Yadaïm)

Nous avons expliqué dans le passé l’obligation de procéder à la Nétilat Yadaïm (se laver les mains) chaque matin à partir d’un Kéli (ustensile), dès le réveil.
Nous avons aussi expliqué que lorsqu’on se réveille le matin, un esprit d’impureté réside sur les mains, parce que le sommeil représente 1/60ème de la mort.
Ce n’est que par le biais de la Nétilat Yadaïm réalisée conformément au Din que se retire l’esprit d’impureté des mains.

C’est pourquoi, il est interdit de toucher des aliments ou des boissons avant de procéder à la Nétilat Yadaïm du matin, car l’esprit d’impureté résidera aussi sur ces aliments.

Nous allons à présent traiter d’un cas fréquent.
En effet, de nombreux boulangers (juifs) ne sont malheureusement pas des gens qui ont la Crainte du Ciel, et ils ne procèdent probablement pas à la Nétilat Yadaïm le matin conformément à la Halacha. Ils touchent et manipulent la pâte lorsqu’ils la pétrissent et la préparent pour fabriquer le pain dans leurs boulangeries.
L’esprit d’impureté réside apparemment sur ces aliments et il serait donc interdit de les acheter.

Effectivement, notre maitre le ‘HYDA, ainsi que le Gaon de VILNA écrivent que des aliments touchés par quelqu’un qui ne procède pas à la Nétilat Yadaïm le matin, sont interdits à la consommation même à postériori (même Bédi’avad), car l’esprit d’impureté réside sur eux, et la chose représente un risque de danger. Il existe des preuves à leurs propos dans les enseignements des anciens décisionnaires.

Cependant, selon certains décisionnaires, il n’y a pas à craindre à cela à postériori, et ce n’est qu’à priori (uniquement Lé’haté’hila) qu’il faut avoir la vigilance de ne pas toucher des aliments avant la Nétilat Yadaïm. Particulièrement selon ce que l’on a expliqué antérieurement dans nos propos, que de notre époque, l’esprit d’impureté est moins fréquent que dans les générations passées, il y aurait donc un appui pour autoriser la consommation de tels aliments au moins à postériori.

Il existe encore un argument pour autoriser à postériori la consommation d’aliments touchés par une personne qui ne procède pas à la Nétilat Yadaïm le matin.
En effet, la plupart des gens se lavent les mains le matin (à titre d’hygiène), et même s’ils ne se lavent pas de manière conforme à la Halacha pour la Nétilat Yadaïm, malgré tout, la force de l’esprit d’impureté s’affaiblit par le lavage des mains.

Notre grand maitre le Rav z.ts.l (Chou’t Yabiya’ Omer vol.1), cite une preuve à cela.
En effet, il est expliqué dans la Guémara ‘Avoda Zara qu’ils avaient l’usage de piétiner les raisins dans le pressoir pour fabriquer le vin. Or, les Kabbalistes écrivent que l’esprit d’impureté qui réside sur les mains le matin, réside également sur les pieds. Si nous ne lavons pas systématiquement les pieds le matin pour retirer cet esprit d’impureté c’est tout simplement parce qu’il est particulièrement plus intense que sur les mains, et même la Nétila ne le retirerait pas.
Malgré tout, nous constatons qu’ils avaient l’usage de piétiner les raisins sans craindre l’esprit d’impureté, car ils se lavaient les pieds à titre d’hygiène avant de piétiner les raisins, et ce simple lavage suffisait à affaiblir l’esprit d’impureté qui pourrait passer sur les raisins.

Par conséquent, pour des pains ou autre, qu’une personne a déjà touché et probablement sans avoir procédé à la Nétilat Yadaïm le matin, on peut autoriser à postériori leur consommation.
Mais s’il s’agit d’aliments qu’il est possible de rincer, comme des fruits ou des légumes ou autre, il est juste dans ce cas de les rincer 3 fois sous le robinet, car ainsi on retire toute crainte d’esprit impure sur ces aliments.

Conclusion: Des aliments touchés par quelqu’un qui ne procède pas à la Nétilat Yadaïm le matin, sont autorisés à postériori à la consommation. S’il s’agit d’aliments que l’on peut rincer, il est juste de les rincer 3 fois sous le robinet.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

ORDEN RITUAL DE LA NOCHE DE ROSH HASHANA

Las dos noches de Rosh Hashana es costumbre comer alimentos que simbolizan buenos designios para Israel. Por ello se come Rubia o lubia en árabe, zapallo –calabaza dulce-, dátiles, acelga, puerro, cabeza de cordero, manzana y miel. Ya hemos escrito oportunamente, que la perso......

Lire la Halacha

EL SHOFAR

Es un precepto de la Torá oír los sonidos del Shofar el día de Rosh Hashana, como está escrito: Día de Teruá será para ustedes. A partir de que se oyen las bendiciones correspondientes está absolutamente prohibido hablar hasta que finalicen ......

Lire la Halacha

LEYES SOBRE LA FESTIVIDAD DE SUCOT

A pedidos de numerosos suscriptores, citamos a continuación un compendio de leyes sobre la festividad de Sucot. 1. La Sucá debe estar construida de –por lo menos- tres paredes y el “secaj” –techo de paja-. Las paredes pueden confeccionarse de cualquier mater......

Lire la Halacha

LA SALIDA DE QUIPUR

Al terminar el sagrado día de Quipur es necesario, según enseñan nuestros sabios, agregar unos minutos al día, de manera de no culminar la santidad del mismo en forma inmediata con la salida de las estrellas. Como vimos en otras ocasiones, lo ideal de acuerdo a la postura......

Lire la Halacha


SOBRE EL PRECEPTO DE COMER EN LA SUCÁ

Es un precepto de la Torá comer un “cazait” (27 grs.) de pan la primera noche de Sucot dentro de la Sucá (ver Talmud Sucá 27ª). Este cazait de pan debe ser consumido en un tiempo máximo de 4 a 5 minutos. Eventualmente, si lo consume en un lapso de siet......

Lire la Halacha

SOBRE COMER Y BAÑARSE EN QUIPUR

Es una obligación para cada individuo de Israel ayunar el día de Quipur. Incluso las mujeres embarazadas y las que están amamantando deben ayunar, a menos que se hayan impedidas de hacerlo. De todas maneras, cada situación en especial debe consultarse con un rabino expert......

Lire la Halacha

HOL HAMOED

Los días intermedios entre el primero y el séptimo día de Sucot o el primero y el último de Pesaj, son denominados Hol Hamoed y nuestra sagrada Torá los denomina “mikrae kodesh”, o sea convocación sagrada y así mismo los citamos en la pleg......

Lire la Halacha

PERMANENCIA AL LADO DE QUIEN SE HALLA EN MEDIO DE SU AMIDÁ

En la entrega anterior aclaramos que está permitido, según disposición estrictamente halájica sentarse durante la Hazará. Ahora veremos de aclarar otra halajá que se halla íntimamente relacionada con ésta, y es el sentarse a un lado de quien se......

Lire la Halacha