Halacha pourjeudi 1 Tevet 5781 décembre 16 2020

L’heure limite de la ‘Amida du matin (Cha’harit)

Question: Jusqu'à quand peut-on prier la ‘Amida de Cha’harit (matin)? Que signifient les horaires de fin du temps de la prière « Maguen Avraham » et « Gr’’a (Gaon de Vilna) » diffusés dans les différents calendriers?

Réponse: Nos maitres enseignent dans une Michna du traité Béra’hott, ainsi que dans la Guémara (ibid. 27a) que le temps de la ‘Amida de Cha’harit s’achève à la fin des 4 premières heures de la journée, ce qui représente le tiers de la journée.
C'est-à-dire: Nous comptons 4 heures depuis le début du jour, ce qui représente le tiers du jour (car une journée contient 12 heures, la fin des 4 premières heures constitue donc le tiers de la journée). On peut donc prier la ‘Amida de Cha’harit jusqu’à la fin des 4 premières heures du jour.

A partir de quand compter les 4 heures?
Dans la précédente Halacha, nous avons indiqué que le temps pour la lecture du Chéma’ du matin s’achève à la fin de la 3ème heure, c'est-à-dire 1 heure avant la fin du temps limite de la ’Amida du matin. Nous avons également cité la divergence d’opinion Halachique parmi les décisionnaires pour définir à partir de quand compter les 3 heures ; doit-on compter à partir de l’aube (opinion du Maguen Avraham), ou bien à partir du lever du soleil qui intervient plus tardivement (opinion du Gr’’a ou Gaon de Vilna, qui est également celle du RAMBAM).
Au même titre que leurs opinions divergent au sujet de l’heure limite du Chéma’ du matin – comme nous l’avons écrit dans la précédente Halacha – ainsi, elles divergent également au sujet de l’heure limite de la ‘Amida du matin.
Selon certains décisionnaires, il faut compter les heures depuis l’aube, alors que selon d’autres décisionnaires, il faut les compter depuis le lever du soleil (qui est plus tard que l’aube).

Du point de vue de la Halacha, au sujet de la lecture du Chéma’ du matin, nous avons déjà écrit que selon l’opinion de notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l il faut calculer les heures depuis l’aube. Ce calcul correspond à l’heure limite du Chéma’ du matin selon le « Maguen Avraham » comme diffusé dans les calendriers.
Cependant, en réalité notre maitre le Rav z.ts.l cite en contrepartie les propos de nombreux décisionnaires partageant l’opinion du RAMBAM sur ce point, et il tranche que l’on peut calculer les heures depuis le lever du soleil. C’est également ce qui apparait des propos de Rabbénou Sa’adya GAON (dans son Siddour page 12), qui était un très ancien décisionnaire, précédant l’époque des décisionnaires médiévaux.
Par conséquent, même concernant l’heure limite du Chéma’ du matin – qui est une ordonnance de la Torah – notre maitre le Rav z.ts.l tranche qu’en cas de force majeure on peut tenir compte de l’opinion du Gaon de Vilna.
A fortiori au sujet de l’heure limite de la ‘Amida de Cha’harit, puisque cette limite n’a pas été fixée par la Torah mais uniquement par nos maitres, nous pouvons donc davantage nous fier à l’horaire limite selon l’opinion du Gaon de Vilna.

Comment calcule-t-on ces heures?
Les 4 heures dont nous avons parlé ne sont pas des heures ordinaires mais des « heures saisonnières ».
C'est-à-dire: diviser le nombre d’heures qui séparent le lever du soleil de son coucher en 12 parties égales, de sorte que chaque partie représente maintenant « une heure ». (C’est pour cela qu’en hiver où les journées sont courtes, l’heure saisonnière durera environ 1h10 mn, alors qu’en été où les journées sont plus longues, une heure saisonnière sera plus courte).

C’est ainsi qu’on agit dans de nombreux endroits, où sont organisés plusieurs Minyanim réguliers pour l’office de Cha’harit pendant les 4 premières « heures » depuis le lever du soleil.
Ce n’est que dans certains endroits où l’on n’est pas méticuleux dans les Mitsvot que l’on s’autorise à fixer des Minyanim pour l’office de Cha’harit du Chabbat par exemple au-delà de la limite des 4 premières heures.

Au début de l’hiver, en Israël, la fin des 4 premières heures pour prier la ‘Amida de Cha’harit se situe à environ 9h20, après avoir pris la précaution de lire le Chéma’ dans sa limite horaire.
[En France, la fin des 4 premières heures pour prier la ‘Amida de Cha’harit se situe actuellement à environ 11h10]

Dans la prochaine Halacha, nous expliquerons – avec l’aide d’Hachem – comment agir lorsque les 4 heures de la limite de la ‘Amida de Cha’harit se sont écoulées, est-il encore permis de prier la ‘Amida?

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Salt on the Table

Question: Is there a halachic necessity to have salt placed on the table before reciting the Hamotzi blessing and is it necessary to observe this custom on weekdays as well? Answer: The Gemara (Berachot 40a) states: “Rava bar Shmuel said in the name of Rav Chiya: One may not recite the Hamo......

Lire la Halacha

Question: May one eat bread without washing one’s hands if one does not touch the bread with one’s hands directly and instead holds it with a napkin and like?

Answer: The Gemara in Masechet Chullin (107b) states: “The Sages permitted a cloth (i.e. they permitted eating bread without first washing one’s hands by wrapping one’s hands in a cloth) for those eating Terumah (meaning that during the time when the Bet Hamikdash still stood, befo......

Lire la Halacha

Eating without First Washing One’s Hands

In the previous Halacha, we have explained that one may not be lenient and nullify the edict of washing one’s hands prior to eating bread; even if one does not touch the bread with one’s hands directly and merely holds it with gloves or a napkin, one may still not defy this edict. If one......

Lire la Halacha

The Laws of Washing One’s Hands for a Bread Meal

The Enactment of Washing One’s Hands for a Bread Meal There is a rabbinic enactment to wash one’s hands before sitting down to eat a bread meal. The Mishnah in Masechet Eduyot (Chapter 5) relates that Rabbi Eliezer ben Chanoch was excommunicated for having raised doubts about the necess......

Lire la Halacha


The “Asher Yatzar” Blessing vs. Birkat Hamazon

Question: In the previous Halacha, we have discussed if one becomes obligated to recite an after-blessing on food and before he does so, he uses the facilities and becomes obligated to recite the “Asher Yatzar” blessing, one should recite the “Asher Yatzar” blessing first and......

Lire la Halacha

Question: If one becomes obligated to recite an after-blessing after eating any food (for instance, by eating a Kezayit, approximately twenty-seven grams, of fruit) and before reciting the after-blessing, one used the facilities and becomes obligated to recite the “Asher Yatzar” blessing, which blessing must one recite first: Should one first recite the “Asher Yatzar” blessing or the after-blessing on the food one ate?

Answer: This question has already been discussed by the Maharshal (Rabbeinu Shlomo Luria, one of the foremost Acharonim who lived approximately five-hundred years ago in Eastern Poland and authored the Sefer Yam Shel Shlomo and others) in his responsa (Chapter 97) and writes that if one becomes obli......

Lire la Halacha

A Power Outage on Shabbat

Question: Last Shabbat, there was a power outage and for six hours, we had no electricity. Later on in the day when the problem was repaired, the Plata (electric hotplate) turned back on. Is it permissible to eat the foods that were warmed on the hotplate? Answer: Regarding the aforementioned mat......

Lire la Halacha

Reciting Birkat Hamazon in the Place One Has Eaten

Question: Is one obligated to recite Birkat Hamazon specifically where one has eaten bread or may one recite this blessing elsewhere? Answer: One who eats a bread meal must recite Birkat Hamazon in the place where one has eaten and one may not go to a different place and recite the blessing there......

Lire la Halacha