Halacha pour dimanche 19 Av 5780 9 août 2020

Prendre un repas la veille de Chabbat

Question: Est-il permis de prendre un repas accompagné de pain après l’heure de H’atsott (moitié de la journée) le vendredi?

Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Guittinn (38b):
Il y avait 2 familles à Jérusalem. Une fixait son repas le jour du Chabbat, et l’autre fixait son repas la veille de Chabbat, mais les 2 familles disparurent du monde.
Explication : Il y avait 2 familles importantes et riches à Jérusalem, mais ces 2 familles commirent une faute et disparurent du monde. L’une fixait un grand repas le jour de Chabbat aux heures de l’après-midi, au moment où tout le peuple se rend à la Maison d’Etude pour étudier la Torah lorsque le Rav est assis et enseigne, alors que cette famille s’adonnait aux plaisirs de la nourriture et de la boisson.
L’autre famille fixait un grand repas le vendredi dans la journée, et de ce fait, les membres de la famille étaient rassasiés le vendredi-soir, et ne pouvaient pas manger avec plaisir. Ces 2 familles disparurent du monde.

Les commentateurs expliquent que l’interdiction de prendre un grand repas le vendredi en journée ne concerne qu’un repas auquel nous ne sommes pas habitués les autres jours de la semaine. Par exemple, l’usage répandu dans certaines familles où tous les enfants mariés se réunissent le vendredi-midi chez la grand-mère et consomment ses plats lors d’un grand repas. En agissant ainsi, ils portent atteinte à l’honneur du Chabbat, car ils ne pourront pas consommer le repas du soir de Chabbat correctement. Par conséquent, il est interdit d’agir ainsi.

Cette interdiction est en vigueur durant toute la journée du vendredi et pas seulement après H’atsott (la moitié de la journée). Cela signifie que même si l’on prend ce repas inhabituel vers 11h du matin, cela reste interdit, puisque l’on porte atteinte sans le moindre doute à l’honneur du Chabbat. Particulièrement en hiver où les journées sont courtes.

Par contre, s’il s’agit d’un repas auquel on est habitué même les autres jours de la semaine, par exemple lorsqu’une personne a l’habitude de manger tous les jours à 16h, il lui sera permis de prendre ce repas même un vendredi. Cependant, il est une Mitsva d’éviter également ce type de repas, à partir de la 9ème heure du jour (en heures saisonnières, qui se calculent en prenant l’heure du lever du soleil et l’heure de son coucher, et en divisant le total par 12, on obtient ainsi le temps d’une heure saisonnière).
Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit en ces termes:
« Même si selon la Halacha il est permis de manger jusqu’au coucher du soleil (Chki’a), malgré tout, ceci n’est valable que de façon occasionnelle, mais agir ainsi de façon régulière, nous devons l’interdire à partir de la 9ème heure et au-delà, car sinon, on montre de la négligence vis-à-vis de l’honneur du Chabbat. » (H’azon Ovadia-Chabbat vol.1 page 32).

Le Michna Béroura écrit (chap.249) que toute personne sachant que le surplus de nourriture en journée lui causerait un rassasiement le soir, il est une Mitsva dans ce cas de se priver de nourriture et de boisson en grande quantité même avant la 9ème heure du jour le vendredi, en particulier en hiver, puisque nous constatons qu’une personne qui boit considérablement le vendredi – particulièrement du vin ou autre – ou bien lorsqu’on mange considérablement la journée du vendredi, cette personne ne sera pas affamée le soir, par conséquent, il est une Mitsva de se priver d’une telle consommation.

En conclusion: Pendant la journée du vendredi, il est permis de prendre un repas auquel on est habitué pendant les autres jours de la semaine. Par contre, un repas auquel on n’est pas habitué pendant les autres jours de la semaine, il est interdit de le prendre le vendredi en journée, même lorsqu’on le prend tôt.
A partir de la 9ème heure du jour (en heures saisonnières), c'est-à-dire environ 3 heures avant le coucher du soleil (Chki’a), il est une Mitsva de s’abstenir de manger même un léger repas. Mais il est permis de goûter ou de manger un peu des plats de Chabbat ou autre.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

ESTA PERMITIDO CONSUMIR PESCADO CON LECHE?

Estudiamos en el Talmud, tratado de Hulin 103b, se prohíbe cocinar carnes con leche, a excepción de la carne de pescado y de langosta. Observamos entonces que, de acuerdo a la legislación talmúdica no se incluye en la prohibición de consumir o cocinar carne con lec......

Lire la Halacha

CON EL COMIENZO DEL MES DE AB SE DISMINUYEN LAS PRACTICAS ALEGRES

Aún cuando, como ya vimos anteriormente, desde el 17 de Tamuz se acostumbran alguna prácticas de duelo, al comenzar el mes de Ab esto se hace más estricto y las costumbres de duelo son más rígidas y se observan hasta el 10 de Ab. Afirma el Talmud (Ta´anit 26b......

Lire la Halacha

UN ESPACIO EN LA CASA SIN PINTAR

Pregunta: ¿Es necesario dejar en la casa una espacio sin pintar, como suelen hacerlo algunas personas meticulosas en su observancia? Respuesta: El Talmud (Baba Batra 60ª) nos dice, que a partir de la destrucción del sagrado Templo, la persona no debe terminar de pinta......

Lire la Halacha

SOBRE LA BENDICIÓN ASHER YATZAR

Pregunta: La persona que comió un “cazait” –aprox. 28 gms.- de un fruto y debe pronunciar sobre el mismo la bendición final, sin embargo, antes de pronunciar esta bendición concurre al toilette a realizar sus necesidades, al salir ¿qué bendici&oac......

Lire la Halacha


BENDICION AHSER YATZAR Y BIRCAT HAMAZON

Pregunta: En la entrega anterior vimos que la persona que debe pronunciar la bendición final sobre un alimento y asimismo debe recitar la bendición de “asher yatzar” por haber hecho sus necesidades fisiológicas, primero debe pronunciar la bendición de “a......

Lire la Halacha

DURANTE LAS TRES SEMANAS

Está prohibido realizar festejos, bailes, etc, durante las tres semanas que transcurren desde el 17 d eTamuz hasta el 9 de Ab incluso sin instrumentos musicales. Esto es válido para los bailes o festejos que se organizan según las leyes del recato y la sobriedad del nuestro p......

Lire la Halacha

SE DEBE PRONUNCIAR LA BENDICION EN EL LUGAR DE LA COMIDA

La persona que come pan debe pronunciar la bendición final del mismo Birkat Hamazon en el lugar en que comió, no puede abandonar el lugar, la casa sin antes pronunciar la bendición. Si salió de la casa sin pronunciar la bendición y lo hizo adrede, es decir a sab......

Lire la Halacha

KETEB MERIRI

Comenta el Midrash Shojer Tob sobre el versículo “De la pestilencia que anda en las tinieblas“ (Salmos 91,6 ): Dicen nuestros sabios, se trata de un Shed - un tipo de depredador que fue creado la víspera de Shabbat en la creación del mundo; no es una criatura totalme......

Lire la Halacha