Halacha pour mardi 6 Cheshvan 5782 12 octobre 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Tinok Ben Yael Sarah

Les travaux de la terre durant l’année de la Chémita – Introduction des règles relatives au traitement des jardins esthétiques et des plantes en pots pendant la 7ème année

Nous avons déjà expliqué que lors de l’année de la Chémita, la Torah interdit de travailler la terre, comme il est dit: « Tu n'ensemenceras ton champ ni ne tailleras ta vigne. Le produit spontané de ta moisson, tu ne le couperas point, et les raisins de ta vigne intacte, tu ne les vendangeras point: ce sera une année de chômage pour le sol. ». (Vaykra chap.25).
Nous allons à présent expliquer des cas pratiques sur ce point.

Les règles du travail de la terre pendant la 7ème année ne concernent que le pays d’Israël, mais puisque nous avons de nombreux abonnés qui habitent à l’étranger et que ces règles ne les concernent pas sur le plan pratique, nous ne nous étendrons pas beaucoup sur ces règles, nous nous contenterons d’écrire les principales. Ensuite, nous expliquerons les quelques règles de la 7ème année qui touchent aussi les habitants de l’étranger.

Des arbres stériles vis-à-vis de Chabbat et de l’année de la Chémita
Au même  titre qu’il est interdit de planter des graines ou de planter des arbres fruitiers pendant l’année de la Chémita, ainsi il est interdit de planter ou d’ensemencer des arbres ou des plantes qui ne donnent pas de fruits, c'est-à-dire des arbres stériles.
Une Michna du traité Téroumot (chap.2) nous enseigne:
La personne qui plante pendant la 7ème année, de façon involontaire ou de façon volontaire, est tenu de déraciner sa plantation.
Cela signifie que si l’on a planté ou enraciné des plantes quelconques dans son jardin pendant l’année de la Chémita, on doit les déraciner et on ne doit pas les conserver.
Sur ce point, le fait de planter pendant l’année de la Chémita est plus sévère que le fait de planter pendant Chabbat, car selon le Din, une personne qui a enfreint par erreur l’interdiction de planter pendant Chabbat, n’est pas tenu de déraciner sa plantation, alors qu’il le sera s’il le fait pendant l’année de la Chémita.
Dans la Guémara Guittin (54a), nos maitres expliquent cette différence.

Un jardin dans la cour d’une maison
Toutes les règles relatives au champ, le sont également à un jardin dans la cour d’une maison.

Au même titre qu’il est interdit de planter dans un champ ou dans un jardin pendant la 7ème année, ainsi il est interdit de planter dans un pot « percé » (c'est-à-dire, dont le fond est composé de trous, comme il y en a dans la plupart des pot à plantes), car un pot percé est considéré comme rattaché au sol (Guittin 37a). Même si le pot n’est pas percé, lorsque se trouve une assiette en dessous par exemple, nos maitres ont malgré tout décrété un interdit de planter dans ce type de pot pendant la 7ème année.

Déraciner une plante se trouvant dans un pot non-percé
Le Gaon et Richon Lé-Tsion (Grand Rabbin Séfarade d’Israël) Rabbi Its’hak YOSSEF Chlita écrit (dans son livre Yalkout Yossef-Chévi’it page 285), que même s’il y a une obligation à déraciner des arbres plantés pendant la 7ème année, malgré tout, si le propriétaire de la pépinière a planté dans des pots non-percés pendant la Chémita, il n’y a pas d’interdiction d’acheter les plantes après l’année de la Chémita, car les plantations faites dans des pots non-percés, même s’il est interdit de le faire,  ne sont malgré tout pas frappées de l’obligation d’être déracinées.

Bêcher, engraisser la terre et autre
Au même titre qu’il est interdit de planter dans un champ pendant la 7ème année, ainsi il est interdit de réaliser toute activité qui touche le travail de la terre et l’amélioration de l’état des plantations. Parmi ces activités, il est interdit d’engraisser, de bêcher, de labourer, d’ajouter de la terre, de recouvrir les racines, ainsi que toute autre activité similaire, excepté dans des cas précis, comme noue l’expliquerons.
Il n’y a pas de différence sur ce point entre un champ, un jardin ou une plante en pot.

Les plantes en pot dont nous avons parlé et dans lesquels il est interdit de planter, ne sont que des plantes en pot se trouvant à ciel ouvert, mais s’il s’agit de plantes en pot se trouvant à l’intérieur d’une maison, leur règle diffère, comme nous l’expliquerons dans la prochaine Halacha, avec l’aide d’Hachem.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le véritable sens Halachique de la fête de Tou Bichvat

Ce soir (dimanche soir), tombe la fête de TOU Bichvat La Guémara Roch Ha-Chana (2a) nous enseigne: Tou Bi-Chvat est le Roch Ha-Chana des arbres. Certains font l’erreur de croire qu’au même titre que tout l’univers est jugé le jour de Roch Ha-Chana (......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en se déplaçant en chemin

Question: Lorsqu’une personne consomme en marchant, est-elle autorisée à réciter le Birkat Ha-Mazon en marchant? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que nos maîtres ont instauré de réciter le Bir......

Lire la Halacha

Des aliments contenant de la farine

Ces derniers jours, nous avons appris que lorsqu’un aliment est constitué de plusieurs aliments dont les bénédictions initiales sont différentes, il faut réciter la bénédiction correspondant à l’aliment principal du mélange. ......

Lire la Halacha

Un aliment constitué de plusieurs espèces

Question: Quelle est la bénédiction d’un poivron farci ? De même, quelle est la bénédiction d’une pâtisserie faite à base d’un peu de farine, mais dont l’essentiel est constitué de fruits et de noix? Réponse: Dan......

Lire la Halacha


La règle de l’aliment principal et l’aliment secondaire

La semaine prochaine, dimanche soir et lundi, tombe Tou Bichvat (15 Chévat), date à laquelle nous avons l’usage de multiplier les bénédictions alimentaires. C’est pourquoi, nous allons ces jours-ci étudier les règles relatives aux bén&eac......

Lire la Halacha

La règle de « ‘Ikar et Tafel » dans les bénédictions (Aliment principal et aliment accessoire)

Question: Une personne qui consomme un morceau de pain avec du poisson, doit-elle réciter la bénédiction uniquement sur le poisson, étant donné que le pain ne lui est qu’accessoire? Réponse: Dans la précédente Halacha, nous avons expli......

Lire la Halacha

Réciter le Birkat Ha-Mazon en position assise

Question: Y a-t-il une obligation de s’assoir lorsqu’on récite le Birkat Ha-Mazon, ou bien est-il permis de le réciter même en marchant? Réponse: Il est expliqué dans la Guémara Bérah’ot (51b) qu’il y a une obligation de s&rs......

Lire la Halacha

Les préparatifs en l’honneur de Chabbat – Rabbi Yossef YEDID Ha-Lévy

Il est enseigné dans la Guémara Chabbat (25b): Il est une Mitsva de se laver à l’eau chaude la veille de Chabbat. Les décisionnaires écrivent que même celui dont la Torah est la seule occupation, doit légèrement diminuer son étude......

Lire la Halacha