Halacha pourmardi 28 Tishrei 5782 octobre 4 2021

La sainteté de la 7ème année (Chémita)

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué de façon globale les principes du commandement de la Chémita – la 7ème année – qui tombe cette année (5782), et parmi ces principes, l’interdiction de réaliser certains travaux de la terre pendant la Chémita, comme labourer ou couper des branches d’arbres.

Tous les cas pratiques sur la façon de traiter un champ ou un jardin pendant l’année de la Chémita ne concernent pas beaucoup de personnes, car tout le monde ne possède pas forcement un champ ou un jardin. Par conséquent, nous expliquerons avant tout les règles communes à tout le monde durant l’année de la Chémita, qui sont les règles relatives aux fruits et aux légumes qui poussent pendant l’année de la Chémita.

La sainteté de la 7ème année
Les fruits qui poussent pendant l’année de la Chémita, ainsi que les légumes cueillis pendant cette même année, possèdent « la sainteté de la 7ème année », comme il est dit: « Car c’est le jubilé, cette année est sainte pour vous. » (Vaykra 25). Et nos maitres commentent: (Talmud Yérouchalmi Chévi’it chap.4): Au même titre qu’elle (la 7ème année) est sainte, ainsi sa récolte est sainte. Cela signifie que toutes les pousses, les fruits et les légumes qui poussent ou qui sont cueillis (chacun selon son sujet, comme nous l’expliquerons) pendant la 7ème année, possèdent une sainteté, et l’on ne doit pas agir envers eux comme nous le faisons avec les autres fruits et légumes des autres années.

Comment s’exprime la sainteté de la 7ème année?
La sainteté de la 7ème année s’exprime à travers différents sujets pratiques qui touchent la Halacha, et parmi eux: la manière de consommer les fruits ; la manière avec laquelle on les vend ; et le devoir de les préserver de toute perte, comme nous l’expliquerons avec l’aide d’Hachem.

Les fruits d’Israël et les fruits de l’étranger
La sainteté de la 7ème année n’existe qu’en Israël. Par conséquent, tous les fruits ou légumes qui poussent à l’étranger, et parmi eux les productions qui poussent dans la ville d’Eilat, ne possèdent pas de sainteté de la 7ème année.
De même, si ces fruits ou légumes qui ont poussés à l’étranger sont ensuite importés de l’étranger en Israël, même s’ils ont pénétrés en Israël, ils ne possèdent pas de sainteté de la 7ème année.
Par contre, des fruits d’Israël exportés à l’étranger gardent leur sainteté de la 7ème année, car tout est défini selon l’endroit où les fruits ou les légumes ont poussés.

Les fruits de Syrie
Des fruits ou des légumes qui ont poussés en Syrie sont frappés d’un décret de nos maitres du Talmud et sont soumis à la plupart des règles de la 7ème année, par crainte que les juifs auraient abandonnés leur terre et se seraient installés en Syrie pour pouvoir travailler la terre (car à cette époque, les relations de voisinage entre Israël et la Syrie étaient bonnes).

Les fruits vendus de notre époque
De notre époque où le marché des fruits et légumes est très vaste, on a l’usage dans de nombreux endroits d’Israël où vivent des gens pratiquants la Torah et les Mitsvot, d’importer pour eux des fruits et légumes de l’étranger, afin de ne pas s’introduire dans les limites Halachiques des fruits de la 7ème année (que nous nous efforcerons d’expliquer avec l’aide d’Hachem). Ces fruits sont appelés « récolte de l’étranger ». lorsque les fruits sont d’origine d’Israël, on précise en général leur origine à côté de chaque fruit ou légume. Mais les endroits qui ne possèdent pas d’organisme de Cacherout responsable qui contrôle le domaine des fruits et légumes, se heurtent à de sérieux problèmes concernant l’achat de cette production, comme nous l’expliquerons également.

Les champignons
La sainteté de la 7ème année n’est en vigueur que sur les végétaux, mais les truffes et les champignons - dont la bénédiction alimentaire est « Chéhakol » et qui n’entrent pas dans la catégorie des végétaux - ne possèdent aucune sainteté de la 7ème année.

Les arbres stériles
La sainteté de la 7ème année n’existe que sur les fruits, les légumes, ou les légumineuses et autres graines, mais les arbres stériles (qui ne donnent pas de fruits comestibles) n’ont aucune sainteté de la 7ème année.
Cependant, il est catégoriquement interdit de planter ou de réaliser les autres travaux interdits pendant les 7ème année sur un arbre stérile, au même titre qu’il est interdit de le faire avec un arbre fruitier.

Le champ d’un non-juif en Israël
Toutes les règles de la sainteté de la 7ème année ne concernent que des terrains appartenant à des juifs en Israël, mais des terrains appartenant à des non-juifs en Israël, ne possèdent pas de sainteté de la 7ème année. MARAN Rabbénou Yossef KARO z.ts.l – l’auteur du Beit Yossef et du Choulh’an ‘Arouh’ – et les membres de son Beit Din (tribunal rabbinique) ont édité un « H’érem » (une mise au ban) à l’encontre de quiconque observerait les règles de sainteté de la 7ème année vis-à-vis de fruits ou légumes provenant du terrain d’un non-juif en Israël, (puisqu’une grande polémique était née à cette époque en raison de cette rigueur, qui est encore d’actualité de nos jours).

Dans la prochaine Halacha, nous expliquerons – avec l’aide d’Hachem – ce qu’est le « Héter Méh’ira » (autorisation de vente de terrain juifs à des non-juifs) ; qui sont les décisionnaires autorisant et ceux qui l’interdisent, et si l’on peut se fier à cette autorisation de notre époque.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Reciting Birkat Hamazon While Walking on One’s Way

Question: If one is eating while walking outdoors, may one recite Birkat Hamazon while continuing to walk? Answer: In the previous Halacha we have discussed that our Sages have enacted that one must recite Birkat Hamazon while sitting in order for the individual to have maximum concentration. ......

Lire la Halacha

The Significance of Tu Bishvat

The Fifteenth of Shevat or Tu Bishvat is the Rosh Hashanah for trees (Rosh Hashanah 2a). Most people commonly think that just as on the First of Tishrei, which is the day of Rosh Hashanah, all creations are judged for life or death, for wealth or poverty, and the like, so too, on Tu Bishvat, trees a......

Lire la Halacha

Reciting Birkat Hamazon While Seated

Question: Is one obligated to sit while reciting Birkat Hamazon or is it permissible to recite it while walking as well? Answer: The Gemara in Masechet Berachot (51b) states that one must recite Birkat Hamazon while seated. The Poskim as well as Maran Ha’Shulchan Aruch (Chapter 183) rule li......

Lire la Halacha

A Dish Comprised of Several Kinds of Food

Question: What is the correct blessing on stuffed peppers? Similarly, what is the correct blessing on a cake which has just a little flour but the primary ingredients of the cake are fruits and nuts? Answer: In the previous Halacha we have explained that when one eats two different foods requirin......

Lire la Halacha


Foods Which Contain Flour

During the past few days, we have discussed that when a dish is comprised of several different foods which require different blessings, one should recite the blessing on the primary food in the dish. Thus, if one eats grape leaves stuffed with rice, one should recite the Mezonot blessing, for the ri......

Lire la Halacha

The Law that the Blessing on a Primary Food Exempts a Secondary Food

Next Sunday night marks Tu Bishvat, a day we customarily recite many blessings. We shall therefore discuss the laws of blessing for the next several days. The Mishnah in Masechet Berachot (44a) states: “The rule is: If there is a primary food and a secondary food along with it, one recites ......

Lire la Halacha

The Laws of a Primary and Secondary Food Regarding Blessings

Question: If one eats a slice of bread along with fish, is it possible that one only recites a blessing on the fish and the bread will be considered secondary to the fish and exempted by it? Answer: In the previous Halacha we have explained the basic laws of primary and secondary foods regarding ......

Lire la Halacha

The Order for Lighting Shabbat and Chanukah Candles

There is a disagreement among the Rishonim as to the order of lighting Shabbat and Chanukah candles on Erev Shabbat Chanukah. The Ba’al Halachot Gedolot (commonly referred to as “Behag”) is of the opinion that Chanukah candles must be lit before Shabbat candles because women cu......

Lire la Halacha