Halacha pour mardi 28 Adar 5782 1 mars 2022

S’appuyer sur quelque chose lors de la prière

Question: Lorsqu’on doit être debout, par exemple lors de la ‘Amida, est-il permis de s’appuyer sur quelque chose?

Réponse: Il est expliqué dans la Guémara Zévah’im (19b) que selon l’opinion de nos maîtres, celui qui s’appui lorsqu’il est debout, cette position n’est pas considérée comme étant débout. Il est expliqué dans les propos des décisionnaires que cette opinion est retenue par la Halah’a, et quelqu’un qui s’appui sur quelque chose est considéré comme étant « assis » et non « debout ». (Même s’il y a en réalité plusieurs cas de ce sujet traités par les décisionnaires, nous n’écrirons ici que les conclusions pratiques des décisionnaires).

Par conséquent, les Tossafot écrivent (ibid.) que lorsqu’on doit être debout, il ne faut pas s’appuyer sur quelque chose. Ainsi écrivent également le ROCH et d’autres de nos maîtres les décisionnaires médiévaux. MARAN cite leur propos dans le Beit Yossef (chap.141 et fin du chap.94).

C’est ainsi que tranche MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.94) en ces termes : « Il faut veiller à ne pas s’appuyer au « ‘Amoud » (par exemple la Téva de notre époque, ou bien une colonne ou un mur de la maison), ou bien sur son ami (s’appuyer sur son ami) lors de la prière. »

De même à l’inverse, lorsqu’il faut s’assoir, par exemple lorsqu’on dit la « Néfilat Apaïm » (Lé-David Eleh’a Hachem … dans les Tah’nounim), et que l’on ne peut pas s’assoir, notre maître le H’YDA écrit (Kécher Godal chap.19) que l’on doit dans ce cas s’appuyer sur quelque chose, et l’on pourra ainsi réciter la Néfilat Apaïm, car lorsqu’on s’appui sur quelque chose on est considéré comme étant assis.

Cependant, concernant le Birkat Ha-Mazon, au sujet duquel il est expliqué dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.183) qu’il faut le réciter en étant assis, afin d’être apaisé et pouvoir ainsi se concentrer correctement, il semble que l’on ne peut pas autoriser de le réciter en étant debout même si l’on s’appui sur quelque chose, puisque dans cette position la personne ne sera pas réellement apaisée. C’est ainsi que tranche le notre le Gaon et Richon Lé-Tsion Rabbi Its’hak YOSSEF Chlita dans son livre Yalkout Yossef (volume sur la prière, page 442).

En conclusion: Lorsqu’on doit être debout pendant la prière, c’est à dire la ‘Amida, il ne faut pas s’appuyer sur quelque chose puisque lorsqu’on s’appui sur quelque chose on est considéré comme étant assis.

Une personne âgée ou malade qui ne peut tenir debout sans s’appuyer sur quelque chose, doit se lever et s’appuyer sur quelque chose, car il est certain que cette position est préférable à une véritable position assise.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Eating Meat Following Rosh Chodesh Av

The Mishnah in Masechet Ta’anit (26b) tells us that on Erev Tisha Be’av during the last meal one eats before the fast, one may not eat meat, drink wine, or eat two cooked foods, such as rice and an egg. Although the letter of the law dictates that the prohibition to eat meat only applies......

Lire la Halacha

Laws Pertaining to Tisha Be’av

There are five categories of abstinence which must be observed on Tisha Be’av: Eating and drinking, washing one’s self, rubbing one’s body with oils or lotions, wearing leather shoes, and marital relations. Our Sages also prohibited learning Torah on Tisha Be’av, for the word......

Lire la Halacha

Havdala on Motza’ei Shabbat Which Coincides with Tisha Be’av and the Laws of an Ill Individual Who Must Eat on Tisha Be’av

On years during which Tisha Be’av falls out on Motza’ei Shabbat, such as this year, 5782, there are three opinions among the Rishonim regarding how Havdala should be recited on a cup of wine on Motza’ei Shabbat. The first opinion is that of the Geonim who write that one should r......

Lire la Halacha

The Laws of Taking Haircuts During the “Three Weeks"- The Year 5782

The Customary Prohibition of Haircuts As a result of the mourning observed during the “Three Weeks,” the Ashkenazi custom is to abstain from shaving and taking haircuts beginning from the Seventeenth of Tammuz until the Tenth of Av. Nevertheless, the Sephardic custom is not as string......

Lire la Halacha


Those Who are Obligated and Exempt from the Fast of Tisha Be’av and their Status When Tisha Be’av Falls Out on Motza’ei Shabbat

Someone Ill with a Non-Life-Threatening Illness, An Elderly Person, and a Woman who has Recently Given Birth One who is ill (meaning when one is actually bedridden and the like, even if the illness is not life-threatening) is exempt from fasting on Tisha Be’av. When in doubt about one’s......

Lire la Halacha

Frying Fish in a Meat Pot, Baking Fish and Meat in the Same Oven, and Maran zt”l’s Custom

There is a well-known prohibition of eating fish and meat together, as discussed by the Gemara and Poskim. Cooking Fish in a Meat Pot Although it is prohibited to cook a dairy dish in a meat pot as we have discussed in a previous Halacha, nevertheless, Maran Rabbeinu Ovadia Yosef zt”l writ......

Lire la Halacha

When Av Begins, We Diminish Our Joy

This coming Friday will mark Rosh Chodesh Av. Next Shabbat will mark Tisha Be’av, however, since fast days are prohibited on Shabbat (besides for Yom Kippur), Tisha Be’av will be observed next Motza’ei Shabbat and Sunday. May Hashem soon switch this month to one of joy and celebrat......

Lire la Halacha

The Laws of the Last Meal Before the Fast of Tisha Be’av on Shabbat

On Erev Tisha Be’av, our Sages prohibited eating meat and drinking wine during the last meal before the onset of the fast of Tisha Be’av held after halachic midday. They likewise forbade eating two cooked foods during this meal.  Nevertheless, this year, 5782, since the fast of T......

Lire la Halacha