Halacha pour mardi 17 Nissan 5781 30 mars 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

‘Hol Ha-Mo’ed (jours de demi-fête)

Les jours qui se trouvent entre le 1er et le dernier jour de Pessa’h (en dehors d’Israël, entre les 2 premiers et les 2 derniers jours de Pessa’h), et entre le 1er jour de Soukot et Shémini ‘Atseret (en dehors d’Israël, entre les 2 premiers jours de Soukkot et Shémini ‘Atseret) se nomment « ‘Hol Ha-Mo’ed » (demi-fête).
Dans la Torah, ces jours sont qualifiés de « Mikraé Kodesh » (Saintes Convocations). C’est sous ce nom que nous les mentionnons dans la prière de Moussaf.
Durant ces jours de ‘Hol HaMo’ed, Il est une Mitsva d’augmenter l’étude de la Torah, car les lois d’Hashem sont droites et réjouissent le cœur (Tehilim).
Les jours de ‘Hol Ha-Mo’ed sont frappés par une interdiction de travailler, afin qu’ils ne soient pas assimilés à des jours de semaine ordinaires, qui ne possèdent aucune sainteté particulière.
Cependant, tout travail n’est pas interdit - car la sainteté des jours de ‘Hol HaMo’ed n’est tout de même pas comparable à celle des jours de Yom Tov – mais seulement certains travaux.
Un travail qui – s’il n’est pas effectué pendant ‘Hol Ha-Mo‘ed – ne pourra plus être effectué après la fête, et occasionnera donc une perte (Méle’het Davar Haaved), est autorisé pendant ‘Hol Ha-Mo’ed.
Par conséquent, une personne qui perdrait son emploi si elle ne va pas travailler pendant les jours de ‘Hol Ha-Mo’ed, est autorisée à travailler durant ‘Hol HaMo’ed.

De même, il est souhaitable d’honorer les jours de ‘Hol Ha-Mo’ed par un beau vêtement. Il faut également honorer ces jours par la nourriture et la boisson.
Il est une Mitsva positive de la Torah (Mitsvat ‘Assé Min HaTorah) de se réjouir durant ‘Hol Ha-Mo’ed.
Il est convenable d’accompagner le repas du soir et celui de la journée, avec de la Matsa, durant chaque jour de ‘Hol Ha-Mo’ed Péssah’.
Il est une Mitsva de se réjouir en mangeant de la viande (de bétail) et en buvant du vin, pendant ‘Hol HaMo’ed.
Cependant, il n’est pas obligatoire selon le Din, de manger du pain (à Pessa’h, de la Matsa) chaque jour.
Il est également une Mitsva de réjouir les membres de son foyer durant la fête, en achetant des beaux vêtements et des bijoux aux femmes (à son épouse et à ses grandes filles), selon les possibilités financières de chacun, ainsi que des friandises aux enfants en bas âge.

Il est rapporté dans la Guémara (Yeroushalmi Mo’ed Katan chap.2, Hala’ha 3):
Rabbi Aba Bar Mémal dit: « Si il y avait quelqu’un qui serait prêt à se joindre à moi (afin d’annuler une institution de nos ‘Ha’hamim), j’aurais autorisé le travail pendant ‘Hol Ha-Mo’ed. En effet, le seul objectif de l’interdiction de travailler pendant ‘Hol Ha-Mo’ed, n’est que manger, boire et « étudier la Torah », et au lieu de cela, pendant ‘Hol Ha-Mo’ed, les gens mangent, boivent et « s’étourdissent dans des futilités ».

A partir de cet enseignement, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que les comportements légers pendant ‘Hol Ha-Mo’ed, représentent un interdit encore plus grave que de travailler pendant ces jours là, car tout le but de la Torah, lorsqu’elle a ordonné l’observance des fêtes, n’était que seulement s’attacher à Hashem, à sa Torah et à ses Mistvot.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les 8 niveaux de la Tsédaka

Le RAMBAM écrit (chap.10 des règles relatives aux dons aux nécessiteux): Il y a 8 niveaux dans la Tsédaka, l’un supérieur à l’autre. C'est-à-dire: 8 façons de donner la Tsédaka, l’une supérieure à l&......

Lire la Halacha

Ecouter de la musique et des paroles de Torah dans une salle de bains – L’émission de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’écouter des chansons Kodech ou bien des discours et des cours de Torah dans une salle de bains? De même, est-il permis de prononcer des paroles de Torah dans une salle de bains? Réponse: Il faut traiter la question selon deux problèmes: ......

Lire la Halacha

Nétilat Yadaïm dans la salle de bain

Question: Est-il possible de procéder à la Nétilat Yadaïm pour le repas dans une salle de bains ou dans un cabinet toilette équipé d’un lavabo? Réponse: MARAN tranche dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.4): Lorsqu’on sort d......

Lire la Halacha

Nétilatt Yadaïm avec de l’eau de mer – L’eau dessalée

Question: En été, lorsqu’on se rend à la plage (séparée) et que l’on désire consommer du pain, est-il possible de procéder à la Nétilatt Yadaïm (ablution des mains avant le repas) avec un ustensile que l’on rempli ......

Lire la Halacha


Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim

A la demande de nombreuses personnes, nous continuons à développer le sujet de la Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim (dîme financière), à partir des propos de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ et des décisi......

Lire la Halacha

Nétilatt Yadaïm - Immerger les mains dans de l’eau de mer

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que lorsqu’on se trouve à la plage, et que l’on désire consommer du pain, on ne peut pas prendre l’eau de mer dans un ustensile pour procéder à la Nétilatt Yadaïm, car l&rsq......

Lire la Halacha

Déduire du Ma’asser les dépenses liées aux enfants

Question: Les personnes qui ont l’usage de prélever chaque mois le « Ma’asser Késsafim » (la dîme financière), peuvent-elles déduire du Ma’asser, les frais de prise en charge de leurs enfants qui vivent encore avec eux? R&e......

Lire la Halacha

Quelle est la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka?

Concernant la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka, nos maîtres - le RAMBAM, le TOUR et MARAN l’auteur du Choulh'an ‘Arouh’ – écrivent que lorsqu’on possède les moyens suffisants, il faut donner selon les besoins ......

Lire la Halacha