Halacha pour vendredi 18 Tishrei 5782 24 septembre 2021

Pour la guérison totale de:
Jean-Luc Chélomo Ben Zéhira (Azoulay)
Yossef Avraham ‘Haïm Ben Frédérique Léa (Arfi)
Charles Chalom ben Sultana (Nakache)
Noa’am Avraham Chimchon ben Dalia (Ouaknin)
Ariella Téhila Bat Aviva Myriam
Parmis tous les malades d’Israël  

Pour l’élévation de l’âme de:
Mordé’haï (Ma’ha) Ben Avraham (SELLAM) z’’l
Gilbert Sassi Ben Yéhouda (Hadjadj) z’’l

« Tu seras seulement joyeux »

L’une des Mitsvot qui nous incombe de façon particulière lors de la fête de Soukkot est la Mitsva de se réjouir durant la fête, comme il est dit: « Tu te réjouiras lors de ta fête et tu seras seulement joyeux. »

Cette Mitsva s’exprime entre autre par le fait de consommer des aliments apprêtés, de la viande, du vin, et aussi par le fait d’offrir à son épouse et à ses filles de beaux vêtements en l’honneur de la fête, et en achetant des friandises à ses enfants en bas âge.

Cependant, il est évident que l’essentielle de cette Mitsva de se réjouir ne réside pas uniquement dans la réjouissance matérielle, dans la nourriture et la boisson, mais principalement dans la réjouissance spirituelle, en se réjouissant d’Hashem que nous avons eu le mérite de couronner, pour le fait qu’il nous protège de façon individuelle et pour le fait qu’il nous a donné le mérite de Le servir toute notre vie.

Il est vrai que le devoir de nous réjouir nous incombe à chaque fête, mais lors de la fête de Soukkot, cette obligation prend une dimension toute particulière, comme l’écrit le RAMBAM dans les règles relatives au Loulav en ces termes:
« Même s’il est un devoir de se réjouir à toutes les fêtes, lors de la fête de Soukkot, une réjouissance toute particulière était exprimée au Temple de Jérusalem, comme il est dit: « Tu te réjouiras devant Hashem ton D. durant 7 jours … ». Il est donc une Mitsva d’augmenter cette réjouissance.

On peut s’interroger:
S’il est une grande Mitsva de se réjouir lors de la fête de Soukkot, pourquoi donc Hashem nous ordonne justement durant cette période de sortir de notre maison habituelle et d’habiter une habitation provisoire (la Soukka)? Au contraire, il est certain que le lieu le plus approprié à la réjouissance est celui où sont réunies toutes les conditions de vie auxquelles chacun est habitué.

Le Gaon Rabbi Ya’akov NYEMAN z.ts.l (qui fut le directeur de la Yéshiva Or Israël en Lituanie, et ensuite à Péta’h Tikva) explique qu’au contraire, puisque la véritable joie ne peut être atteinte que lorsqu’on arrive à la perception selon laquelle ce monde-ci n’est « qu’une habitation provisoire », nous sommes investis de cette ordonnance de réjouissance principalement lorsque nous rejoignons « l’habitation provisoire », car celui qui considère que le but de l’individu est ce monde-ci, et qu’il doit se comporter ici-bas comme on le fait dans « une habitation fixe », cette personne n’aura jamais la possibilité d’atteindre la véritable joie.

Le Rav z.ts.l fait également mention de l’explication donnée par un grand Rav (il s’agit du Gaon Rabbi Moshé ROZENCHTEIN z.ts.l, le Mashgia’h de la Yéshiva de Lomzzé) au sujet de l’usage de nombreuses personnes qui lisent le livre de Kohélet lors de la fête de Soukkot. Ils expliquent leur usage par le fait que le roi Salomon écrit dans le livre de Kohélet que ce monde-ci n’est que futilité. C’est pourquoi ils lisent ce livre afin que l’homme ne se réjouisse pas exagérément lors de la fête de Soukkot, et qu’il se souvienne que ce monde-ci n’est que passager et non éternel.

Mais le Rav z.ts.l explique qu’au contraire, la raison pour laquelle on lit le livre de Kohélet lors de la fête de Soukkot, réside dans le fait qu’il n’est possible d’atteindre la véritable grande joie que lorsque l’individu n’est pas complètement attaché aux futilités de ce monde-ci, et lorsque s’annulent pour lui « la jalousie, la convoitise, et la recherche des honneurs ». Lorsqu’il reconnait et qu’il sait que ce monde-ci n’est qu’un corridor qui mène vers le monde éternel. Ce n’est que dans ces conditions que l’homme parviendra à la grande joie véritable.

‘Hag Saméya’h!

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Havdala le samedi soir où tombe le 9 Av – Règle pour un malade qui mange le jour du 9 Av

Pour une année où le 9 Av tombe un samedi soir – comme cette année 5782 – nos maitres les Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale) débattent afin de définir comment faut-il procéder en ce qui concerne la H......

Lire la Halacha

Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av, ainsi que les règles du 9 AV cette année

Un malade sans danger; une personne âgée; une femme accouchée Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av. Dans le cas d’un doute, il faut consulter une autorit&e......

Lire la Halacha


Séouda Mafseket (repas avant le jeûne) cette année (5782)

La veille du 9 Av, nos maîtres ont interdit (selon le strict Din et non selon la tradition) de consommer de la viande et du vin lors de Séouda Hamafseket (le repas que nous prenons avant le début du jeûne, après la moitié de la journée). De même, ......

Lire la Halacha

« Dès le début du mois de Av, nous diminuons la joie » - Année 5782

Ce vendredi, tombe – avec l’aide d’Hachem – le jour de Roch ‘Hodech Mena’hem Av, et la semaine prochaine - Chabbat prochain - tombe le 9 Av, mais puisqu’il est interdit de jeûner le jour du Chabbat (excepté Yom Kippour), le jeûne est repor......

Lire la Halacha

Prier avec Minyan en plein air

Question: Lorsqu’on sort en promenade  et que s’organise un Minyan de dix personnes pour la prière de Minh’a ou d’Arvit en plein air, est-ce que chaque personne présente compte dans le Minyan, même si tout le monde n’est pas réuni dans un......

Lire la Halacha

Frire du poisson dans une poêle de viande - Cuire du poisson et de la viande dans le même four – L’usage de notre maitre le Rav z.ts.l

Il est une Halacha très connue selon laquelle il est interdit de consommer du poisson avec de la viande, selon ce qui est expliqué dans la Guémara et les décisionnaires. Cuire du poisson dans une marmite viande Bien qu’il soit interdit de cuire un aliment lact&e......

Lire la Halacha