Halacha pour mercredi 29 Tevet 5784 10 janvier 2024

La Halacha est dédiée
Pour la guérison totale de Gabriel Ben Sultana (Teboul), Max Mordé'haï Ben Oraïda (Mimouni) parmi tous les malades d'Israël

Réciter la bénédiction de Chéhé’héyanou sur des fruits greffés

Question : Faut-il réciter la bénédiction de Chéhé’héyanou lorsque l’on consomme pour la première fois dans l’année des agrumes comme un pamplemousse ou une orange ?

Réponse : Nous devons tout d’abord introduire le fait que celui qui consomme pour la première fois de l’année un fruit saisonnier, doit réciter la bénédiction de Chéhé’héyanou après avoir récité au préalable la bénédiction adéquate à ce fruit, comme « Boré Péri Ha-Ets » pour un fruit de l’arbre. Il devra ensuite réciter la bénédiction de Chéhé’héyanou et consommer, comme nous l’avons expliqué dans les précédentes Halachot.

Des fruits greffés
Concernant notre question à propos des agrumes, il faut tout d’abord traiter le problème du greffage, car il est de notoriété qu’une grande partie des agrumes ne sont pas des fruits naturels, mais sont le fruit de greffes entre plusieurs espèces, effectuées par les hommes. Prenons par exemple le pamplemousse, il résulte de la greffe de l’orange et du pomelo. Concernant les oranges, certains sont d’avis qu’ils sont également le fruit d’une greffe entre deux espèces.
Certains décisionnaires sont d’avis que l’on ne peut pas réciter la bénédiction de Chéhé’héyanou sur de tels fruits qui ont été conçus à l’encontre de la volonté divine qui interdit de greffer des fruits.

Ainsi envisage également le Gaon auteur du livre Halachot Kétanot, car on ne peut pas réciter Chéhéh’éyanou sur une chose qui résulte d’un acte qui va à l’encontre de la volonté d’Hachem. C’est ainsi que tranchent également beaucoup d’autres décisionnaires, et parmi eux le Ben Ich ‘Haï (Réé), qui atteste que telle était la tradition à Bagdad de ne pas réciter Chéhé’héyanou sur l’orange.

Cependant le Gaon Ya’abets s’étonne de cet avis, car à partir de ce principe on ne devrait pas réciter non plus la bénédiction de Boré Péri Ha-Ets, puisque cela a été fait contre la volonté d’Hachem ?! Nous voyons donc que si Hachem a permis de consommer un tel fruit malgré qu’il ait été produit de manière interdite, il n’y a donc dans ce fruit aucun défaut, et il est donc considéré comme tous les autres fruits sur lesquelles on récite Chéhé’héyanou.

L’usage de réciter la bénédiction, face au principe de « Safek Béra’hot Léhakel »
Même si en général nous suivons la règle de « Safek Béra’hot Léhakel » (« dans un cas de doute s’il faut réciter ou non une bénédiction, on s’abstient »), dans ce cas précis, puisqu’il y a une tradition rependue de réciter la bénédiction de Chéhé’héyanou sur de tels fruits, telle est également la tradition de la ville de Jérusalem, comme en témoignent plusieurs décisionnaires.

Particulièrement concernant les agrumes, car de nombreux décisionnaires sont d’avis que même s’ils sont le résultat d’une greffe, il s’agit de deux fruits d’une seule et même espèce (agrume), or la greffe interdite par la Torah concerne uniquement la greffe de plusieurs espèces différentes.
Selon l’avis de notre maître le Rav ‘Ovadia YOSSEF z.ts.l, il est permis d’ordonner à un non-juif de greffer des fruits, et ainsi, selon tous les avis, on pourra réciter Chéhé’héyanou sur de tels fruits puisqu’ils n’ont pas été faits de manière interdite.

En conclusion: Si l’on consomme pour la première fois de la saison un agrume, on doit réciter la bénédiction de Chéhé’héyanou.

8 Halachot Les plus populaires

Vaygach

Nous sommes aujourd’hui à la date du 10 Tévet, jour de jeûne public pour tout le peuple d’Israël. Vous pouvez consulter les règles relatives à un jour de jeûne ici, dans une Halacha antérieure consacrée au jeûne du 17 Ta......

Lire la Halacha

Vay’hi – La force d’une bonne parole

Commentaires rédigés pour Halacha Yomit par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv Dans notre Paracha, Ya’akov Avinou rassemble ses enfants auprès de lui et les bénit avant de quitter ce monde, comme il est ......

Lire la Halacha

Des pains « ‘Halavi » (pétris avec du lait)

Il est expliqué dans la Guémara Péssa’him (36a) que nos maitres ont interdit de pétrir une pâte avec du lait, car il est à craindre que l’on ne porte pas attention à cela et que l’on en vienne à consommer ce pain avec de la via......

Lire la Halacha

« Rétsé » dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat

Dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat, avant la bénédiction de « Boné Yérouchalaïm » (Vétivné), il faut ajouter le passage de « Rétsé Véhah’alitsénou », comme imprimé dans les rituels de pri&......

Lire la Halacha


Michpatim

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Ya’akov SASSON Chlita, directeur de notre site Halacha Yomit, et digne petit-fils de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l Il est dit dans notre Paracha : « Or, j'enverrai devant toi un ange, chargé de veiller......

Lire la Halacha

Térouma

Entre Moché et Bétsla’el Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadia COHEN Chlita, Chef des tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Cette semaine, nous lirons dans notre Paracha la contribution matérielle des Béné I......

Lire la Halacha

S’assoir sur de la nourriture

Question : Est-il vrai qu’il est interdit de s’assoir sur une caisse contenant de la boisson ou de la nourriture ? Réponse : Il est expliqué dans le traité Béra’hot (50b) qu’il est interdit de se comporter de façon humiliante envers de la......

Lire la Halacha

Mikets - « Un homme intelligent et sage »  - Histoire au sujet de Rabbi Avraham Ibn ‘EZRA

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Notre Paracha nous relate les rêves de Pharaon ainsi que leurs interprétations données par Yossef Ha-Tsaddik, qui eut le m&......

Lire la Halacha