Halacha pour jeudi 16 Tevet 5781 31 décembre 2020

La Halacha est dédiée
Pour la guérison totale de Gabriel Ben Sultana (Teboul), Max Mordé'haï Ben Oraïda (Mimouni) parmi tous les malades d'Israël

Lorsqu’on a le doute si l’on a récité les Birkot Ha-Chah’ar ou non

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué de façon générale l’obligation de réciter les Birkott Ha-Chah’ar (bénédictions du matin), ainsi que les Birkott Ha-Torah (bénédictions sur l’étude de la Torah).
Nous avons précisé qu’il n’y avait absolument aucune différence entre un homme et une femme sur ce point, excepté pour la bénédiction de « Chélo ‘Assani Icha », à la place de laquelle, les femmes disent « Che’assani Kirtsono », sans prononcer le nom d’Hachem (Elles disent « Barouh’ Ché’asani Kirtsono »).

« En cas de doute, on ne récite pas une bénédiction »
Il existe un grand principe de Halacha:
SAFEK BERAH’OT LEHAKEL – lorsqu’on a un doute sur la récitation d’une bénédiction, nous allons vers la souplesse, et nous ne la récitons pas.
En effet, du fait de la gravité de la faute de prononcer le nom d’Hachem en vain, toute situation dans laquelle il y a un doute s’il faut réciter une bénédiction ou non, nous considération qu’il ne faut pas la réciter, puisque si nous nous imposons la rigueur de réciter une bénédiction dans une situation de doute, nous provoquons le risque de la prononciation du nom d’Hachem en vain, car celui qui récite une bénédiction inutilement, transgresse le redoutable interdit de prononcer le nom d’Hachem en vain.
C’est pourquoi, lorsqu’une personne boit un verre d’eau, et au milieu de la consommation le doute lui vient à l’esprit si elle a récité la bénédiction ou pas, elle ne doit pas la récitée dans le doute, car « en cas de doute, on ne récite pas de bénédiction ».

Un doute sur le Birkat Ha-Mazon
Cependant, en ce qui concerne le Birkat Ha-Mazon, la règle est différente.
Si un homme a le doute s’il a récité le Birkat Ha-Mazon ou non, il a le devoir de le recommencer (uniquement jusqu’à « Boné Yérouchalaïm Amen », sans la bénédiction de « …Laad Hael Avinou Malkenou… »), car le Birkat Ha-Mazon est un commandement ordonnée par la Torah, et nous avons le principe:
SEFEKA DEORAÏTA LA’HOUMRA – lorsqu’on a un doute sur un commandement ordonné par la Torah, nous allons vers la rigueur.
Ce qui n’est pas le cas des autres bénédictions, puisqu’elles ne sont instituées que par nos maitres, chaque fois que nous avons un doute s’il faut les réciter ou pas, nous allons vers la souplesse, et nous ne les récitons pas.

La règle pour les bénédictions du matin
Nous en déduisons que lorsqu’on a un doute si l’on a récité les bénédictions du matin ou pas, on ne doit pas les réciter dans le doute, car les bénédictions du matin ne sont pas ordonnées par la Torah mais uniquement pas nos maitres, et dans toute situation de doute sur de telles bénédictions, nous allons à la souplesse et on ne les récite pas.

La règle pour les bénédictions de la Torah
Pour ce qui est de Birkot Ha-Torah (les bénédictions de la Torah),  il existe une divergence d’opinion Halachique dans la Guémara Béra’hot (21a) afin de déterminer si leur obligation est ordonnée par la Tora ou par nos maitres.
Selon Rav Yéhouda, c’est une obligation Min Hatorah (ordonnée par la Torah), ce qui implique - à la lueur de ce que l’on a dit – qu’il faudrait recommencer Birkot HaTorah lorsqu’on a un doute.
Mais la Guémara réfute les arguments de Rav Yéhouda, et nous ne voyons pas que Rav Yéhouda répond à la réfutation par la suite.
C’est la raison pour laquelle, la majorité des Poskim (décisionnaires) tranchent que les Birkot Hatorah sont Miderabbanan (ordonnées par nos maitres).
C’est l’opinion essentiel de la Halacha sur ce point.

Par conséquent, une personne qui a le doute si elle a récité les Birkot Ha-Torah ou non, elle ne les recommence pas, puisque l’essentiel selon la Halacha est que les Birkot Ha-Torah sont Miderabbanan (ordonnées par nos maitres).
Cependant, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit qu’il serait juste dans ce cas là, de demander à une personne qui n’a pas encore récité ses Birkot HaTorah, de les réciter en sa présence, et de penser à l’acquitter. Grâce à ce procédé, nous sortons de toute crainte.
Si l’on ne trouve pas de personne qui n’a pas encore récité ses Birkot Ha-Torah, on pourra les dire mentalement, en veillant à ne pas prononcer les mots, et ce sera suffisant.
Mais cette personne devra veiller dans l’avenir à réciter les précieuses Birkot Ha-Torah avec beaucoup d’attention, pour ne pas en arriver à de telles situations de doute.

8 Halachot Les plus populaires

Vaygach

Nous sommes aujourd’hui à la date du 10 Tévet, jour de jeûne public pour tout le peuple d’Israël. Vous pouvez consulter les règles relatives à un jour de jeûne ici, dans une Halacha antérieure consacrée au jeûne du 17 Ta......

Lire la Halacha

Vay’hi – La force d’une bonne parole

Commentaires rédigés pour Halacha Yomit par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv Dans notre Paracha, Ya’akov Avinou rassemble ses enfants auprès de lui et les bénit avant de quitter ce monde, comme il est ......

Lire la Halacha

Des pains « ‘Halavi » (pétris avec du lait)

Il est expliqué dans la Guémara Péssa’him (36a) que nos maitres ont interdit de pétrir une pâte avec du lait, car il est à craindre que l’on ne porte pas attention à cela et que l’on en vienne à consommer ce pain avec de la via......

Lire la Halacha

« Rétsé » dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat

Dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat, avant la bénédiction de « Boné Yérouchalaïm » (Vétivné), il faut ajouter le passage de « Rétsé Véhah’alitsénou », comme imprimé dans les rituels de pri&......

Lire la Halacha


Michpatim

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Ya’akov SASSON Chlita, directeur de notre site Halacha Yomit, et digne petit-fils de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l Il est dit dans notre Paracha : « Or, j'enverrai devant toi un ange, chargé de veiller......

Lire la Halacha

Térouma

Entre Moché et Bétsla’el Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadia COHEN Chlita, Chef des tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Cette semaine, nous lirons dans notre Paracha la contribution matérielle des Béné I......

Lire la Halacha

S’assoir sur de la nourriture

Question : Est-il vrai qu’il est interdit de s’assoir sur une caisse contenant de la boisson ou de la nourriture ? Réponse : Il est expliqué dans le traité Béra’hot (50b) qu’il est interdit de se comporter de façon humiliante envers de la......

Lire la Halacha

Mikets - « Un homme intelligent et sage »  - Histoire au sujet de Rabbi Avraham Ibn ‘EZRA

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Notre Paracha nous relate les rêves de Pharaon ainsi que leurs interprétations données par Yossef Ha-Tsaddik, qui eut le m&......

Lire la Halacha