Halacha pour mercredi 20 Elul 5780 9 septembre 2020

« L’homme doit toujours se considérer à moitié coupable et à moitié innocent »

Nos maîtres enseignent dans la Guémara Kiddouchin (40b):
L’homme doit toujours se considérer à moitié coupable et à moitié innocent. S’il réalise une Mitsva, heureux soit-il car il s’est fait basculer vers le plateau du mérite. S’il commet une transgression, malheur à lui car il s’est fait basculer vers le plateau de la condamnation. Fin de citation.

Cet enseignement signifie que l’homme doit tout au long de sa vie se considérer comme un individu « moyen », car il est certain que l’on ne doit pas se considérer Tsaddik (juste), comme l’enseignent nos maîtres dans la Guémara Nidda (30b) :
« Même si le monde entier te qualifie de Tsaddik, considère-toi comme Racha’ (impie) ».
En effet, si l’individu se considère comme Tsaddik, il s’arrête de pratiquer les Mitsvot et les bonnes actions, car il va penser : « Quel devoir ais-je encore à accomplir dans ce monde ? »
C’est pourquoi, chacun doit se considérer comme n’étant pas Tsaddik, afin de poursuivre les efforts dans le service d’Hachem, pour gravir des niveaux selon ses possibilités et selon la source de son âme.

De même, il est interdit à un individu de se considérer comme Racha’, car il se découragerait d’accomplir les Mitsvot et les bonnes actions. Comme Elicha’ Ben Avouya en a fait l’erreur en disant qu’étant donné qu’il avait fauté de façon démesurée et qu’il n’avait plus droit au monde futur, qu’il puisse au moins tirer satisfaction de ce monde ci.
Il est certain que ce raisonnement était une grave erreur de sa part, et en conséquence à cette erreur, il perdit le bien éternel, car s’il avait fait des efforts et s’était repenti, on l’aurait immédiatement accepté. Il aurait atteint le niveau qu’il n’a jamais atteint.

C’est pourquoi, chacun doit se considérer de niveau moyen, ni Racha’, ni Tsaddik.
En comparaison à cela, un homme se présenta devant un H’ah’am et lui demanda de lui indiquer son niveau.
Le H’ah’am lui répondit : « Tu es un moyen. »
L’homme demanda : « Que dois-je faire pour être un Tsaddik ? »
Le H’ah’am lui répondit : «  Va accomplir une seule Mitsva, tu te feras basculer vers le plateau du mérite, et tu seras un Tsaddik. »
L’homme alla accomplir l’importante Mitsva de la Tsédaka.
Il se représenta devant le H’ah’am et lui demanda de nouveau : « Suis-je un Tsaddik ? »
Le H’ah’am lui répondit : « Non, tu es encore un moyen. »
L’homme demanda : « Alors pourquoi m’as-tu dis auparavant que j’étais moyen ? »
Le H’ah’am répondit : « Je t’ai répondu la première fois par respect afin de ne pas te vexer, mais en réalité il te manquait encore la Mitsva de Tsedaka pour être réellement qualifiable de moyen. Maintenant, tu es réellement moyen. »

L’homme alla à la maison d’étude et étudia durant plusieurs heures consécutives avec beaucoup d’engouement. Il se présenta de nouveau devant le H’ah’am et lui demanda : « A présent, suis-je un Tsaddik ? »
Le H’ah’am lui répondit : « Non, tu es toujours moyen. »
L’homme demanda : « Mais pourtant j’ai accomplis une Mitsva supplémentaire ! »
Le H’ah’am lui répondit : « Auparavant, il te manquait 2 Mitsvot afin d’être moyen, maintenant tu es réellement moyen. Et ainsi de suite. »

C’est pour cette raison que nos maîtres enseignent que l’homme doit toujours se considérer à moitié coupable et à moitié innocent, car en pensant ainsi, il ne fera qu’augmenter ses Mitsvot et ses bonnes actions, pour devenir en définitif un réel Tsaddik.

Nous nous trouvons au seuil de la période de la Téchouva, ce si grand cadeau dont nous a gratifié Hachem, les jours de miséricorde et des supplications. Que chacun médite avec lui-même, afin de définir sa situation du point de vue de son service d’Hachem, car nous n’avons pas la possibilité de connaitre réellement notre situation. Même une personne qui craint véritablement Hachem, qui accomplit des Mitsvot à chaque instant, ignore le sort qui l’attend. Est-il un Tsaddik convié au monde futur, ou bien se verra-t-il examiné sur différentes actions reprochables qu’il a réalisées, et sera-t-il jugé de façon très sévère ?
Chacun doit donc prendre conscience, afin de se renforcer au maximum, et ne pas laisser les jours du mois d’Eloul passer de façon indifférente.Seul celui qui se souviendra de la signification de ces jours, et qui prendra différents bons engagements de façon générale dans le domaine de la crainte d’Hachem, méritera d’être inscrit pour une bonne vie et pour la paix, pour mériter une année bonne et bénit, avec une vie de Torah et de crainte du Ciel.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

LA CUENTA DEL OMER

Está escrito en la Torá: Y contaréis para vosotros desde el día siguiente del Shabbat, del día en que habéis ofrecido el ´omer, siete semanas completas (Vaikra 23,15). Afirman nuestros sabios (Menahot 65b) que el día siguiente al Shabbat a que h......

Lire la Halacha

COLCHON INFLABLE EN SHABBAT

Pregunta: Tengo un colchón inflable y se infla por medio de una bomba mecánica, no eléctrica o simplemente con la boca ¿se lo puede inflar en Shabbat? Respuesta: El Talmud (Shabbat 48) establece que no está permitido introducir plumas o trozos de algodón ......

Lire la Halacha

LECTUAR DE LA SHEMA PREVIO A DORMIR

Pregunta: Es obligatorio leer la Shema Israel antes de dormir, y si es así, es obligatorio leer la bendición “baruj hamapil” que aparece en los libros de plegaria, sidurim? Respuesta: El Talmud (Berajot 60) afirma que la persona que va a dormir debe pronunciar la bendici......

Lire la Halacha

BENDICIONES SOBRE ALIMENTOS EN LA NOCHE DE SHABUOT

Como vimos en la entrega anterior, es costumbre permanecer despiertos la noche de Shabuot y dedicar la misma al estudio de Tora. Asimismo escribimos que esta noche es preciso leer el “Tikun” correspondiente el cual, según los maestros de Cabalá posee gran importancia, y ......

Lire la Halacha


CARIDAD PARA LA SANACIÓN DE UN HIJO

Pregunta: Es correcto dar caridad –tzedaka- para la sanación de un pariente etc. o eso se considera realizar una acción sagrada con un interés personal, lo cual no es correcto? Respuesta: El Talmud (Pesajim 8ª) afirma que la persona que entrega una suma a caridad y......

Lire la Halacha

LA NOCHE DE SHABUOT

Es una costumbre generalizada en todas las comunidades judías permanecer despiertos toda la noche de Shabuot y dedicarse al estudio de la Torá hasta la madrugada, como lo cita el sagrado libro del Zohar: Los grandes piadosos de la antigüedad dedicaban esta noche al estudio de la T......

Lire la Halacha

LOS PÁJAROS EN SHABBAT

Pregunta: Los pájaros que viven en una jaula, pueden ser movilizados en Shabba? Por ejemplo si necesita trasladar la jaula de un sitio a otro. Respuesta: El Talmud (Shabbat 128) aclara que está prohibido manipular en Shabbat animales o aves, los cuales poseen el estatus de mukze &nd......

Lire la Halacha

PASEAR EL PERRO EN SHABBAT

Pregunta: La persona que tiene un perro en su casa como mascota o para dirigir a un no vidente ¿Puede movilizarlo en Shabbat? Asimismo ¿Está permitido pasear al perro en Shabbat por las calles de la ciudad? Respuesta: En principio, es importante aclarar que las personas ortod......

Lire la Halacha