Halacha pour dimanche 14 Elul 5781 22 août 2021

S’assoir dans l’espace des quatre coudées de celui qui prie

De nombreuses règles relatives à la prière prennent leur source dans l’épisode raconté au début du livre de Chémouel, au sujet de H’anna, la mère de Chémouel Ha-Ramati, qui alla au Beit Ha-Mikdach pour prier Hachem afin qu’il lui accorde un enfant. Et en effet, par la force de sa prière, elle eut le mérite de mettre au monde un enfant saint, le prophète Chémouel.

L’interdiction de s’assoir à proximité d’une personne qui prie 
Dans le traité de Bérah’ott (page 31b), la Guémara déduit à partir de se qu’a dit H’anna à ‘Eli Ha-Cohen pendant sa prière: « Je suis la femme qui se tient debout avec vous », que l’on n’a pas le droit de s’assoir dans l’espace des quatre coudées de celui qui prie la prière de la ‘Amida.
Cela signifie que lorsqu’une personne prie la ‘Amida, il est interdit de s’assoir dans ses 4coudées. La mesure de quatre coudées est proche de 2 mètres.

Concernant cette Halah’a, il n’y a pas de différence entre être assis devant celui qui prie ou sur ses cotés, car tant que l’on est dans l’espace des 2 mètres, il est interdit de s’y assoir, il faudra donc s’éloigner un peu pour s’assoir. Il est évident qu’il n’y a aucune différence sur cette règle, qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme qui prie, dans tous les cas il est interdit de s’assoir dans ses 4 coudées.

La raison à l’interdit 
Il existe une divergence d’opinions entre nos maîtres les Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale) concernant la raison de ce Din. Le Ba’al Halah’ott Guédolott écrit que la raison à cela repose dans le fait que la Chéh’ina (la présence divine) réside dans les quatre coudées de celui qui prie la ‘Amida, et en respect de celle-ci il est interdit de s’y assoir. C’est ainsi que laisse entendre aussi le Zohar que la raison pour laquelle il est interdit de s’assoir dans cet espace est dû au respect de la Chéh’ina.

Notre maître le TOUR écrit que la raison de ce Din est due au fait qu’il n’est pas convenable qu’une personne se tienne devant Hachem en recevant sur lui le joug divin, alors qu’une autre est assise en toute sérénité sans rien faire.

Selon le Méiri, le fait de s’assoir dans les 4 coudées de celui qui prie peut lui engendrer une gêne qui l’empêchera de se concentrer durant sa prière.
Selon le Séfer Ha-Mih’tam, il est interdit de s’assoir à proximité de celui qui prie, afin que celui qui prie avec ferveur et qui est amené à pleurer durant sa prière n’ait pas honte du fait qu’une personne l’ai vu en train de pleurer.

S’assoir derrière une personne qui prie 
Concernant l’assise à l’arrière de celui qui prie, cela dépendra des avis mentionnés plus haut sur les raisons de ce Din, car si l’on dit que la raison est due au respect de la Chéh’ina cela sera interdit, car la Chéh’ina est dans tout l’espace des 2 mètres autour de celui qui prie. Mais selon l’avis de ceux qui expliquent que la raison du Din vient du fait que cela peut déranger celui qui prie ou bien pour qu’il n’ait pas honte s’il pleure pendant sa prière, il n’y a pas lieu d’interdire de s’assoir derrière, car dans ce cas, aucune des deux raisons n’existe puisque celui qui prie ne voit pas celui qui est assis derrière lui.

Du point de vue de la Halah’a, notre maitre le RAMBAM écrit (chap.5 des règles relatives à la prière) qu’il est interdit de s’assoir « aux côtés de celui qui  prie ».
Ses propos semblent indiquer qu’il soit autorisé de s’assoir à l’arrière de celui qui prie. De même, MARAN écrit dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.102) qu’il est interdit de s’assoir dans les 4 coudées de celui qui prie « aussi bien devant lui que sur les côtés ». Il semble également qu’il est permis de s’assoir à l’arrière. C’est ainsi qu’écrivent plusieurs décisionnaires des générations récentes et contemporaines, qu’il faut comprendre les propos de MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’ dans ce sens. Cependant, certains imposent la rigueur sur ce point.
Par conséquent, la personne qui s’impose la rigueur de ne pas s’assoir à l’arrière d’une personne qui prie est digne de La Bénédiction.
Selon l’usage des Achkénazim, il faut interdire de façon évidente de s’assoir derrière une personne qui prie, puisque c’est ainsi que tranche notre maitre le RAMA dont les Achkénazim ont accepté les décisions Halah’aiques.

S’assoir à proximité de l’officiant 
A partir de tout cela nous apprenons aussi qu’il en est de même pour celui qui veut s’assoir à proximité de l’officiant lorsque celui-ci répète la ‘Amida, il est donc interdit de le faire sauf s’il se trouve en dehors de l’espace des 2 mètres de l’officiant, comme le fait remarquer notre maître Rabbénou ‘Ovadia Yossef z.ts.l dans son livre Chou’t Yéh’avé Da’att (vol.5) où il précise que même ceux qui ont pour habitude de s’assoir pendant la répétition de la ‘Amida, devront faire attention de ne pas s’exposer au problème d’être assis dans l’espace des 2 mètres de celui qui prie.

Conclusion: Il est interdit de s’assoir dans l’espace des 2 mètres de celui qui prie la ‘Amida, que ce soit devant lui ou sur ses côtés. Certains s’imposent la rigueur de ne pas s’assoir même à l’arrière de celui qui prie. La règle est la même concernant le fait de s’assoir à proximité de l’officiant lorsqu’il répète la ‘Amida.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

EL DIA DE TISHA BEAB

Durante el día de Tisha BeAb -9 de Ab- están prohibido cinco cosas, a saber: Comer y beber, calzar calzado de cuero, relaciones maritales, lavarse y ungirse (utilizar cremas, aceites, etc.). Asimismo está prohibido estudiar Torá este día, pues esto regocija a la pe......

Lire la Halacha

CON EL COMIENZO DEL MES DE AB SE DISMINUYEN LAS PRACTICAS ALEGRES

Aún cuando, como ya vimos anteriormente, desde el 17 de Tamuz se acostumbran alguna prácticas de duelo, al comenzar el mes de Ab esto se hace más estricto y las costumbres de duelo son más rígidas y se observan hasta el 10 de Ab. Afirma el Talmud (Ta´anit 26b......

Lire la Halacha

DURANTE LAS TRES SEMANAS

Está prohibido realizar festejos, bailes, etc, durante las tres semanas que transcurren desde el 17 d eTamuz hasta el 9 de Ab incluso sin instrumentos musicales. Esto es válido para los bailes o festejos que se organizan según las leyes del recato y la sobriedad del nuestro p......

Lire la Halacha

EL CONSUMO DE CARNE A PARTIR DE ROSH HODESH AB

Afirma el Talmud (Ta´anit 26b) que decretaron nuestros sabios que en la seudá hamafseket–última comida previa al ayuno- no se debe consumir carne ni beber vino así como no se deben comer dos comidas diferentes, por ej. arroz y huevo. Y aún cuando el Talmud pro......

Lire la Halacha


MINIAN –Quórum de diez personas-

Pregunta: Cuando se sale de paseo y se organiza un “minian” de minha o arvit –oraciones vespertina y nocturna- ¿es preciso realizarlo dentro de un recinto cerrado o es posible realizar el “minian” al aire libre? Respuesta: Las personas que salen de pase o vaca......

Lire la Halacha

COSTUMBRES A PARTIR DEL 1 DE AB

Como vimos anteriormente a partir de R. Hodesh Ab se deben disminuir todas las transacciones comerciales destinadas a cuestiones de alegría. Escribe nuestro maestro R. Ovadia Yosef z”l que no se deben adquirir sortijas o anillos de oro, especialmente los novios que adquieren estas jo......

Lire la Halacha

QUIENES AYUNAN EL 9 DE AB

El enfermo, aún cuando no se halla en situación de peligro su vida está exento de ayunar en Tisha Beab. De todas formas, ante cualquier duda se debe realizar una consulta rabínica ya que no cualquier tipo de malestar exime a la persona de ayunar. El anciano que se encu......

Lire la Halacha

PESCADO Y CARNE – Continuación-

Pregunta: Se puede fritar en una sartén de carne, pescados? En un mismo horno, se puede hornear carne y pescado simultáneamente? Respuesta: Aun cuando existe una prohibición de freír o cocinar leche en utensilios de carne, como vimos oportunamente, esta prohi......

Lire la Halacha