Halacha pour dimanche 7 Cheshvan 5781 25 octobre 2020

Pour l'élévation des âmes de:
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme Marciano z’’l de Lyon)
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef z’’l
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin Elhadad de Lyon) z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna (Bensaid de Lyon) z’’l 
Richard Amram ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon

Pour la guérison totale et rapide de:
Betty Rivka Bat Sultana
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (Steboun) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Utiliser un pain congelé pour Leh’em Michné (Double pain lors du Motsi de Chabbat)

Nous avons déjà expliqué la Mitsva de réciter la bénédiction de Motsi sur 2 pains (Leh’em Michné) lors des repas de Chabbat.
Il arrive fréquemment de ne pas avoir 2 pains pour le Léh’em Michné, et l’on envisage alors de joindre au pain que nous avons déjà dans les mains, un pain supplémentaire qui se trouve au congélateur, qui est encore congelé, et donc pas encore consommable.
La question est: Est-il correct d’agir ainsi, ou bien faut-il considérer qu’un tel pain n’est pas utilisable pour Leh’em Mishné?

Nous avons déjà expliqué qu’il n’y a pas d’obligation de rompre les 2 pains lors du repas de Shabbat, et la Mitsva de Leh’em Mishné n’a été dite qu’au sujet du moment précis de la bénédiction, mais pour ce qui est de rompre, l’obligation ne concerne qu’un seul pain. Comme l’écrit le RASHBA au nom de Rabbenou Haï GAON, et d’autres de nos maîtres les Rishonim (décisionnaires de l’époque médiévale).

A partir de là, il semble que puisqu’il n’y a pas d’obligation de rompre les 2 pains, il est donc permis de réciter la bénédiction sur 2 pains, même si l’un d’entre eux n’est pas consommable dans l’immédiat.

Et même si le pain n’est pas consommable dans l’immédiat tant qu’il est congelé, malgré tout, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit qu’étant donné que ce pain est appelé a devenir consommable au bout d’un certain temps, lorsqu’il aura décongelé, et qu’il n’est pas nécessaire de faire quoi que ce soit pour que ce pain parvienne à un état consommable, ce pain est dès à présent valable pour accomplir la Mitsva de Leh’em Mishné.

Nos pouvons apporter une preuve à cela, à partir des propos de Rabbenou ‘Akiva EIGUER, au sujet d’un pain interdit à la consommation parce qu’il a été fabriqué pendant un jour de Yom Tov qui était veille de Shabbat (lorsqu’un Yom Tov tombe vendredi, si l’on n’a pas procédé au ‘Erouv Tavshilin la veille de Yom Tov, il est interdit de préparer des choses pendant Yom Tov pour Shabbat, et si l’on a malgré tout transgressé cet interdit et que l’on a préparé un aliment pendant Yom Tov pour Shabbat, cet aliment est interdit à la consommation), il est malgré tout permis d’utiliser ce pain (préparé pendant Yom Tov), pour Leh’em Mishné lors des repas de Shabbat, puisque la consommation de ce pain n’est interdite que par nos maitres, et qu’au bout d’un certain temps, ce pain redeviendra permis à la consommation, par conséquent, il est permis de l’utiliser comme 2ème pain pour la Mitsva de Leh’em Mishné.

C’est pourquoi, le Din est le même concernant un pain congelé, car même si sa consommation est momentanément impossible, malgré tout, puisqu’il deviendra consommable au bout d’un certain temps, on peut l’utiliser pour Leh’em Mishné, lorsqu’on n’a pas d’autre pain.

Par conséquent, selon la Halacha, il est permis d’utiliser un pain congelé pour Leh’em Mishné, mais toutefois, la personne qui s’impose la H’oumra (rigueur) de demander à son voisin un autre pain qui est consommable (dans la mesure où il n’y a pas de problème Halachique concernant le fait de transporter des objets d’un domaine à l’autre pendant Shabbat), cette personne est digne de La Bénédiction.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La tradition du Tikoun de Chavou’ot (veillée de Chavou’ot)

La tradition est répandue au sein de toutes les communautés d’Israël de rester éveillés durant la nuit de Chavou’ot et d’étudier la Torah jusqu’à l’aube, comme il est écrit dans le Zohar Ha-Kadoch: Les premiers &lsq......

Lire la Halacha

Bénédictions alimentaires et lecture du Chéma’ la nuit de Chavou’ot

Dans la précédente Halacha, nous avons fais mention de la tradition de la veillée de Chavou’ot, durant laquelle nous restons éveillés pour étudier la Torah. Lecture du « Tikkoun » imprimé dans le livre « Kérié ......

Lire la Halacha

Multiplier constamment les demandes personnelles – Une étincelle d’esprit prophétique

Question: Est-il correct de renouveler la même demande en insistant auprès d’Hachem, en le suppliant pour la même chose chaque jour, ou bien faut-il cesser de demander cette chose si l’on voit que l’on n’est pas exaucé? Réponse: Il est ense......

Lire la Halacha

Se promener avec un chien pendant Chabbat

Question: Lorsqu’on possède un chien destiné à la distraction ou bien un chien guide-aveugle, est-il permis de le déplacer pendant Chabbat? De même, est-il permis de sortir dans les rues avec un tel chien? Réponse: Nous avons déjà expli......

Lire la Halacha


La lecture du Chéma’ du coucher pour les femmes, ainsi qu’après ‘Hatsot (après le milieu de la nuit)

Dans la Halacha précédente, nous avons expliqué que le soir, avant de se coucher, il faut réciter le Chéma’, précédé de la bénédiction de Hamapil, et que cette bénédiction, comme toutes les bénédi......

Lire la Halacha

Lire le Chéma’ au coucher

Question: Y a-t-il une obligation de lire le Chéma’ avant d’aller dormir? Dans les Siddourim (les livres de prières), le Chéma’ du coucher est précédé de la bénédiction de « Hamapil », doit-on la r&eacut......

Lire la Halacha

Tsédaka pour une guérison

Question: Est-il permis d’offrir une somme d’argent à la Tsédaka, pour la guérison d’une personne, ou pour toute autre demande, ou bien il n’est pas convenable d’agir ainsi puisque l’action n’est pas réalisée « L&eacu......

Lire la Halacha

La répétition de la ‘Amida

Une fois que chacun a récité sa ‘Amida à voix basse, nos maîtres ont instauré que le ‘Hazzan (l’officiant) répète la ‘Amida à haute voix, afin d’acquitter les éventuelles personnes qui ne sauraient pas prier.......

Lire la Halacha