Halacha pour mardi 20 Cheshvan 5782 26 octobre 2021

Pour la guérison totale de:
Jean-Luc Chélomo Ben Zéhira (Azoulay)
Yossef Avraham ‘Haïm Ben Frédérique Léa (Arfi)
Charles Chalom ben Sultana (Nakache)
Noa’am Avraham Chimchon ben Dalia (Ouaknin)
Ariella Téhila Bat Aviva Myriam
Parmis tous les malades d’Israël  

Pour l’élévation de l’âme de:
Mordé’haï (Ma’ha) Ben Avraham (SELLAM) z’’l
Gilbert Sassi Ben Yéhouda (Hadjadj) z’’l

Est-ce que goûter un aliment nécessite une bénédiction?

Nous avons déjà eu l’occasion d’expliquer - au sujet des bénédictions alimentaires que nous récitons avant de consommer, comme la bénédiction de « Chéhakol » ou celle de « Mézonot » - que la bénédiction initiale d’un aliment n’est liée à aucune quantité, ce qui signifie que lorsqu’on consomme un aliment, on doit toujours réciter la bénédiction initiale sur ce que l’on consomme, par exemple lorsqu’on boit ne serait ce qu’une goutte d’eau où l’on doit réciter la bénédiction de « Chéhakol » sur cette consommation. Et de même pour tous les autres cas similaires. Ceci étant donné qu’il est interdit de tirer profit de ce monde sans bénédiction, car même lorsqu’il s’agit d’une infime consommation, il y a profit.
Ce n’est que pour la bénédiction finale ou le Birkat Ha-Mazon, qu’il est nécessaire d’avoir consommé une quantité minimale de Kazaït (environ 27 g), comme nous l’avons expliqué. Mais la bénédiction initiale est récitée dans tous les cas.

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ot (14a):
La dégustation ne nécessite aucune bénédiction.
Ce qui signifie que lorsqu’on consomme quelque chose, pas dans l’intention de se nourrir, mais seulement pour goûter et vérifier s’il ne manque pas des épices ou autre, on ne récite pas de bénédiction avant de consommer. Ce n’est que lorsqu’on consomme plus de Revi’it (8,1 cl), qu’il est nécessaire de réciter au préalable la bénédiction sur l’aliment, car il est inconcevable que l’on prenne une quantité aussi importante sans avoir l’intention de se nourrir, puisqu’une telle quantité n’est pas indispensable lorsqu’on veut seulement goûter l’aliment.

Nos maîtres les Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale) discutent sur la définition exacte du Din de la dégustation qui ne nécessite pas de bénédiction.
Selon l’opinion de Rabbenou H’anan’el, on n’est exempt de bénédiction qu’à la condition que l’on n’avale pas ce que l’on met dans la bouche et que l’on recrache immédiatement après avoir goûté.
Mais selon l’opinion du RAMBAM, même si l’on avale ce que l’on goûte, tant que l’on n’a pas l’intention de se nourrir de cet aliment et qu’on le goûte uniquement pour en vérifier l’assaisonnement où le goût, on ne doit pas réciter la bénédiction au préalable, car nos maîtres n’ont institué de bénédiction que pour un aliment qu’on mange et dont on tire satisfaction avec l’intention véritable de consommer, et non de goûter uniquement.

Du point de vue de la Halah’a, MARAN écrit dans l Beit Yossef qu’étant donné que l’opinion du RIF est a même que celle du RAMBAM sur ce point, et aussi parce que nous nous trouvons face à une situation de « Safek Berah’ot » (un doute sur une bénédiction), puisque selon l’opinion des décisionnaires selon lesquels on ne doit pas réciter de bénédiction lorsqu’on goûte aliment, celui qui récite malgré tout une bénédiction dans une telle situation récite une bénédiction en vain.
Par conséquent, MARAN tranche selon l’opinion du RAMBAM selon qui, même si l’on avale une partie de l’aliment goûté, puisque l’on n’a pas d’intention de se nourrir, on ne doit pas réciter de bénédiction sur ce que l’on goûte. C’est ainsi qu’il tranche aussi dans le Choulh’an ‘Arouh’.

Notre grand maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l (הכ''מ) rapporte que d’autres décisionnaires se rangent à l’opinion de Rabbenou H’anan’el sur ce point, par exemple le RACHBATS, Rabbenou Chim’on Bar Tsemah’, ainsi que le TACHBETS qui explique qu’en réalité le RAMBAM pense également ainsi, et selon lui, ce n’est que lorsqu’on n’avale pas l’aliment que l’on ne doit pas réciter de bénédiction initiale, et qu’on le recrache immédiatement. C’est ainsi que tranchent de nombreux autres de nos décisionnaires Richonim.
Malgré tout, du point de vue de la Halah’a, il est certain que nous devons trancher selon l’opinion du Choulh’an ‘Arouh’, puisque nous avons un grand principe selon lequel: « Safek Berah’ot Lehakel » (lors d’un doute sur une bénédiction, on ne la récite pas).

Cependant, afin de s’acquitter selon tous les avis, il est juste de s’imposer la H’oumra (rigueur) lorsqu’on goûte un aliment et qu’on l’avale, d’avoir la pensée de tirer également profit de l’aliment en tant que nourriture, et dans ces conditions, on est autorisé à réciter la bénédiction sur ce que l’on désire goûter, car dans ce cas on pense également à une satisfaction, et sous cette condition, on s’écarte de toute crainte de consommation sans bénédiction.

En conclusion: Lorsqu’on goûte un plat, on ne doit pas réciter de bénédiction sur ce que l’on goûte (sauf si l’on goûte une partie qui fait une quantité de 8.1 cl). Malgré tout, il est préférable de penser au moment où l’on goûte le plat que l’on désire aussi se nourrir, ce qui signifie que l’on doit penser également à titre profit du plat, et dans ces conditions, on pourra réciter la bénédiction sur ce que l’on goûte, en s’acquittant de son devoir selon tous les avis.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Règles relatives au jour du 9 Av

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur: Manger et boire; Se laver; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale De même, il est inte......

Lire la Halacha

Havdala le samedi soir où tombe le 9 Av – Règle pour un malade qui mange le jour du 9 Av

Pour une année où le 9 Av tombe un samedi soir – comme cette année 5782 – nos maitres les Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale) débattent afin de définir comment faut-il procéder en ce qui concerne la H......

Lire la Halacha

Consommation de viande après Roch H’odech AV

Il est expliqué dans une Michna de Ta’anit (26b) qu’il est interdit par décret de nos maîtres de consommer de la viande et du vin, la veille de Tich’a Beav (la veille du jeune du 9 Av) lors de la Séouda Ha-Mafsekete (le dernier repas avant le début......

Lire la Halacha

Les personnes soumises et exemptes du jeûne du 9 Av, ainsi que les règles du 9 AV cette année

Un malade sans danger; une personne âgée; une femme accouchée Un malade (véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger) est exempt de jeûner le 9 Av. Dans le cas d’un doute, il faut consulter une autorit&e......

Lire la Halacha


Séouda Mafseket (repas avant le jeûne) cette année (5782)

La veille du 9 Av, nos maîtres ont interdit (selon le strict Din et non selon la tradition) de consommer de la viande et du vin lors de Séouda Hamafseket (le repas que nous prenons avant le début du jeûne, après la moitié de la journée). De même, ......

Lire la Halacha

« Dès le début du mois de Av, nous diminuons la joie » - Année 5782

Ce vendredi, tombe – avec l’aide d’Hachem – le jour de Roch ‘Hodech Mena’hem Av, et la semaine prochaine - Chabbat prochain - tombe le 9 Av, mais puisqu’il est interdit de jeûner le jour du Chabbat (excepté Yom Kippour), le jeûne est repor......

Lire la Halacha

Prier avec Minyan en plein air

Question: Lorsqu’on sort en promenade  et que s’organise un Minyan de dix personnes pour la prière de Minh’a ou d’Arvit en plein air, est-ce que chaque personne présente compte dans le Minyan, même si tout le monde n’est pas réuni dans un......

Lire la Halacha

Frire du poisson dans une poêle de viande - Cuire du poisson et de la viande dans le même four – L’usage de notre maitre le Rav z.ts.l

Il est une Halacha très connue selon laquelle il est interdit de consommer du poisson avec de la viande, selon ce qui est expliqué dans la Guémara et les décisionnaires. Cuire du poisson dans une marmite viande Bien qu’il soit interdit de cuire un aliment lact&e......

Lire la Halacha