Halacha pour lundi 3 Adar 5784 12 février 2024

La Halacha est dédiée
Pour la guérison totale de Gabriel Ben Sultana (Teboul), Max Mordé'haï Ben Oraïda (Mimouni) parmi tous les malades d'Israël

« Que ma bouche soit pleine de Ta louange »

Question : Si par erreur, j’ai introduit un aliment dans ma bouche sans réciter la bénédiction, comment dois-je agir ?

Réponse : Il est enseigné dans la Guémara Béra’hot (50b) : Rav Yéhouda dit au nom de Rav : Si quelqu’un a oublié de réciter la bénédiction sur un aliment, et l’a introduit dans sa bouche, il doit le pousser sur un côté (de sa bouche) et réciter la bénédiction.
Cela signifie que si l’on a introduit un aliment dans la bouche en oubliant de réciter au préalable la bénédiction, il faut dans ce cas pousser l’aliment dans un coin de la bouche, afin de pouvoir réciter la bénédiction, puis réciter la bénédiction et consommer.

La Guémara cite ensuite 3 Baraïtot (enseignements de la même époque que la Michna) sur ce sujet, et ces 3 enseignements semblent se contredire entre eux.
En effet, les 3 Baraïtot traitent de notre sujet, c’est-à-dire, le cas où l’on a introduit un aliment dans la bouche sans réciter la bénédiction, mais chacune de ces Baraïtot tranche de façon différente :
La première indique qu’il faut avaler l’aliment. La deuxième indique qu’il faut recracher l’aliment, car il est interdit de consommer sans bénédiction préalable. Et la troisième indique qu’il faut pousser l’aliment sur le côté de la bouche – exactement comme l’opinion de Rav Yéhouda citée plus haut – et réciter ensuite la bénédiction.

La Guémara explique que ces 3 enseignements ne sont pas en contradiction :
La première Baraïta - selon laquelle il faut avaler - traite de boisson, et puisqu’il est impossible de réciter une bénédiction en ayant une boisson dans la bouche, il faut donc avaler. S’il reste de la boisson devant la personne, elle récitera la bénédiction et poursuivra sa consommation.
La deuxième Baraïta – selon laquelle il faut recracher l’aliment – traite du cas où l’aliment ne devient pas dégoutant lorsqu’on l’extrait de la bouche, comme un bonbon par exemple lorsqu’on l’a seulement introduit dans la bouche sans le croquer. Il faut dans ce cas sortir l’aliment de la bouche, réciter la bénédiction et le consommer.
La troisième Baraïta – selon laquelle il faut pousser l’aliment dans un coin de la bouche et réciter la bénédiction – traite du cas où l’aliment devient dégoûtant lorsqu’on l’extrait de la bouche. Dans un tel cas où l’on n’a pas le choix, il faut le pousser dans un coin de la bouche et réciter la bénédiction.

Pourquoi ne pas pousser systématiquement l’aliment dans un coin de la bouche (même lorsqu’il n’est pas dégoûtant une fois extrait de la bouche) et réciter la bénédiction ?
La Guémara répond à cette question en disant : car il est dit : « Que ma bouche soit pleine de Ta louange » (Téhilim 71). Cela signifie que toute la bouche doit être remplie de la bénédiction adressée à Hachem, et il n’est pas correct de réciter une bénédiction en ayant un aliment dans la bouche. Ce n’est que lorsqu’il n’y a pas d’autre choix (lorsque l’aliment devient dégoûtant une fois extrait de la bouche), que nos maîtres ont autorisé à pousser l’aliment dans un coin de la bouche et réciter la bénédiction.

Du point de vue de la Halacha, MARAN tranche dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.172) exactement selon les propos de la Guémara, et si l’on a introduit une boisson dans la bouche sans avoir récité la bénédiction, il fait avaler, et ne pas réciter la bénédiction.
Mais selon le RAMA, il faut réciter la bénédiction immédiatement après avoir avalé, puisqu’il se souvient encore de ce qu’il vient de boire, il est donc encore approprié de réciter la bénédiction.
Apparemment, il semblerait que c’est ainsi que les Achkénazim doivent agir dans cette situation, puisqu’ils tranchent généralement selon l’opinion du RAMA.
Mais le Michna Béroura écrit au nom des A’haronim (décisionnaires des derniers siècles) que la majorité des décisionnaires approuvent sur ce point l’opinion de MARAN l’auteur du Chou’lhan ‘Arou’h. Par conséquent, même selon l’usage des Achkénazim, si l’on a introduit une boisson dans la bouche en oubliant de réciter la bénédiction au préalable, il faut avaler, et l’on ne doit pas réciter la bénédiction après avoir avalé.

Mais il est évident que si l’on continue ensuite à consommer de la boisson, il faut réciter la bénédiction en pensant à acquitter rétroactivement ce que l’on a bu avant.

Si l’on a introduit un aliment solide dans la bouche en oubliant de réciter la bénédiction au préalable, s’il s’agit d’un aliment qui ne devient pas dégoûtant lorsqu’on l’extrait de la bouche, il faut l’extraire, réciter la bénédiction et le consommer. S’il s’agit d’un aliment qui devient dégoûtant lorsqu’on l’extrait de la bouche, il faut le pousser dans un coin de la bouche et réciter la bénédiction.

En conclusion : Lorsqu’on a introduit une boisson dans la bouche sans avoir récité la bénédiction, il faut l’avaler. Si l’on désire boire de nouveau, il faut réciter la bénédiction en pensant à acquitter rétroactivement ce que l’on a bu auparavant.
S’il s’agissait d’un aliment solide qu’il est possible d’extraire de la bouche sans en être dégoûté, il faut l’extraire, réciter la bénédiction et le consommer.
Si l’aliment deviendra dégoûtant une fois extrait de la bouche, il faut le pousser dans un coin de la bouche et réciter la bénédiction.

8 Halachot Les plus populaires

Vaygach

Nous sommes aujourd’hui à la date du 10 Tévet, jour de jeûne public pour tout le peuple d’Israël. Vous pouvez consulter les règles relatives à un jour de jeûne ici, dans une Halacha antérieure consacrée au jeûne du 17 Ta......

Lire la Halacha

Vay’hi – La force d’une bonne parole

Commentaires rédigés pour Halacha Yomit par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv Dans notre Paracha, Ya’akov Avinou rassemble ses enfants auprès de lui et les bénit avant de quitter ce monde, comme il est ......

Lire la Halacha

Des pains « ‘Halavi » (pétris avec du lait)

Il est expliqué dans la Guémara Péssa’him (36a) que nos maitres ont interdit de pétrir une pâte avec du lait, car il est à craindre que l’on ne porte pas attention à cela et que l’on en vienne à consommer ce pain avec de la via......

Lire la Halacha

« Rétsé » dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat

Dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat, avant la bénédiction de « Boné Yérouchalaïm » (Vétivné), il faut ajouter le passage de « Rétsé Véhah’alitsénou », comme imprimé dans les rituels de pri&......

Lire la Halacha


Michpatim

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Ya’akov SASSON Chlita, directeur de notre site Halacha Yomit, et digne petit-fils de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l Il est dit dans notre Paracha : « Or, j'enverrai devant toi un ange, chargé de veiller......

Lire la Halacha

Térouma

Entre Moché et Bétsla’el Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadia COHEN Chlita, Chef des tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Cette semaine, nous lirons dans notre Paracha la contribution matérielle des Béné I......

Lire la Halacha

S’assoir sur de la nourriture

Question : Est-il vrai qu’il est interdit de s’assoir sur une caisse contenant de la boisson ou de la nourriture ? Réponse : Il est expliqué dans le traité Béra’hot (50b) qu’il est interdit de se comporter de façon humiliante envers de la......

Lire la Halacha

Mikets - « Un homme intelligent et sage »  - Histoire au sujet de Rabbi Avraham Ibn ‘EZRA

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Notre Paracha nous relate les rêves de Pharaon ainsi que leurs interprétations données par Yossef Ha-Tsaddik, qui eut le m&......

Lire la Halacha