Halacha pour vendredi 18 Kislev 5784 1 décembre 2023

La Halacha est dédiée au mérite et pour la protection de
tous nos chers soldats.
Qu'Hashem préserve leur sortie et leur retour en paix, qu'Il leur donne force et puissance et que tous nos ennemis tombent devant eux, qu'ils retournent dans leurs foyers dans la joie et l'allégresse sains et saufs, qu'Il veille sur tous les captifs, qu'Il les prenne en pitié et qu'aucun mal ne leur arrive,
" Les enfants rentreront chez eux ". Amen Ken Yéhi Ratson.

Pour la guérison totale de Gabriel Ben Sultana (Teboul), Max Mordé'haï Ben Oraïda (Mimouni) parmi tous les malades d'Israël

Vaychla’h

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Ya’akov SASSON Chlita,
directeur de notre site Halacha Yomit, et digne petit-fils de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l

Notre Paracha nous relate que lorsque Ya’akov apprend que son frère ‘Essav arrive à sa rencontre, Ya’akov lui envoie une caravane entière pleine de cadeaux, et il lui transmet le message suivant par des émissaires :
« … Ainsi parle ton serviteur Ya’akov : J’ai habité avec Lavan, et j’ai prolongé mon séjour jusqu’à maintenant. J’ai acquis des bœufs, des ânes, du menu bétail, ainsi que des serviteurs et des servantes. Je l’envoie dire à mon seigneur, afin de trouver grâce à tes yeux. »

Rachi rapporte au nom de nos maîtres que le mot « j’ai habité » (גרתי) fait allusion (en hébreu) aux 613 commandements (תרי''ג). Ya’akov veut faire comprendre à ‘Essav : J’ai habité avec Lavan, mais j’ai observé les 613 Mitsvot de la Torah, sans me laisser influencer par ses mauvaises actions !

Le Gaon Rabbi Ya’akov KAMENETSKY z.ts.l (l’un des grands de la génération précédente, qui vivait aux Etats-Unis) cite un point important dans son livre Emet Lé-Ya’akov sur les propos de Ya’akov Avinou « J’ai habité avec Lavan ».
En effet, le terme « habité » en hébreu (גרתי) vient de la racine étymologique
« גר » (Guer) qui signifie « étranger ».
Ainsi, Ya’akov désire faire comprendre à ‘Essav : Durant toutes les années où j’ai séjourné chez Lavan, je n’ai été qu’un « étranger ». Je ne suis pas devenu un citoyen régulier. Je n’ai fait qu’errer, allant d’un endroit à un autre.
Et si tu demandes : Comment est-il possible de vivre aux côtés d’une forte personnalité comme Lavan, sans en être impressionné, sans régresser spirituellement, ne serait-ce que légèrement ? Comment est-ce possible ??
La réponse est : « J’ai observé les 613 Mitsvot de la Torah ! »
Parce que Ya’akov Avinou était complètement entouré des Mitsvot de la Torah, c’est cette Torah qui lui a donné le mérite de se préserver de Lavan et de son entourage nocif.

Lorsque Ya’akov Avinou arrive chez Lavan, il vient directement de la Yéchiva de Chem et ‘Ever, où il a étudié la Torah durant de nombreuses années. Il arrive dans la maison de l’un des riches de cette génération. Il désire épouser sa fille.
Ya’akov Avinou peut facilement se mêler aux membres du foyer, se faire apprécier des enfants de Lavan et devenir l’un d’eux.
Mais il reste lui-même ! Il garde la vigilance d’observer les 613 Mitsvot !
Sans la moindre faiblesse ! Ainsi, il gagne le mérite de se détacher de tout ce qui l’entoure, et de se concentrer sur l’essentiel : l’accomplissement de la Torah et des Mitsvot, ainsi que la préparation des Tribus d’Israël dans un service spirituel élevé !

Mais les choses peuvent sembler apparemment étonnantes :
Si Ya’akov Avinou désire apprendre à ‘Essav qu’il est resté dans sa droiture spirituelle, pourquoi ne pas le lui dire explicitement ? Pourquoi employer un langage bref et par allusion ??
De plus, il est certain que ‘Essav l’impie n’a pas « lu le commentaire de Rachi sur les propos de Ya’akov », et de ce fait, comment ‘Essav va-t-il comprendre le véritable sens des propos que lui adresse Ya’akov?
Et même en supposant que ‘Essav comprend la profondeur des propos de Ya’akov Avinou, pourquoi Ya’akov « enfouit » le sujet de sa fidélité aux Mitsvot de la Torah dans une courte et simple allusion, alors qu’il fait état de sa réussite matérielle avec une longue phrase explicite « J’ai acquis des bœufs, des ânes, du menu bétail, ainsi que des serviteurs et des servantes » ?? Pourquoi exprimer les sujets matériels de manière plus claire que les sujets spirituels ??

Le Gaon Rabbi Ya’akov GALINSKY z.ts.l explique la chose (comme rapporté dans le livre « Vahigadta ») en disant que vis-à-vis de nous, les générations futures, Ya’akov Avinou désirait que l’on sache quel était l’essentiel, en nous disant : « Malgré toutes les années que j’ai passé chez Lavan, j’ai observé les 613 Mitsvot ! »
Ceci est l’essentiel ! Le reste n’est que secondaire !
Mais vis-à-vis de ‘Essav l‘impie, l’essentiel est ce qui intéresse ‘Essav !
Et qu’est ce qui intéresse ‘Essav ??
« As-tu des bœufs ? Des serviteurs ? Des servantes ? As-tu des biens ? Si c’est le cas, tu es un homme respectable ! »

A ce sujet, le Rav GALINSKY cite une anecdote :

Aux Etats-Unis d’il y a environ 80 ans, arriva un grand homme, un homme juste et d’un niveau élevé, le géant des géants de la Torah, le Gaon Rabbi Aharon KOTLER z.ts.l.
Après avoir habité un temps à New York, il organisa un congrès de Rabbanim avec pour objectif de débattre des sujets du moment : le renforcement de la Torah et de la religion.

Parmi les participants, siégeait le « président » de l’une des communautés juives.
Lorsqu’il vit avec quelle ardeur parlait Rabbi Aharon, et de quelle manière il attirait l’attention de l’auditoire sur diverses failles au niveau de la pratique du judaïsme, il se tourna vers son voisin assis à ses côtés et lui demanda à voix basse :
« Combien vaut-il ? Il tourne à combien ? » Pour dire : « Combien gagne-t-il ? »

Le voisin répondit : « Peut-être 1 000 ou 2 000 $ ! »

Le président de communauté s’étonna :
« Ah bon ?! Et il ose parler ?! Sait-il qu’il y a ici des « Rabbins » qui gagnent 30 000 $ par an ?! Où est son savoir vivre en osant parler en leur présence ???! »

Avec les années, cette histoire peut presque paraître risible, mais en réalité telle est le système de pensée de la majorité du monde !
Les gens valorisent l’argent, l’aspect extérieur, la vie extérieure et matérielle, même s’ils savent parfaitement parler de l’importance qu’ils voient en la spiritualité !
Dans la vie de tous les jours, ce qui est déterminant pour eux, ce qui les guide, c’est la matérialité !

Ya’akov Avinou, ainsi que son père Its’hak, ainsi que son grand-père Avraham, ainsi que nos matriarches Sarah, Rivka, Ra’hel et Léa, tous nous apprennent que leurs vies étaient très difficiles, des vies pleines de surprises stupéfiantes, des exils et des errances, des déceptions et des épreuves.
Et malgré tout cela, que reste-t-il pour l’éternité ?
« Le D.ieu d’Avraham, le D.ieu d’Its’hak, le D.ieu de Ya’akov » !
Nous mentionnons chaque jour nos saints ancêtres, les pères de la nation.
Nous inculquons à toutes les générations le service spirituel des patriarches et des matriarches, car l’essentiel est la spiritualité !
Toutes les choses matérielles ne sont que des outils qui nous permettent de poursuivre le culte saint.

Nous devons intégrer ce message dans nos cœurs, ainsi que dans les cœurs de nos descendants, et qu’Hachem nous donne le mérite d’accomplir Sa volonté conformément à Sa volonté, que nous voyons rapidement la délivrance d’Israël.

Chabbat Chalom

8 Halachot Les plus populaires

Vaygach

Nous sommes aujourd’hui à la date du 10 Tévet, jour de jeûne public pour tout le peuple d’Israël. Vous pouvez consulter les règles relatives à un jour de jeûne ici, dans une Halacha antérieure consacrée au jeûne du 17 Ta......

Lire la Halacha

Vay’hi – La force d’une bonne parole

Commentaires rédigés pour Halacha Yomit par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv Dans notre Paracha, Ya’akov Avinou rassemble ses enfants auprès de lui et les bénit avant de quitter ce monde, comme il est ......

Lire la Halacha

Des pains « ‘Halavi » (pétris avec du lait)

Il est expliqué dans la Guémara Péssa’him (36a) que nos maitres ont interdit de pétrir une pâte avec du lait, car il est à craindre que l’on ne porte pas attention à cela et que l’on en vienne à consommer ce pain avec de la via......

Lire la Halacha

« Rétsé » dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat

Dans le Birkat Ha-Mazon du Chabbat, avant la bénédiction de « Boné Yérouchalaïm » (Vétivné), il faut ajouter le passage de « Rétsé Véhah’alitsénou », comme imprimé dans les rituels de pri&......

Lire la Halacha


Michpatim

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Ya’akov SASSON Chlita, directeur de notre site Halacha Yomit, et digne petit-fils de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l Il est dit dans notre Paracha : « Or, j'enverrai devant toi un ange, chargé de veiller......

Lire la Halacha

Térouma

Entre Moché et Bétsla’el Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadia COHEN Chlita, Chef des tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Cette semaine, nous lirons dans notre Paracha la contribution matérielle des Béné I......

Lire la Halacha

S’assoir sur de la nourriture

Question : Est-il vrai qu’il est interdit de s’assoir sur une caisse contenant de la boisson ou de la nourriture ? Réponse : Il est expliqué dans le traité Béra’hot (50b) qu’il est interdit de se comporter de façon humiliante envers de la......

Lire la Halacha

Mikets - « Un homme intelligent et sage »  - Histoire au sujet de Rabbi Avraham Ibn ‘EZRA

Commentaires rédigés par le Gaon Rabbi Zévadya COHEN Chlita, chef de tous les tribunaux rabbiniques de Tel Aviv, pour Halacha Yomit Notre Paracha nous relate les rêves de Pharaon ainsi que leurs interprétations données par Yossef Ha-Tsaddik, qui eut le m&......

Lire la Halacha